Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la cicutaire de Victorin au Canada – Mise à jour

Le rapport de Legault (1986) indique que la cicutaire de Victorin était connue dans 10 localités en 1985 (9 localités sans la population révisée de Batiscan) et que l’auteur a visité quatre d’entre elles. Il mentionne que les populations de Lotbinière et de Saint‑Vallier sont bien préservées et que les populations de Cap‑Rouge et de Saint‑Romuald ont été réduites par la construction routière. L’habitat de ces populations est stable depuis cette époque, sauf pour la population de Lotbinière qui risque de disparaître à cause du passage répété de V.T.T. sur une large bande de l’hydrolittoral supérieur. Les populations visitées par Legault (1986) n’ont pas fait l’objet d’un dénombrement.

L’inventaire de Brouillet et al. (1996) a permis de découvrir plusieurs nouvelles localités et l’inventaire de 2002 n’a pas permis de retrouver certaines populations historiques, mais a permis la découverte d’une nouvelle population. Aujourd’hui, la cicutaire de Victorin est connue dans 39 localités mais seulement 33 sont actuellement existantes. Les localités se classent de la façon suivante : quatre occurrences avec un indice de qualité A, dix avec un indice de qualité B, six avec un indice de qualité C, treize avec un indice de qualité D, deux populations disparues du Canada (X) et quatre occurrences historiques (H). Voir les tableaux 1 et 2.

            La découverte de plusieurs nouvelles populations provoque un accroissement important du nombre d’individus connus depuis 1986. D’autres populations nouvelles pourraient encore être découvertes le long des rives du fleuve Saint‑Laurent. Les inventaires de l’été 2002 dans plusieurs localités ont permis de découvrir deux nouvelles populations (Sainte‑Pétronille, anse chez Porteous et Neuville) et de mettre à jour les données démographiques d’autres populations (Saint‑Vallier et Saint‑Augustin‑de‑Desmaures). Malgré de nombreux efforts de relocalisation, la cicutaire de Victorin est probablement disparue dans les localités historiques, mais une recolonisation est possible car il y a toujours un habitat propice.