Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Couleuvre royale (Regina septemvittata)

Importance de l'espèce

La couleuvre royale, comme tous les autres reptiles indigènes du Canada, atteint en Ontario la limite septentrionale de son aire de répartition (Weller, 1982). Comme les populations périphériques diffèrent souvent génétiquement des populations centrales (Lesica et Allendorf, 1995), les couleuvres royales canadiennes pourraient être dépositaires d'une proportion importante de la variation génétique de l'espèce, un trait qui mérite certes d'être conservé. En s'adaptant au climat froid du Canada, ces populations pourraient même avoir formé une espèce, phénomène probablement beaucoup plus courant qu'on ne le pense (Hunter et Hutchinson, 1994). Bien que la couleuvre royale soit globalement commune, Hunter et Hutchinson (1994) soulignent qu'il est important de protéger les espèces rares au niveau local si l'on veut sauvegarder l'intégrité des écosystèmes à plus petite échelle. La couleuvre royale pourrait avoir une certaine valeur comme espèce indicatrice, car elle consomme des écrevisses, lesquelles ont déjà été utilisées comme indicateurs de la contamination par le mercure dans des études antérieures (Vermeer, 1972).