Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Section 1

Information sur le document

Logotype du COSEPAC

Les rapports de situation du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) sont des documents de travail servant à déterminer le statut des espèces sauvages que l’on croit en péril. On peut citer le présent rapport de la façon suivante :

COSEPAC. 2014. Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur lecaribou (Rangifer tarandus), population des montagnes du Nord, population des montagnes du Centre et population des montagnes du Sud au Canada. Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. Ottawa. xxiii + 132 p. (Registre public des espèces en péril).

Rapport(s) précédent(s) :

COSEPAC. 2002. Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le caribou des bois (Rangifer taranduscaribou) au Canada – Mise à jour. Comité sur la situation des espèces en péril au Canada, Ottawa. xii + 112 p. (Registre public des espèces en péril)

Thomas, D.C., et D.R. Gray. 2002. Rapport de situation du COSEPAC sur le caribou des bois (Rangifer tarandus caribou) au Canada – Mise à jour, in Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le caribou des bois (Rangifer tarandus caribou) au Canada – Mise à jour, Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. Ottawa. 1-111 p.

Kelsall, J.P. 1984. COSEWIC status report on the Woodland Caribou Rangifer tarandus caribou in Canada. Comité sur le statut des espèces menacées de disparition au Canada. Ottawa. 103 p.

Note de production :

Le COSEPAC remercie Deborah Cichowski d’avoir rédigé le rapport de situation sur le caribou (Rangifer tarandus), population des montagnes du Nord, population des montagnes du Centre et population des montagnes du Sud, au Canada, aux termes d’un marché conclu avec Environnement Canada. La supervision et la révision du rapport ont été assurées par Justina Ray, coprésidente du Sous-comité de spécialistes des mammifères terrestres du COSEPAC.

Pour obtenir des exemplaires supplémentaires, s’adresser au :

Secrétariat du COSEPAC
a/s Service canadien de la faune
Environnement Canada
Ottawa (Ontario)
K1A 0H3

Tél. : 819-953-3215
Téléc. : 819-994-3684
COSEPAC Courriel
COSEPAC site Web

Also available in English under the title COSEWIC Assessment and Status Report on the Caribou Rangifer tarandus, Northern Mountain population, Central Mountain population and Southern Mountain population in Canada.

Illustration/photo de la couverture :
Caribou -- Photo : Dayn Craig (utilisée avec permission), photo d’un caribou de la population des montagnes du Centre, sous-population de Kennedy Siding.

©Sa Majesté la Reine du chef du Canada, 2014.

No de catalogue CW69-14/697-2014F-PDF
ISBN 978-0-660-22215-8

Haut de la page

Logotype du COSEPAC

COSEPAC Sommaire de l’évaluation

Sommaire de l’évaluation - mai 2014

Nom commun
Caribou - Population des montagnes du Nord
Nom scientifique
Rangifer tarandus
Statut
Préoccupante
Justification de la désignation
Cette population comporte 45 sous-populations réparties depuis le centre-ouest de la Colombie-Britannique jusque dans l’ouest des Territoires du Nord-Ouest, en passant par le Yukon. Presque toute son aire de répartition se trouve au Canada où on compte environ entre 43 000 et 48 000 individus matures. Il y a peu d’information sur les tendances à long terme (3 générations) et un grand nombre des estimations actuelles sont fondées sur des données de relevé datant de plus de 5 ans. À l’heure actuelle, 2 sous-populations seraient en hausse, 7 sont stables et 9 connaissent un déclin. La situation des 27 autres sous-populations n’est pas connue. Les 2 plus grandes sous-populations, qui seraient stables, comptent plus de 15 000 animaux, ou entre 26 et 29 % de la population estimée. Environ la moitié des 45 sous-populations comprennent chacune moins de 500 individus. Toutes les sous-populations stables ou à la hausse se trouvent dans la partie nord de l’aire de répartition, tandis que 9 des sous-populations dans la partie sud de l’aire de répartition ont diminué de 27 % depuis la dernière évaluation. La situation des sous-populations du nord pourrait éventuellement être compromise à cause de la hausse des menaces, en particulier les modifications de l’utilisation des terres dues au développement industriel entraînant des changements dans la dynamique prédateur-proie.
Répartition
Yukon, Territoires du Nord-Ouest, Colombie-Britannique
Historique du statut
La population des montagnes du Nord a été désignée « non en péril » en mai 2000. Cette population était anciennement désignée comme faisant partie de la « population de l'Ouest » (maintenant désactivée). Réexamen du statut : l'espèce a été désignée « préoccupante » en mai 2002. Selon le rapport sur les unités désignables du caribou (COSEPAC, 2011), une nouvelle structure de population a été proposée et acceptée par le COSEPAC. Cette nouvelle population des montagnes du Nord est composée des 36 sous-populations de l'ancienne population des montagnes du Nord du caribou en plus de 9 sous-populations de l'ancienne (2002) population des montagnes du Sud. La population des montagnes du Nord a été désignée « préoccupante » en mai 2014.

Haut de la page

Sommaire de l'évaluation - mai 2014

Nom commun
Caribou - Population des montagnes du Centre
Nom scientifique
Rangifer tarandus
Statut
En voie de disparition
Justification de la désignation
Cette population endémique au Canada comporte 10 sous-populations existantes, retrouvées dans les Rocheuses et à proximité de celles-ci dans le centre-est de la Colombie-Britannique et le centre-ouest de l’Alberta. On estime actuellement la population à 469 individus matures, et un déclin d’au moins 64 % a été observé au cours des 3 dernières générations. Une sous-population du centre de la Colombie-Britannique a été confirmée en 2014 comme étant disparue du pays, et la disparition d’une autre sous-population, celle de Banff, a été confirmée en 2010. On estime que toutes les sous-populations existantes comptent moins de 250 individus matures, et 4 d’entre elles en comprennent moins de 50. Deux sous-populations reconnues en 2002 se sont subdivisées en raison du manque de dispersion dans les anciennes aires de répartition. Toutes les sous-populations ont connu des déclins d’environ 60 % depuis la dernière évaluation en 2002, et toutes à l’exception d’une sous-population, dont la tendance démographique n’est pas connue, continuent de subir un déclin. Les relevés indiquent une mortalité des adultes élevée et constante et un faible recrutement des petits, accélérant les taux de déclin. Les menaces persistent et croissent sans cesse.
Répartition
Colombie-Britannique, Alberta
Historique du statut
Selon le rapport sur les unités désignables du caribou (COSEPAC, 2011), une nouvelle structure de population a été proposée et acceptée par le COSEPAC, ce qui a mené à la nouvelle population des montagnes du Centre, composée de 12 sous-populations de l'ancienne population des montagnes du Sud du caribou (COSEPAC, 2002). La population des montagnes du Centre a été désignée « en voie de disparition » en mai 2014.

Haut de la page

Sommaire de l'évaluation - mai 2014

Nom commun
Caribou - Population des montagnes du Sud
Nom scientifique
Rangifer tarandus
Statut
En voie de disparition
Justification de la désignation
Cette population est principalement limitée au Canada, à l’exception de près de 40 animaux en Idaho et dans l’État de Washington. On compte 15 sous-populations existantes retrouvées dans le sud-est de la Colombie-Britannique. Deux sous-populations sont disparues du pays depuis 2002. On estime actuellement la population à 1 356 individus matures, ce qui représente un déclin d’au moins 45 % au cours des 3 dernières générations et de 27 % depuis la dernière évaluation en 2002. Toutes les sous-populations existantes à l’exception de 2 sont estimées à moins de 250 individus matures, dont 9 ont moins de 50 individus et 6, moins de 15. La dispersion à l’intérieur de l’aire de répartition de 11 sous-populations est gravement limitée. Les relevés indiquent une mortalité des adultes élevée et constante et un faible recrutement des petits, accélérant les taux de déclin. Les menaces persistent et croissent sans cesse.
Répartition
Colombie-Britannique
Historique du statut
La population des montagnes du Sud a été désignée « menacée » en mai 2000. Cette population était anciennement désignée comme faisant partie de la « population de l'Ouest » (maintenant désactivée). Réexamen et confirmation du statut en mai 2002. Selon le rapport sur les unités désignables du caribou (COSEPAC, 2011), une nouvelle structure de population a été proposée et acceptée par le COSEPAC, ce qui a mené à la nouvelle population des montagnes du Sud, composée de 17 sous-populations de l'ancienne population des montagnes du Sud du caribou (COSEPAC, 2002). Les sous-populations restantes ont été assignées aux nouvelles populations des montagnes du Centre et du Nord. La population des montagnes du Sud a été désignée « en voie de disparition » en mai 2014.

Haut de la page

COSEPAC Résumé

Caribou
Rangifer tarandus

Population des montagnes du Nord
Population des montagnes du Centre
Population des montagnes du Sud

Description et importance de l’espèce sauvage

Tous les caribous et rennes du monde ne constituent qu’une seule espèce, Rangifer tarandus, et se trouvent dans les régions arctiques et subarctiques ainsi que dans les forêts du Nord. Le caribou de la région des montagnes de l’Ouest canadien a un pelage principalement brun et une crinière blanche. Les femelles matures pèsent généralement 110-150 kg, et les mâles, 160-210 kg. Les deux sexes portent des bois, mais la femelle peut en être dépourvue. Un trait caractéristique de tous les caribous est le sabot large et arrondi, qui leur permet de moins enfoncer, et facilite la marche sur la neige et dans les milieux humides; le sabot est aussi utilisé pour creuser la neige à la recherche de nourriture.

Les caribous des montagnes de l’Ouest ont joué un rôle important auprès des Autochtones ainsi que des premiers commerçants de fourrures et colons. La plus grande partie de l’aire de répartition actuelle au Canada abrite les populations des montagnes du Nord, du Centre et du Sud. Les caribous des montagnes du Nord et du Centre habitent dans des lieux où la neige est peu profonde et où ils peuvent se nourrir principalement de lichens terrestres. Les deux populations diffèrent cependant du point de vue de la constitution génétique et de l’origine évolutive. Les caribous des montagnes du Sud sont distincts des deux autres populations puisqu’ils se sont adaptés à un environnement de neige épaisse, où ils se nourrissent essentiellement de lichens arboricoles en hiver.

Répartition

Les caribous des montagnes du Nord sont répartis en 45 sous-populations, depuis le centre-ouest de la Colombie-Britannique jusqu’au Yukon et jusque dans les Territoires du Nord-Ouest. La population des montagnes du Centre est constituée de 10 sous-populations existantes fréquentant le centre-est de la Colombie-Britannique et le centre-ouest de l’Alberta, dans les Rocheuses et autour. La population des montagnes du Sud se compose quant à elle de 15 sous-populations existantes dans la région de neige épaisse du sud-est de la Colombie-Britannique ainsi que dans le nord de l’Idaho et de l’État de Washington, aux États-Unis. On a noté une perte générale de l’aire de répartition des caribous des montagnes de l’Ouest d’environ 30 % depuis le début du 20e siècle; les principaux changements dans la répartition ont été observés dans les parties centrales et méridionales de la Colombie-Britannique et de l’Alberta.

Habitat

De façon générale, les caribous nécessitent de vastes étendues où ils peuvent s’éloigner (horizontalement et altitudinalement) des prédateurs et des autres proies. Ils modifient leur aire de répartition en réponse à divers processus naturels (p. ex. feux, insectes forestiers, conditions météorologiques/neige) et activités humaines (p. ex. perturbations dues à la récolte forestière, à l’exploitation minière, pétrolière et gazière, et aux activités récréatives). L’accès à des aires de mise bas intactes de grande qualité dans les forêts-parcs alpines et subalpines et les forêts subalpines à altitude élevée et/ou dans les îles de lacs, est essentiel à la survie des caribous des montagnes. Certaines sous-populations ou portions de sous-populations migrent sur de longues distances entre les aires d’hivernage et les aires d’estivage, mais d’autres choisissent de rester au même endroit.

Les caribous des montagnes du Nord et des montagnes du Centre se nourrissent principalement de lichens terrestres dans les forêts de conifères anciennes à basse altitude ou sur des pentes alpines balayées par le vent, en hiver, et dans les montagnes à altitude élevée, en été. Ils peuvent également s’alimenter de lichens arboricoles dans les forêts anciennes à faible altitude ou les forêts subalpines. Les caribous des montagnes du Sud, quant à eux, passent l’hiver dans des forêts anciennes subalpines à haute altitude, où ils peuvent marcher sur la neige durcie et se nourrir de lichens arboricoles. La qualité et l’étendue de l’habitat de cet animal ont diminué dans de nombreuses aires sous l’effet des activités industrielles, notamment en Alberta et en Colombie-Britannique.

Biologie

Les caribous des montagnes se reproduisent à la fin septembre et en octobre. Les femelles n’ont généralement que 1 petit par année et ne s’accouplent pas avant d’avoir au moins 2 ans. Les taux de gravidité sont de façon générale élevés (plus de 90 %), mais la survie des faons durant les premiers mois de vie est souvent de 50 % ou moins. Les femelles gravides gagnent pour la mise bas, de la mi-mai au début juin, des endroits isolés relativement à l’abri des prédateurs. Le taux de survie des petits est plus élevé lorsque les femelles mettent bas sur des terrains montagneux à altitude élevée ou sur des îles de lacs que lorsque les femelles mettent bas sous la limite forestière, à proximité d’autres ongulés et de prédateurs. Le caribou est souvent l’une de plusieurs espèces proies dans un système prédateurs-proies multiples. Le loup et l’ours sont les principaux prédateurs des caribous, bien que le cougar, le carcajou, l’Aigle royal et d’autres prédateurs puissent également tuer des adultes ou des petits dans certaines aires ou durant certaines saisons. S’ils ont une alimentation variée, les caribous des montagnes de l’Ouest restent surtout adaptés à une alimentation à base de lichens; en effet, leur estomac contient des microbes spécialisés qui digèrent et extraient efficacement les nutriments des lichens. Ils peuvent supporter un froid rigoureux grâce à un épais pelage composé de poils semi-creux.

Taille et tendances des populations

On estime la population de caribous des montagnes du Nord à environ 45 000 individus matures; cependant, seules les estimations de 16 des 45 sous-populations (36 %) sont fondées sur des relevés réalisés au cours des 5 dernières années. Au total, 26 sous-populations comprennent > 500 caribous, et 13, < 250. On connaît les tendances actuelles de 18 sous-populations : 9 sont à la baisse, 7 sont stables et 2 sont à la hausse. Les 5 sous-populations du centre-ouest de la Colombie-Britannique subissent un déclin. Le recrutement des faons à la fin de l’hiver était de < 15 % chez 6 des 10 sous-populations pour lesquelles des données sont disponibles. Il est impossible de déterminer la tendance globale des caribous de l’unité désignable (UD) des montagnes du Nord, car la plupart des sous-populations ne font l’objet ni de données tirées de relevés ni de données sur les indices vitaux. Les 9 sous-populations de la partie sud de l’aire de répartition ont connu une diminution de 27 % depuis la dernière évaluation du COSEPAC en 2002.

La population de caribous de l’UD des montagnes du Centre est estimée à 469 individus matures. La population a connu un déclin d’au moins 64 % au cours des 27 dernières années (3 générations) et de 62 % au cours des 18 dernières années (2 générations). Aujourd’hui, les 10 sous-populations existantes comprennent < 250 individus matures, et 4 d’entre elles en comptent < 50. Toutes sauf 1 subissent un déclin continu, et la situation de l’autre est inconnue. On a confirmé la disparition de 2 autres sous-populations depuis le dernier rapport de situation en 2002, tandis que 2 sous-populations reconnues en 2002 se sont divisées en plusieurs parce que les animaux ne se dispersent plus dans certaines parties de l’aire de répartition.

L’estimation actuelle de la population de l’UD des montagnes du Sud est de 1 356 individus matures. La population a connu un déclin d’au moins 45 % au cours des 27 dernières années (3 générations), de 40 % au cours des 18 dernières années (2 générations) et de 27 % depuis la dernière évaluation en 2002. Les 15 sous-populations existantes incluent < 500 individus matures, et 13 d’entre elles en comptent < 250, et 9, < 50; quelques anciennes sous-populations se sont divisées en plusieurs à cause du manque de dispersion des animaux dans les aires de répartition. Au total, 14 des 15 sous-populations ont subi un déclin depuis le dernier rapport de situation en 2002. À l’heure actuelle, 11 sous-populations sont encore en déclin, 3 sont stables et 1 connaît une augmentation. La plupart des sous-populations ont fait l’objet de mesures de gestion intensive, dont la translocation, la stérilisation des loups et la diminution des effectifs d’orignaux par le biais de la chasse. Deux autres sous-populations ont disparu depuis 2002. Une récente analyse de la viabilité de la population a permis de prévoir que 13 des 15 sous-populations auront disparu d’ici 50 ans.

Menaces et facteurs limitatifs

Parmi les principales menaces pesant sur l’UD des montagnes du Nord figurent la modification de la dynamique prédateurs-proies due aux changements de l’habitat. Les perturbations anthropiques et la perte d’habitat (y compris la perte d’habitat fonctionnel à cause de l’évitement) découlent des effets cumulatifs de la récolte forestière; de l’exploration et l’exploitation minières et de l’aménagement de l’infrastructure connexe; des activités motorisées et non motorisées; des changements dans la structure des forêts dus aux infestations du dendroctone du pin ponderosa et/ou à la coupe de récupération connexe; des changements climatiques.

Les principales menaces pesant sur les caribous de l’UD des montagnes du Centre comprennent la modification de la dynamique prédateurs-proies due à la perte d’habitat direct et fonctionnel et aux perturbations résultant d’activités industrielles multiples (p. ex. récolte forestière, exploration et exploitation du charbon, du pétrole et du gaz). Outre ces facteurs, on compte les collisions avec des véhicules; les loisirs motorisés (véhicule tout terrain, motoneige); l’accès amélioré des prédateurs à l’aire d’hivernage des caribous grâce au nombre accru de corridors linéaires, de sentiers de neige compactée ou de routes déneigées; les conséquences des changements climatiques; les phénomènes stochastiques naturels liés aux populations de petite taille.

Les principales menaces touchant les caribous de l’UD des montagnes du Sud sont la modification de la dynamique prédateurs-proies due aux changements de l’habitat résultant de la récolte forestière dans le fond des vallées à basse altitude adjacentes, de la pratique de loisirs motorisés (motoneige, héliski), des changements climatiques et de facteurs limitatifs importants dans le cas des petites populations, lesquelles risquent fortement de disparaître à cause des phénomènes environnementaux et démographiques stochastiques.

Protection, statuts et classements

Les caribous de l’ancienne population des montagnes du Sud, telle que considérée par le COSEPAC dans le rapport antérieur, figurent actuellement sur la liste des espèces menacées en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP). On entend ici tous les caribous des UD actuelles des montagnes du Sud et des montagnes du Centre ainsi que les 9 sous-populations du centre-ouest et du centre-nord de la Colombie-Britannique (UD des montagnes du Nord). Les caribous de l’ancienne population des montagnes du Nord figurent sur la liste des espèces préoccupantes de la LEP. La plus grande partie de l’habitat des caribous des montagnes de l’Ouest se trouve sur des terres publiques. Les zones protégées couvrent respectivement 22, 41 et 32 % des UD des montagnes du Nord, des montagnes du Centre et des montagnes du Sud. La majorité de la zone protégée de l’aire de répartition de l’UD des montagnes du Centre renferme les aires d’estivage à altitude élevée. En Colombie-Britannique, en plus des zones protégées, des aires d’hivernage des ongulés (« Ungulate Winter Ranges ») et des zones d’habitat d’espèces sauvages (« Wildlife Habitat Areas ») ont été établies en 2009 pour protéger l’habitat contre la récolte forestière ou pour gérer les activités de récolte du bois.

Haut de la page

Résumé technique - Population des montagnes du Nord

Rangifer tarandus

Caribou – population des montagnes du Nord

Caribou – Northern Mountain population (Nom anglais)

Répartition au Canada :
Colombie-Britannique, Yukon, Territoires du Nord-Ouest

Données démographiques

Durée d'une génération
Calculée selon les lignes directrices de l’UICN.
9 ans
Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] du nombre total d'individus matures?
La tendance est connue pour 18 des 45 sous populations, qui représentent environ 54 % de la population actuelle; 9 sont en déclin, principalement dans la partie sud de l'UD [dont les 5 sous populations du centre ouest de la Colombie-Britannique] et 2 connaissent une augmentation. Six des 10 sous populations pour lesquelles nous possédons ≥ 3 ans de données sur le recrutement en fin d'hiver vivent une baisse du recrutement de < 15 %.
La tendance globale est inconnue
Pourcentage estimé de déclin continu du nombre total d'individus matures sur [cinq ans ou deux générations]
(Voir ci dessus)
La tendance globale est inconnue
Pourcentage [observé, estimé, inféré ou présumé] [de réduction ou d'augmentation] du nombre total d'individus matures au cours des trois dernières générations
(Voir ci dessus)
La tendance globale est inconnue
Pourcentage [prévu ou présumé] [de réduction ou d'augmentation] du nombre total d'individus matures au cours des [dix prochaines années ou trois prochaines générations]
(Voir ci dessus. Les sous populations qui sont en déclin continueront vraisemblablement de connaître une telle situation. Cependant, des fluctuations du nombre de caribous dans les grandes sous populations de la partie nord de l'UD, ou encore des estimations plus détaillées de ces sous populations, pourraient cacher des déclins des plus petites sous populations lorsque l'on tient compte du nombre total d'individus de l'UD.)
La tendance globale est inconnue
Pourcentage [observé, estimé, inféré ou présumé] [de réduction ou d'augmentation] du nombre total d'individus matures au cours de toute période de [dix ans ou trois générations] commençant dans le passé et se terminant dans le futur
(Voir ci dessus)
La tendance globale est inconnue
Est-ce que les causes du déclin sont clairement réversibles et comprises et ont effectivement cessé?
(Les causes du déclin sont connues pour neuf des sous populations à la baisse, mais les déclins n'ont pas cessé et ne sont pas manifestement réversibles.)
s.o.
La tendance est inconnue pour la plupart des 45 sous populations
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d'individus matures?
Non

Information sur la répartition

Superficie estimée de la zone d’occurrence
1 050 174 km2
Indice de zone d'occupation (IZO)
523 672 km2
La population totale est-elle gravement fragmentée?
Non.
Nombre de localitésExtent and Occupancy Information Footnote 1
(On observe diverses menaces dans l'aire de répartition.)
s.o.
Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] de la zone d'occurrence?
Non.
Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] de l'indice de zone d'occupation?
(On sait que neuf populations sont en déclin, ce qui mène à une réduction de la densité, mais non de la répartition totale.)
Non
Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] du nombre de populations?
(Certaines sous populations ont subi un déclin considérable, mais aucune n'a encore disparu dans cette UD; à mesure que d'autres renseignements sont recueillis sur la répartition et les déplacements des sous populations, une meilleure définition des limites des sous populations pourrait mener à un rajustement du nombre de sous populations.)
Non
Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] du nombre de localitésExtent and Occupancy Information Footnote 1?
s.o.
Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] de [la superficie, l'étendue ou la qualité] de l'habitat?
(Dans la partie sud de l'UD ainsi que dans des aires plus accessibles de la partie nord de l'UD, des activités industrielles ou d'autres activités humaines changent l'habitat, favorisent d'autres espèces proies et/ou perturbent le caribou.)
Oui
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de populations?
Non
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de localitésExtent and Occupancy Information Footnote 1?
s.o.
Y a-t-il des fluctuations extrêmes de la zone d'occurrence?
Non
Y a-t-il des fluctuations extrêmes de l'indice de zone d'occupation?
Non

Note de bas de information sur la répartition

Note de bas de information sur la répartition 1

Voir « Définitions et abréviations » sur le site Web du COSEPAC et IUCN 2010 (en anglais seulement) pour obtenir des précisions sur ce terme.

Retour à la première référence de la note de bas de information sur la répartition 1

Nombre d'individus matures dans chacune des 45 sous populations existantes
Sous-populationNombre d'individus matures
Rivière Hart, Yn1 853
Ruisseau Clear, Yn801
Bonnet Plume, Yn/T.N.-O.4 200
Redstone, Yn/T.N.-O.7 300-10 000
Nahanni Sud, Yn/T.N.-O.1 886
Rivière Coal, Yn/T.N.-O.413
La Biche, Yn/T.N.-O.388
Chisana, Yn587
Kluane, Yn163
Aishihik, Yn1 813
Klaza, Yn1 065
Lac Ethel, Yn289
Lac Moose, Yn270
Rivière Tay, Yn2 907
Tatchun, Yn415
Hardes de Pelly, Yn876
Finlayson, Yn2 657
Lac Wolf, Yn1 240
Laberge, Yn176
Ibex, Yn748
Carcross, Yn/C.-B.674
Atlin, Yn/C.-B.514-857
Lac Swan, C.-B.515-686
Little Rancheria, Yn/C.-B.672-1 342
Horseranch, Yn/C.-B.680-850
Level Kawdy, C.-B.1 239
Edziza, C.-B.140
Tsenaglode, C.-B.85-340
Spatsizi, C.-B.2 258
Plateau Liard, Yn/C.-B.140
Rabbit, C.-B.1 095
Muskwa, C.-B.828
Gataga, C.-B.220
Frog, C.-B.199
Finlay, C.-B.19
Mont Pink, C.-B.1 145
Graham, C.-B.637
Chase, C.-B.404
Wolverine, C.-B.298
Takla, C.-B.98
Telkwa, C.-B.19
Tweedsmuir, C.-B.248
Itcha-Ilgachuz, C.-B.1 220
Rainbows, C.-B.43
Charlotte Alplands, C.-B.6
TOTAL43 443-47 752

Haut de la page

Analyse quantitative

La probabilité de disparition de l’espèce à l’état sauvage est d’au moins [20 % sur 20 ans ou 5 générations, ou 10 % sur 100 ans]
(Des analyses de viabilité des populations [AVP] ont été réalisées pour seulement 2 sous populations se trouvant dans le centre ouest de la Colombie-Britannique. Les AVP de la sous population de Tweedsmuir prévoient que celle ci diminuera d'au moins 50 % sur 20 ans, et le modèle des AVP de la sous population d'Itcha-Ilgachuz prévoit également un déclin.)
s.o.

Menaces (réelles ou imminentes pour les populations ou leur habitat)

Modification de la dynamique prédateur-proie due aux changements de l’habitat; perturbations anthropiques/perte d’habitat attribuable à la récolte forestière, à l’exploration et l’exploitation minières et à l’aménagement de l’infrastructure connexe; changements de la structure de l’habitat à la suite d'infestations du dendroctone du pin ponderosa et/ou à la coupe de récupération connexe; activités récréatives motorisées et non motorisées.

Immigration de source externe (immigration de l’extérieur du Canada)

Situation des populations de l’extérieur?
(Les sous populations de la partie intérieure de l'Alaska n'ont pas été évaluées en tant qu'UD du COSEPAC.)
L’espèce est classée comme « non en péril » en Alaska, mais de nombreuses sous-populations sont en déclin
Une immigration a-t-elle été constatée ou est-elle possible?
Oui
Des individus immigrants seraient-ils adaptés pour survivre au Canada?
Oui
Y a-t-il suffisamment d’habitat disponible au Canada pour les individus immigrants?
Oui, dans la partie nord de l’UD
La possibilité d’une immigration depuis des populations externes existe-t-elle?
(Possiblement de l'Alaska, mais les sous populations de la partie intérieure de l'Alaska n'ont pas été évaluées en tant qu'UD du COSEPAC.)
Possiblement de l’Alaska

Nature délicate de l'information sur l'espèce

L'information concernant l'espèce est-elle de nature délicate?
Non

Historique du statut

COSEPAC :
La population des montagnes du Nord a été désignée « non en péril » en mai 2000. Cette population était anciennement désignée comme faisant partie de la « population de l'Ouest » (maintenant désactivée). Réexamen du statut : l'espèce a été désignée « préoccupante » en mai 2002. Selon le rapport sur les unités désignables du caribou (COSEPAC, 2011), une nouvelle structure de population a été proposée et acceptée par le COSEPAC. Cette nouvelle population des montagnes du Nord est composée des 36 sous-populations de l'ancienne population des montagnes du Nord du caribou en plus de 9 sous-populations de l'ancienne (2002) population des montagnes du Sud. La population des montagnes du Nord a été désignée « préoccupante » en mai 2014.

Statut et justification de la désignation

Statut
Préoccupante
Code alphanumérique
Sans objet
Justification de la désignation
Cette population comporte 45 sous-populations réparties depuis le centre-ouest de la Colombie-Britannique jusque dans l’ouest des Territoires du Nord-Ouest, en passant par le Yukon. La plus grande partie de l’aire de répartition se trouve au Canada où on compte environ entre 43 000 et 48 000 individus matures. Il y a peu d’information sur les tendances à long terme (3 générations) et un grand nombre des estimations actuelles sont fondées sur des données de relevé datant de plus de 5 ans. À l’heure actuelle, 2 sous-populations seraient en hausse, 7 sont stables et 9 connaissent un déclin. La situation des 27 autres sous-populations n’est pas connue. Les 2 plus grandes sous-populations, qui seraient stables, comptent plus de 15 000 animaux, ou entre 26 et 29 % de la population estimée. Environ la moitié des 45 sous-populations comprennent chacune moins de 500 individus. Toutes les sous-populations stables ou à la hausse se trouvent dans la partie nord de l’aire de répartition, tandis que 9 des sous-populations dans la partie sud de l’aire de répartition ont diminué de 26 % depuis la dernière évaluation. La situation des sous-populations du nord pourrait éventuellement être compromise à cause de la hausse des menaces, en particulier les modifications de l’utilisation des terres dues au développement industriel entraînant des changements dans la dynamique prédateur-proie.
Critère A(déclin du nombre total d'individus matures) :
Inconnu. Signe de déclin dans certaines sous-populations, mais la tendance globale est inconnue.
Critère B(petite aire de répartition, et déclin ou fluctuation) :
Sans objet. La zone d’occurrence et l’indice de zone d’occupation (IZO) dépassent les seuils.
Critère C(nombre d'individus matures peu élevé et en déclin) :
Sans objet. La population dépasse 10 000 individus matures.
Critère D(très petite population totale ou répartition restreinte) :
Sans objet. La population dépasse 1 000 individus matures, et l’IZO et le nombre de localités dépassent les seuils.
Critère E(analyse quantitative) :
Sans objet

Haut de la page

Résumé technique - Population des montagnes du Centre

Rangifer tarandus

Caribou – population des montagnes du Centre

Caribou – Central Mountain population (Nom anglais)

Répartition au Canada :
Colombie-Britannique, Alberta

Données démographiques

Durée d'une génération
(Calculée selon les lignes directrices de l'UICN.)
9 ans
Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] du nombre total d'individus matures?
Oui
Pourcentage estimé de déclin continu du nombre total d'individus matures sur [cinq ans ou deux générations]
(D'après le taux de déclin des deux dernières générations. Le taux de déclin est probablement sous estimé puisque les premiers relevés sur lesquels le déclin de certaines sous populations était fondé remontaient à une date postérieure au début de la période correspondant aux deux dernières générations.)
Au moins 62 %
Pourcentage [observé, estimé, inféré ou présumé] [de réduction ou d'augmentation] du nombre total d'individus matures au cours des dix dernières années ou trois dernières générations
(Neuf des dix sous populations existantes sont en déclin, et l'une d'entre elles est peut être disparue du pays. La tendance de l'autre sous population est inconnue. On a confirmé la disparition de deux autres sous populations. Le taux de déclin est probablement sous estimé puisque les premiers relevés sur lesquels le déclin de certaines sous populations était fondé remontaient à une date postérieure au début de la période correspondant aux trois dernières générations.)
Au moins 64 %
Pourcentage [prévu ou présumé] [de réduction ou d'augmentation] du nombre total d'individus matures au cours des [dix prochaines années ou trois prochaines générations]
(D'après le taux de déclin des trois dernières générations.)
Au moins 64 %
Pourcentage [observé, estimé, inféré ou présumé] [de réduction ou d'augmentation] du nombre total d'individus matures au cours de toute période de [dix ans ou trois générations] commençant dans le passé et se terminant dans le futur.
(D'après le taux de déclin des trois dernières générations.)
Au moins 64 %
Est-ce que les causes du déclin sont clairement réversibles et comprises et ont effectivement cessé?
(La cause du déclin de la plupart des sous populations a été attribuée à la modification de la dynamique prédateur proie due aux changements importants de l'habitat découlant des activités industrielles, mais il pourrait y avoir d'autres facteurs contributifs qui ne sont pas bien compris. Le rétablissement de l'habitat nécessitera des décennies, et les activités industrielles continuent et prennent de l'ampleur. Les sous populations subissant les niveaux de perturbation les plus faibles sont également en déclin. La destruction de l'habitat causée par les activités industrielles continue et s'étend.)
Réversibles : donnée inconnue
Comprises : donnée incomplète
Cessées : non
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d'individus matures?
(Ne correspond pas à la définition de « fluctuations extrêmes » de l'UICN.)
Non

Haut de la page

Information sur la répartition

Superficie estimée de la zone d'occurrence
85 986 km2
Indice de zone d'occupation (IZO)
46 144 km2
La population totale est-elle gravement fragmentée?
Oui
Nombre de localitésExtent and Occupancy Information Footnote 2
(On observe diverses menaces dans l'aire de répartition.)
s.o.
Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] de la zone d'occurrence?
(Deux sous populations ont disparu depuis le dernier rapport de situation en 2002, et l'on considère que la partie Bearhole/Redwillow de la sous population Narraway ne se trouve plus en Alberta. La zone d'occurrence ne peut être comparée directement avec celle de la dernière évaluation à cause d'un changement des limites de l'UD.)
Probablement
Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] de l'indice de zone d'occupation?
(Deux sous populations ont disparu depuis le dernier rapport de situation en 2002. L'IZO ne peut être comparé directement avec celui de la dernière évaluation à cause d'un changement des limites des UD.)
Probablement
Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] du nombre de populations?
(Deux sous populations ont disparu depuis le dernier rapport de situation en 2002.)
Oui
Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] du nombre de localitésExtent and Occupancy Information Footnote 2?
s.o.
Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] de [la superficie, l'étendue ou la qualité] de l'habitat?
(Les activités industrielles et les autres activités humaines qui entraînent des changements de l'habitat favorisant d'autres espèces proies et/ou la perturbation du caribou continuent. Une récente analyse des changements de l'habitat des sous populations du centre est de la Colombie-Britannique a révélé une perte d'habitat d'hivernage de très bonne et de bonne qualité de l'ordre de 0 à 66 % [Williamson Ehlers et al., 2013]).
Oui
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de populations?
Non
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de localitésExtent and Occupancy Information Footnote 2?
s.o.
Y a-t-il des fluctuations extrêmes de la zone d'occurrence?
Non
Y a-t-il des fluctuations extrêmes de l'indice de zone d'occupation?
Non

Note de bas de information sur la répartition UD2

Note de bas de information sur la répartition UD2

Voir « Définitions et abréviations » sur le site Web du COSEPAC et IUCN 2010 (en anglais seulement) pour obtenir des précisions sur ce terme.

Retour à la première référence de la note de bas de information sur la répartition 1

Nombre d'individus matures dans chaque population
PopulationNombre d'individus matures
Scott, C.-B.35
Moberly, C.-B.18
Kennedy Siding, C.-B.29
Quintette, C.-B.87
Narraway, C.-B./Alb.78
Redrock-ruisseau Prairie, Alb./C.-B.106
À la Pêche, Alb.75
Tonquin (Jasper), Alb.30
Maligne (Jasper), Alb.5
Brazeau (Jasper), Alb.6
TOTAL469

Haut de la page

Analyse quantitative

La probabilité de disparition de l'espèce à l'état sauvage est d'au moins [20 % sur 20 ans ou 5 générations, ou 10 % sur 100 ans]
(Des AVP ont été menées sur 10 sous populations dans le cadre de 3 études, mais la probabilité de disparition n'a pas été calculée pour toutes ces sous populations.)
s.o.

Menaces (réelles ou imminentes pour les populations ou leur habitat)

Modification de la dynamique prédateur-proie à cause des changements de l’habitat résultant de l’exploitation forestière et de la récolte forestière en association avec l’exploration et l’exploitation des ressources pétrolières et gazières; perturbation anthropique et autre perte d’habitat attribuables à de multiples activités industrielles (p. ex. exploitation forestière, exploration et exploitation du charbon et des ressources pétrolières et gazières). Les autres facteurs incluent les collisions avec des véhicules, les loisirs motorisés (VTT, motoneige), l’accès plus facile pour les prédateurs, les effets sur les petites populations et les maladies infectieuses qui ont probablement des effets négatifs accrus en raison des changements climatiques.

Immigration de source externe (immigration de l'extérieur du Canada)

Situation des populations de l'extérieur?
Endémique au Canada
s.o.
Une immigration a-t-elle été constatée ou est-elle possible?
Non
Des individus immigrants seraient-ils adaptés pour survivre au Canada?
s.o.
Y a-t-il suffisamment d'habitat disponible au Canada pour les individus immigrants?
s.o.
La possibilité d'une immigration depuis des populations externes existe-t-elle?
Non

Nature délicate de l'information sur l'espèce

L'information concernant l'espèce est-elle de nature délicate?
Non

Historique du statut

COSEPAC :
Selon le rapport sur les unités désignables du caribou (COSEPAC, 2011), une nouvelle structure de population a été proposée et acceptée par le COSEPAC, ce qui a mené à la nouvelle population des montagnes du Centre, composée de 12 sous-populations de l'ancienne population des montagnes du Sud du caribou (COSEPAC, 2002). La population des montagnes du Centre a été désignée « en voie de disparition » en mai 2014.

Statut et justification de la désignation

Statut
En voie de disparition
Code alphanumérique
A2a+3a+4a; C1+C2a(i)
Justification de la désignation
Cette population endémique au Canada comporte 10 ou 11 sous-populations existantes, retrouvées dans les Rocheuses et à proximité de celles-ci dans le centre-est de la Colombie-Britannique et le centre-ouest de l’Alberta. On estime actuellement la population à 515 individus matures, et un déclin d’au moins 62 % a été observé au cours des 3 dernières générations. Une sous-population du centre de la Colombie-Britannique pourrait être disparue du pays, et la disparition d’une autre sous-population, celle de Banff, a été confirmée en 2010. On estime que toutes les sous-populations existantes comptent moins de 250 individus matures, et 7 d’entre elles en comprennent moins de 50. Deux sous-populations reconnues en 2002 se sont subdivisées en raison du manque de dispersion dans les anciennes aires de répartition. Toutes les sous-populations ont connu des déclins d’environ 60 % depuis la dernière évaluation en 2002, et toutes à l’exception d’une sous-population continuent de subir un déclin. Les relevés indiquent une mortalité des adultes élevée et constante et un faible recrutement des petits, accélérant les taux de déclin. Les menaces persistent et croissent sans cesse..
Critère A(déclin du nombre total d'individus matures) :

Correspond aux critères de la catégorie « en voie de disparition » A2a+3a+4a.

Correspond au critère A2a en raison d’un déclin global dépassant 50 % (au moins 64 %). Les causes n’ont pas cessé et pourraient ne pas être réversibles. La tendance calculée est fondée sur a) une observation directe. Correspond au critère A3a à cause d’une réduction inférée de plus de 50 % au cours des 3 prochaines générations d’après les tendances continues à la baisse. La tendance calculée est fondée sur a) une observation directe. Correspond au critère A4a à cause d’une réduction présumée et inférée de plus de 50 % selon les effets sur une période de 3 générations qui s’étend dans le passé ou le futur. La tendance calculée est fondée sur a) une observation directe. Ne correspond pas au critère A1 parce que les causes de la réduction n’ont pas cessé.
Critère B(petite aire de répartition, et déclin ou fluctuation) :
Sans objet. La zone d’occurrence et l’IZO dépassent tous deux les seuils.
Critère C(nombre d'individus matures peu élevé et en déclin) :
Correspond aux critères de la catégorie « en voie de disparition » C1+2a(i). Correspond au critère C1, car le nombre d’individus de la population est de moins de 2 500 et qu’il subit un déclin continu estimé sur 2 générations de plus de 62 % (dépasse le seuil de 20%). Correspond au critère C2a(i), car on note un déclin continu du nombre d’individus matures et aucune sous-population n’est estimée à plus de 250 individus.
Critère D(très petite population totale ou répartition restreinte) :
Correspond au critère de la catégorie « menacée », D1, car la population compte moins de 1 000 individus matures. Le critère D2 n’est pas applicable, car l’IZO et le nombre de localités dépassent les seuils.
Critère E(analyse quantitative) :
Sans objet. Trois AVP ont été menées sur la plupart des sous-populations, mais la probabilité de disparition n’a pas été prévue pour toutes.

Haut de la page

Résumé technique - Population des montagnes du Sud

Rangifer tarandus

Caribou – population des montagnes du Sud

Caribou – Southern Mountain population (Nom anglais)

Répartition au Canada :
Colombie-Britannique

Données démographiques

Durée d'une génération
(Calculée selon les lignes directrices de l'UICN.)
9 ans
Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] du nombre total d'individus matures?
Oui
Pourcentage estimé de déclin continu du nombre total d'individus matures sur [cinq ans ou deux générations]
(D'après le taux de déclin des deux dernières générations. Le taux de déclin est probablement sous estimé puisque les premiers relevés sur lesquels le déclin de certaines sous populations était fondé remontaient à une date postérieure au début de la période correspondant aux deux dernières générations.)
Au moins 40 %
Pourcentage [observé, estimé, inféré ou présumé] [de réduction ou d'augmentation] du nombre total d'individus matures au cours des [dix dernières années ou trois dernières générations]
(Au total, 14 des 15 sous populations ont connu un déclin au cours des 3 dernières générations, et 2 ont disparu. Seule 1 sous population connaît une augmentation et comprend seulement 78 individus matures. Le taux de déclin est probablement sous estimé puisque les premiers relevés sur lesquels le déclin de certaines sous populations était fondé remontaient à une date postérieure au début de la période correspondant aux deux dernières générations.)
Au moins 45 %
Pourcentage [prévu ou présumé] [de réduction ou d'augmentation] du nombre total d'individus matures au cours des [dix prochaines années ou trois prochaines générations.]
(D'après le taux de déclin des trois dernières générations.)
Au moins 45 %
Pourcentage [observé, estimé, inféré ou présumé] [de réduction ou d'augmentation] du nombre total d'individus matures au cours de toute période de [dix ans ou trois générations] commençant dans le passé et se terminant dans le futur
(D'après le taux de déclin des trois dernières générations.)
Au moins 45 %
Est-ce que les causes du déclin sont clairement réversibles et comprises et ont effectivement cessé?
(La cause du déclin a été attribuée à la modification de la dynamique prédateur proie due aux changements importants de l'habitat découlant de la récolte forestière dans le fond des vallées adjacentes, mais il pourrait y avoir d'autres facteurs contributifs qui ne sont pas bien compris; le rétablissement de l'habitat nécessitera des décennies, et les activités industrielles continuent et prennent de l'ampleur.)
Réversibles : donnée inconnue
Comprises : donnée incomplète
Cessées : non
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d'individus matures?
Non

Haut de la page

Information sur la répartition

Superficie estimée de la zone d'occurrence
118 240 km2
Indice de zone d'occupation (IZO)
46 324 km2
La population totale est-elle gravement fragmentée?
Non.
Nombre de localitésExtent and Occupancy Information Footnote 3
(On observe diverses menaces dans l'aire de répartition.)
s.o.
Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] de la zone d'occurrence?
(Deux sous populations ont disparu depuis le dernier rapport de situation en 2002. La zone d'occurrence ne peut être comparée directement avec celle de la dernière évaluation à cause d'un changement des limites de l'UD.)
Oui
Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] de l'indice de zone d'occupation?
(Deux sous populations ont disparu depuis le dernier rapport de situation en 2002. L'IZO ne peut être comparé directement avec celui de la dernière évaluation à cause d'un changement des limites de l'UD.)
Oui
Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] du nombre de populations?
(Deux sous populations ont disparu depuis le dernier rapport de situation en 2002.)
Oui
Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] du nombre de localitésExtent and Occupancy Information Footnote 3?
s.o.
Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] de [la superficie, l'étendue ou la qualité] de l'habitat?
Oui
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de populations?
Non
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de localitésExtent and Occupancy Information Footnote 3?
s.o.
Y a-t-il des fluctuations extrêmes de la zone d'occurrence?
Non
Y a-t-il des fluctuations extrêmes de l'indice de zone d'occupation?
Non

Note de bas de information sur la répartition UD2

Note de bas de information sur la répartition UD2

Voir « Définitions et abréviations » sur le site Web du COSEPAC et IUCN 2010 (en anglais seulement) pour obtenir des précisions sur ce terme.

Retour à la première référence de la note de bas de information sur la répartition 3

Nombre d'individus matures dans chaque population
PopulationNombre d'individus matures
Selkirks Sud20
Sud de la chaîne Purcell22
Nakusp54
Duncan2
Centre des Rocheuses4
Monashee4
Frisby Boulder12
Columbia Sud6
Columbia Nord157
Groundhog11
Wells Gray341
Barkerville78
Monts Caribou Nord202
Lac Narrow45
Monts Hart398
TOTAL1 356

Haut de la page

Analyse quantitative

La probabilité de disparition de l'espèce à l'état sauvage est d'au moins [20 % sur 20 ans ou 5 générations, ou 10 % sur 100 ans]
(Deux AVP ont été menées sur les sous populations dans l'UD des montagnes du Sud : l'une était fondée sur les indices vitaux [Wittmer et al., 2010], et l'autre, sur les estimations de la population tirées de relevés [Hatter, 2006]. Selon Wittmer et al. [2010], 8 des 10 sous populations avaient une probabilité de disparition de > 20 % sur 45 ans [5 générations]. Selon Hatter [2006], la probabilité de quasi disparition [< 20 animaux] de l'espèce était de l'ordre de 20 % pour 13 des 15 sous populations.
Oui

Menaces (réelles ou imminentes pour les populations ou leur habitat)

Modification de la dynamique prédateur-proie due aux changements de l’habitat résultant de la récolte forestière dans le fond des vallées à faible altitude adjacentes; efficacité accrue des prédateurs, qui utilisent les sentiers de motoneige et d’héliski. Les maladies infectieuses pourraient causer des effets négatifs accrus, en particulier dans le contexte d’un climat changeant.

Immigration de source externe (immigration de l'extérieur du Canada)

Situation des populations de l'extérieur?
En voie de disparition en Idaho et dans l’État de Washington
Une immigration a-t-elle été constatée ou est-elle possible?
Non
Des individus immigrants seraient-ils adaptés pour survivre au Canada?
Possiblement.
Y a-t-il suffisamment d'habitat disponible au Canada pour les individus immigrants?
s.o.
La possibilité d'une immigration depuis des populations externes existe-t-elle?
Non

Nature délicate de l'information sur l'espèce

L'information concernant l'espèce est-elle de nature délicate?
Non

Historique du statut

COSEPAC :
La population des montagnes du Sud a été désignée « menacée » en mai 2000. Cette population était anciennement désignée comme faisant partie de la « population de l'Ouest » (maintenant désactivée). Réexamen et confirmation du statut en mai 2002. Selon le rapport sur les unités désignables du caribou (COSEPAC, 2011), une nouvelle structure de population a été proposée et acceptée par le COSEPAC, ce qui a mené à la nouvelle population des montagnes du Sud, composée de 17 sous-populations de l'ancienne population des montagnes du Sud du caribou (COSEPAC, 2002). Les sous-populations restantes ont été assignées aux nouvelles populations des montagnes du Centre et du Nord. La population des montagnes du Sud a été désignée « en voie de disparition » en mai 2014.

Statut et justification de la désignation

Statut
En voie de disparition
Code alphanumérique
A3a+4a; C1
Justification de la désignation
Cette population est principalement limitée au Canada, à l’exception de près de 40 animaux en Idaho et dans l’État de Washington. On compte 15 sous-populations existantes retrouvées dans le sud-est de la Colombie-Britannique, et pour la plupart il n’y a pas de déplacement entre elles. Deux sous-populations sont disparues du pays depuis 2002. On estime actuellement la population à 1 294 individus matures, ce qui représente un déclin d’au moins 46 % au cours des 3 dernières générations et de 30 % depuis la dernière évaluation en 2002. Toutes les sous-populations existantes à l’exception de 2 sont estimées à moins de 250 individus matures, dont 9 ont moins de 50 individus et 6, moins de 15. La dispersion à l’intérieur de l’aire de répartition de 11 sous-populations est gravement limitée. Les relevés indiquent une mortalité des adultes élevée et constante et un faible recrutement des petits, accélérant les taux de déclin. Les menaces persistent et croissent sans cesse.
Critère A(déclin du nombre total d'individus matures) :
Correspond au critère de la catégorie « en voie de disparition », A3a, d’après une réduction inférée de > 50 % au cours des 3 prochaines générations selon les tendances de déclin actuelles. La tendance calculée est fondée sur a) une observation directe.
Correspond au critère de la catégorie « en voie de disparition », A4a, d’après une réduction présumée et inférée de > 50 % selon les effets sur une période de 3 générations qui s’étend dans le passé ou le futur. La tendance calculée est fondée sur a) une observation directe.
Correspond au critère de la catégorie « en voie de disparition », A2a, en raison d’un déclin global dépassant 30 % (au moins 45 %). Les causes n’ont pas cessé et pourraient ne pas être réversibles. La tendance calculée est fondée sur a) une observation directe.
Ne correspond pas au critère A1 parce que les causes de la réduction n’ont pas cessé.
Critère B(petite aire de répartition, et déclin ou fluctuation) :
Sans objet. La zone d’occurrence et l’IZO dépassent tous deux les seuils.
Critère C(nombre d'individus matures peu élevé et en déclin) :
Correspond au critère de la catégorie « en voie de disparition », C1, car la population compte < 2 500 individus matures et a subi un déclin de > 40 % au cours de 2 générations (dépasse le seuil de 20 %).
Correspond au critère de la catégorie « menacée », C2a(i), car on observe un déclin continu et, selon les estimations, toutes les sous-populations comptent < 1 000 individus matures (et 2 en comprennent < 250, ce qui correspond presque au critère de la catégorie « en voie de disparition »).
Critère D(très petite population totale ou répartition restreinte) :
Le critère D1 n’est pas applicable, car la population est de > 1 000 individus.
Le critère D2 n’est pas applicable, car l’IZO et le nombre de localités dépassent les seuils.
Critère E(analyse quantitative) :
Correspond au critère de la catégorie « en voie de disparition », E, car 2 AVP ont été menées sur 10/15 et 15/15 des sous-populations, respectivement, et montrent que la probabilité de disparition est de > 20 % sur environ 45 ans (5 générations) pour 13 des sous-populations.

Haut de la page

Préface

 
Le présent rapport est fondé sur de l’information recueillie depuis l’évaluation et le rapport de situation de 2002 du COSEPAC sur le caribou des bois (Rangifer tarandus caribou) au Canada (COSEPAC, 2002) et le rapport sur les unités désignables du caribou au Canada (COSEPAC, 2011). Les caribous des montagnes de l’Ouest (objet du présent rapport) ont d’abord été évalués en tant que membres de la « population de l’Ouest » en 1984 (Kelsall, 1984). Cette unité a ensuite été divisée en 2000 pour former la « population des montagnes du Nord » et la « population des montagnes du Sud », qui ont été jugées respectivement « non en péril » et « menacée » sans toutefois faire l’objet d’un rapport de situation. Le statut des deux populations a été réévalué en mai 2002, et l’on a considéré que ces dernières constituaient deux de quatre « écotypes » de la sous-espèce caribou des bois (Rangifer tarandus caribou) prise en compte dans un plus gros rapport (COSEPAC, 2002) qui portait également sur la « population distincte » de Terre-Neuve. Ces écotypes du caribou des montagnes (des montagnes du Nord et des montagnes du Sud) étaient fondés sur les aires écologiques nationales du COSEPAC portant le même nom. La population des montagnes du Sud avait alors été de nouveau reconnue comme « menacée », et la population des montagnes du Nord, comme « préoccupante ».

Cette évaluation suit une analyse de la structure des unités désignables (UD) du caribou au Canada qui a été entreprise par le COSEPAC à titre de projet spécial (COSEPAC, 2011) afin de définir les UD qui seront utilisées dans les évaluations et les réévaluations à venir de cette espèce selon les plus récentes lignes directrices. En Amérique du Nord, la taxinomie la plus usuelle (Banfield, 1961) comprend quatre sous-espèces indigènes existantes et une disparue (y compris le caribou des bois [Rangifer tarandus caribou]); cette taxinomie est toutefois périmée et ne rend pas compte de la variabilité du caribou dans l’ensemble de son aire de répartition au Canada. En appliquant les critères des UD du COSEPAC touchant le caractère distinct et le caractère important (COSEPAC, 2013), on a séparé le caribou des montagnes de l’Ouest en trois UD : le caribou des montagnes du Nord, observé en Colombie-Britannique, au Yukon et dans les Territoires du Nord-Ouest (UD 7); le caribou des montagnes du Centre, en Colombie-Britannique et en Alberta (UD 8); le caribou des montagnes du Sud, dans le sud de la Colombie-Britannique (UD 9; COSEPAC, 2011).

De nombreuses nouvelles recherches ont été réalisées sur le caribou des montagnes de l’Ouest depuis le dernier rapport, et de nouvelles données tirées de relevés des populations ont été obtenues. Depuis la dernière évaluation, on a confirmé la disparition de deux sous-populations de l’UD des montagnes du Sud et de deux autres de l’UD des montagnes du Centre. Le présent rapport inclut également des mises à jour des connaissances écologiques traditionnelles recueillies auprès de sources autochtones et métisses et résumées par le Sous-comité des connaissances traditionnelles autochtones du COSEPAC. Ces sources ont été compilées et évaluées dans un rapport source et un rapport d’évaluation des connaissances traditionnelles autochtones (CTA) sur les caribous.

Haut de la page

Logotype du COSEPAC

Historique du COSEPAC

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a été créé en 1977, à la suite d’une recommandation faite en 1976 lors de la Conférence fédérale-provinciale sur la faune. Le Comité a été créé pour satisfaire au besoin d’une classification nationale des espèces sauvages en péril qui soit unique et officielle et qui repose sur un fondement scientifique solide. En 1978, le COSEPAC (alors appelé Comité sur le statut des espèces menacées de disparition au Canada) désignait ses premières espèces et produisait sa première liste des espèces en péril au Canada. En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) promulguée le 5 juin 2003, le COSEPAC est un comité consultatif qui doit faire en sorte que les espèces continuent d’être évaluées selon un processus scientifique rigoureux et indépendant.

Mandat du COSEPAC

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) évalue la situation, au niveau national, des espèces, des sous-espèces, des variétés ou d’autres unités désignables qui sont considérées comme étant en péril au Canada. Les désignations peuvent être attribuées aux espèces indigènes comprises dans les groupes taxinomiques suivants : mammifères, oiseaux, reptiles, amphibiens, poissons, arthropodes, mollusques, plantes vasculaires, mousses et lichens.

Composition du COSEPAC

Le COSEPAC est composé de membres de chacun des organismes responsable des espèces sauvages des gouvernements provinciaux et territoriaux, de quatre organismes fédéraux (le Service canadien de la faune, l’Agence Parcs Canada, le ministère des Pêches et des Océans et le Partenariat fédéral d’information sur la biodiversité, lequel est présidé par le Musée canadien de la nature), de trois membres scientifiques non gouvernementaux et des coprésidents des sous-comités de spécialistes des espèces et du sous-comité des connaissances traditionnelles autochtones. Le Comité se réunit au moins une fois par année pour étudier les rapports de situation des espèces candidates.

Haut de la page

Définitions (2014)

Espèce sauvage

Espèce, sous-espèce, variété ou population géographiquement ou génétiquement distincte d’animal, de plante ou d’un autre organisme d’origine sauvage (sauf une bactérie ou un virus) qui est soit indigène du Canada ou qui s’est propagée au Canada sans intervention humaine et y est présente depuis au moins cinquante ans.

Disparue (D)
Espèce sauvage qui n’existe plus.
Disparue du pays (DP)
Espèce sauvage qui n’existe plus à l’état sauvage au Canada, mais qui est présente ailleurs.
En voie de disparition (VD)Note de bas de définition a
Espèce sauvage exposée à une disparition de la planète ou à une disparition du pays imminente.
Menacée (M)
Espèce sauvage susceptible de devenir en voie de disparition si les facteurs limitants ne sont pas renversés.
Préoccupante (P)Note de bas de définition b
Espèce sauvage qui peut devenir une espèce menacée ou en voie de disparition en raison de l'effet cumulatif de ses caractéristiques biologiques et des menaces reconnues qui pèsent sur elle.
Non en péril (NEP)Note de bas de définition c
Espèce sauvage qui a été évaluée et jugée comme ne risquant pas de disparaître étant donné les circonstances actuelles.
Données insuffisantes (DI)Note de bas de définition d
Une catégorie qui s’applique lorsque l’information disponible est insuffisante (a) pour déterminer l’admissibilité d’une espèce à l’évaluation ou (b) pour permettre une évaluation du risque de disparition de l’espèce.

Note de bas de définition

Note de bas de définition a

Appelée « espèce disparue du Canada » jusqu’en 2003.

Retour à la référence de la note de bas de définition a

Note de bas de définition b

Appelée « espèce en danger de disparition » jusqu’en 2000.

Retour à la référence de la note de bas de définition b

Note de bas de définition c

Appelée « espèce rare » jusqu’en 1990, puis « espèce vulnérable » de 1990 à 1999.

Retour à la référence de la note de bas de définition c

Note de bas de définition d

Autrefois « aucune catégorie » ou « aucune désignation nécessaire ».

Retour à la référence de la note de bas de définition d

Note de bas de définition e

Catégorie « DSIDD » (données insuffisantes pour donner une désignation) jusqu’en 1994, puis « indéterminé » de 1994 à 1999. Définition de la catégorie (DI) révisée en 2006.

Table des matières