Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de l'abronie rose (Abronia umbellata) au Canada (Proposition)

Abronie rose © University of Washington Press; reproduction autorisée.

 

Abronie rose

 

 

Septembre 2006

 

 

Préface
Évaluation environnementale stratégique

 

La série de Programmes de rétablissement de la Loi sur les espèces en péril

Qu'est-ce que la Loi sur les espèces en péril (LEP)?

La LEP est la loi fédérale qui constitue l'une des pierres d'assise de l'effort national commun de protection et de conservation des espèces en péril au Canada. Elle est en vigueur depuis 2003 et vise, entre autres, àpermettre le rétablissement des espèces qui, par suite de l'activité humaine, sont devenues des espèces disparues du pays, en voie de disparition ou menacées.

Qu'est-ce que le rétablissement?

Dans le contexte de la conservation des espèces en péril, le rétablissement est le processus par lequel le déclin d'une espèce en voie de disparition, menacée ou disparue du pays est arrêté ou inversé et par lequel les menaces à sa survie sont éliminées ou réduites de façon à augmenter la probabilité de survie de l'espèce à l'état sauvage. Une espèce sera considérée comme rétablie lorsque sa survie à long terme à l'état sauvage aura été assurée.

Qu'est-ce qu'un programme de rétablissement?

Un programme de rétablissement est un document de planification qui identifie ce qui doit être réalisé pour arrêter ou inverser le déclin d'une espèce. Il établit des buts et des objectifs et indique les principaux champs des activités à entreprendre. La planification plus élaborée se fait à l'étape du plan d'action.

L'élaboration de programmes de rétablissement représente un engagement de toutes les provinces et de tous les territoires ainsi que de trois organismes fédéraux -- Environnement Canada, l'Agence Parcs Canada et Pêches et Océans Canada -- dans le cadre de l'Accord pour la protection des espèces en péril. Les articles 37 à 46 de la LEP décrivent le contenu d'un programme de rétablissement publié dans la présente série ainsi que le processus requis pour l'élaborer.

Selon le statut de l'espèce et le moment où elle a été évaluée, un programme de rétablissement doit être préparé dans un délai de un à deux ans après l'inscription de l'espèce à la Liste des espèces en péril de la LEP. Pour les espèces qui ont été inscrites à la LEP lorsque celle-ci a été adoptée, le délai est de trois à quatre ans.

Et ensuite?

Dans la plupart des cas, un ou plusieurs plans d'action seront élaborés pour définir et guider la mise en oeuvre du programme de rétablissement. Cependant, les recommandations contenues dans le programme de rétablissement suffisent pour permettre la participation des collectivités, des utilisateurs des terres et des conservationnistes à la mise en oeuvre du rétablissement. Le manque de certitude scientifique ne doit pas être prétexte à retarder la prise de mesures efficientes visant à prévenir la disparition ou le déclin d'une espèce.

La série de Programmes de rétablissement

Cette série présente les programmes de rétablissement élaborés ou adoptés par le gouvernement fédéral dans le cadre de la LEP. De nouveaux documents s'ajouteront régulièrement à mesure que de nouvelles espèces seront inscrites à la Liste des espèces en péril et que les programmes de rétablissement existants seront mis à jour.

Pour en savoir plus

Pour en savoir plus sur la Loi sur les espèces en péril et les initiatives de rétablissement, veuillez consulter le Registre public de la LEP et le site Web du Secrétariat du rétablissement (http://www.especesenperil.gc.ca/recovery/).

Citation recommandée :

Fairbarns, M.D., C. Webb, L.K. Blight, N. Page, B. Costanzo, T. Kaye, T. Lea and J. McIntosh. 2006. Programme de rétablissement de l'abronie rose (Abronia umbellata) au Canada [Proposition]. Programmes de rétablissement de la Loi sur les espèces en péril. Agence Parcs Canada, Ottawa. vii + 21p.


Exemplaires additionnels :

Des exemplaires additionnels peuvent être téléchargés à partir du site web du Registre de la LEP.

Photographie de la couverture :© University of Washington Press; reproduction autorisée.

Also available in English under the title:

">Recovery strategy for the pink sand-verbena (Abronia umbellata) in Canada (proposed)."

© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le ministre de l'Environnement, 2006. Tous droits réservés.

Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada

Programme de rétablissement de l'abronie rose (Abronia umbellata) au Canada (proposition) [ressource électronique].

(Loi sur les espèces en péril, programmes de rétablissement)
Monographie électronique en version PDF.
Mode d'accès: World Wide Web.
Publ. aussi en anglais sous le titre: Recovery strategy for the pink sand-verbena (Abronia umbellata) in Canada (proposed).

Comprend des réf. bibliogr.
ISBN 0-662-72361-9
No de cat.:  R62-388/2006F-PDF

1. Abronie rose--Conservation--Canada.  2. Abronie rose--Conservation--Colombie-Britannique. 3. Flore--Rétablissement--Canada. 4. Plantes menacées d'extinction--Canada. 5. Plantes--Conservation--Colombie-Britannique. I. Parcs Canada II. Coll. : Loi sur les espèces en péril, programmes de rétablissement (En ligne).

QK495.V5R4214 2006
333.95'321530971
C2006-980192-4

Le contenu du présent document (sauf l'illustration de la couverture) peut être utilisé sans permission, à condition que la source soit adéquatement citée.

Préface

Ce programme de rétablissement porte sur l'abronie rose. Au Canada, on ne trouve cette espèce que dans la réserve de parc national du Canada Pacific Rim, située sur la côte ouest de l'île de Vancouver. Bien que l'espèce n'ait pas été observée dans la réserve depuis 2001, on présume qu'elle s'y trouve toujours sous forme de semences dormantes qui pourraient donner des plants capables de se reproduire.

En vertu de l'Accord pour la protection des espèces en péril (1996), le gouvernement fédéral et les gouvernements des provinces et territoires se sont entendus pour travailler ensemble à l'élaboration de lois, programmes et politiques visant à protéger les espèces en péril dans tout le Canada. Conformément à la Loi sur les espèces en péril (L. C. 2002, ch. 29) (LEP), le ministre compétent prépare des programmes de rétablissement pour les espèces disparues du pays, en voie de disparition et menacées visées par la Loi.

L'Agence Parcs Canada a dirigé la préparation du programme de rétablissement avec les membres de l'équipe de rétablissement de l'abronie rose, en coopération et en consultation avec la province de Colombie-Britannique, Environnement Canada et le Service canadien de la faune, les Premières nations et les propriétaires fonciers.

Le programme sera complété par un plan d'action qui donnera les détails des mesures de rétablissement spécifiques à appliquer pour favoriser la conservation de l'espèce. Dans la mesure du possible, la ministre de l'Environnement s'assurera que les Canadiens intéressés ou directement touchés par ces mesures soient consultés.

Le rétablissement réussi de l'espèce dépend de l'engagement et de la coopération des diverses parties responsables de la mise en œuvre des orientations du programme. Dans l'esprit de l'Accord pancanadien pour la protection des espèces en péril, tous les Canadiens sont invités appuyer et à mettre en œuvre ce programme ensemble, pour le bien de l'espèce en question et celui de la société canadienne dans son ensemble. La Ministre rendra compte des progrès accomplis dans un délai de cinq ans.

Évaluation environnementale stratégique

Conformément à la Directive du Cabinet sur l'évaluation environnementale des projets de politiques, de plans et de programmes, une évaluation environnementale stratégique (EES) est réalisée pour tous les projets de rétablissement d'espèces en péril désignées aux termes de la LEP. Le but de cette évaluation est de garantir que les conséquences pour l'environnement des politiques, plans et programmes publics proposés seront prises en compte dès l'étape de leur élaboration, de manière à permettre une prise de décision éclairée.

Les programmes de rétablissement visent à favoriser les espèces en péril et la biodiversité en général, mais ils peuvent avoir des effets imprévus sur l'environnement. Le processus de planification, fondé sur des lignes directrices nationales, prend en compte directement tous les effets environnementaux et tout particulièrement l'impact possible sur des espèces non visées ou leur habitat. Les résultats de l'EES ont été intégrés au programme lui-même, mais ils sont également résumés ci-dessous.

Le programme de rétablissement de l'abronie rose (Abronia umbellata)  au Canada a fait l'objet d'une évaluation environnementale stratégique (EES) conformément à la Directive du Cabinet de 2004 sur l'évaluation environnementale des projets de politiques, de plans et de programmes. Cette évaluation avait pour objectif principal de déterminer et d'évaluer les mesures susceptibles d'induire des effets environnementaux. Les effets positifs et négatifs de ces mesures ont été pris en compte. Cette évaluation incluait l'examen et l'évaluation de toutes les mesures ou activités proposées dans le programme de rétablissement de l'abronie rose au Canada. Les propositions qui ont été jugées susceptibles d'engendrer des effets environnementaux importants ont été évaluées et documentées plus en détail. Les résultats de cette évaluation sont analysés brièvement ci-après. De plus amples renseignements sur la documentation relative à l'évaluation environnementale sont fournis dans l'évaluation environnementale stratégique du programme de rétablissement de l'abronie rose au Canada (Agence Parcs Canada 2006).

Les menaces potentielles pour l'abronie rose et son habitat sont énumérées dans le Programme de rétablissement. Les lacunes dans les connaissances y sont également passées en revue. Les objectifs et mesures de rétablissement visent principalement à atténuer les menaces et à combler les lacunes liées aux connaissances. Le risque que les mesures proposées dans le programme de rétablissement aient des effets environnementaux négatifs importants, individuellement ou collectivement, est faible. Parmi ces mesures, ce sont les activités de recherche et de surveillance sur le terrain qui risquent le plus d'entraîner des effets environnementaux négatifs. Dans la mesure du possible, on utilisera les voies d'accès existantes et d'autres moyens d'accès à faible incidence pour atteindre et traverser les stations à l'étude. Cette façon de faire vise à réduire de façon significative les impacts potentiels de ces activités. Les meilleures pratiques disponibles seront utilisées au cours des travaux sur le terrain dans les secteurs où un risque de perturbations anthropiques pour les espèces sauvages existe. Les effets environnementaux des activités sur le terrain sont évitables ou peuvent être atténués efficacement à l'aide de méthodes technologiques éprouvées. Les impacts des activités sur le terrain sont donc considérés comme négligeables et réversibles.

La planification du rétablissement d'une espèce en particulier vise à protéger une espèce en péril. Il n'est cependant pas exclu que certaines des activités prévues dans le cadre du programme de rétablissement puissent avoir des effets environnementaux imprévus. Le programme de rétablissement et l'EES ont donc permis d'évaluer le risque que le programme ait des effets néfastes imprévus pour les espèces non ciblées. Ces évaluations indiquent que le programme devrait avoir des retombées bénéfiques tant pour l'abronie rose que pour d'autres espèces partageant l'habitat formé par la partie haute des plages. La mise en œuvre du programme de rétablissement devrait également nous permettre de réduire les menaces qui pèsent sur l'abronie rose et de mieux comprendre l'écologie de cette espèce dans la zone côtière de la Colombie-Britannique. Les connaissances ainsi amassées nous aideront à mieux planifier les mesures actuelles et futures de rétablissement de l'abronie et, dès lors, à accroître les chances de succès du programme.

Certaines activités prévues dans le cadre du programme de rétablissement, en particulier translocation de la plante, pourrait être sujet d'une évaluation environnementale à l'échelle du projet tel que requis par la Loi canadienne sur l'évaluation environnementale (LCEE). Les effets environnementaux de toutes les activités nécessitant la tenue d'une évaluation environnementale aux termes de la LCEE seront évalués selon les dispositions de la Loi.

Information sur le document