Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de l'abronie rose (Abronia umbellata) au Canada (Proposition)


Sommaire

Contexte

L'abronie rose a été évaluée comme étant une espèce en voie de disparition au Canada en mai 2004 par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC), et ajoutée à l'annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril en juillet 2005. Il s'agit d'une espèce endémique du centre de la côte ouest d'Amérique du Nord qui a été désignée espèce préoccupante aux États-Unis. À l'heure actuelle, son aire de répartition au Canada consiste en une seule population qui se trouve dans la réserve de parc national Pacific Rim, le long de la côte ouest de l'île de Vancouver. Malgré des relevés annuels effectués à cet endroit précis, l'espèce y a été observée pour la dernière fois en 2001. La plus grande menace à laquelle elle fait face est la forte probabilité de son effondrement démographique, puisque sa population n'a jamais été très importante et qu'elle est soit disparue du pays, soit composée aujourd'hui de semences enfouies dans le sol. Les activités récréatives rattachées au sentier de la Côte-Ouest, les tempêtes d'hiver qui refaçonnent la partie supérieure des plages, où pousse l'espèce, et l'augmentation des dépôts de billes flottantes menace aussi sa population. Les graminées envahissantes, qui ont colonisé d'autres plages de la région, constituent une menace imminente.

Il existe d'importantes lacunes dans les connaissances. On ne connaît pas la taille, la nature ni la répartition du réservoir de semences du sol (s'il en existe un) de la seule et unique population, qui vient d'être signalée. Les techniques de réintroduction mises au point pour l'espèce dans les autres secteurs de son aire de répartition n'ont pas été essayées au Canada. Bien que les tendances démographiques soient déterminantes pour une gestion efficace à long terme, elles n'ont pas été décrites. Aucune autre population canadienne actuelle n'a été signalée, que ce soit à l'intérieur ou à proximité de son aire de répartition historique. Mais il se peut que les relevés réalisés auparavant aient été inadéquats.

Faisabilité du rétablissement

On considère que le rétablissement est réalisable. La population observée pour la dernière fois peut encore exister sous forme de réservoir de semences; de plus, on a conservé une petite quantité de semences récoltées sur le site en 2001. Des techniques de multiplication ont été mises au point en vue d'une réintroduction de la plante dans un milieu propice; ces techniques pourraient être transférées au Canada. L'habitat de la population observée pour la dernière fois est relativement intact, de même que plusieurs autres plages semblables situées dans l'aire de répartition historique de l'espèce. Les menaces qui pèsent sur l'espèce et son habitat ne sont pas inévitables et ne constituent pas un obstacle au rétablissement.

But et objectifs du rétablissement

Le programme de rétablissement de l'abronie rose a pour but d'établir trois populations viables, réparties dans l'aire de répartition historique canadienne. On atteindra ce but en augmentant la taille de la population dans la localité où l'espèce a été observée pour la dernière fois, en enlevant les billes échouées qui menacent l'habitat sur les plages, en sensibilisant le public à l'espèce, en instaurant une protection permanente des lieux d'occurrence historique, en faisant participer tous les propriétaires fonciers concernés, en trouvant des sites de translocation prometteurs, en restaurant leurs conditions de fonctionnement et en réussissant à établir deux autres populations.