Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Espèces sauvages 2015: la situation générale des espèces au Canada

Photo principale de la page couverture : Un halicte (Agapostemon sp.) © Jason Bearns (photo prise en Ontario)
Photo principale de la page couverture : Un halicte (Agapostemon sp.) © Jason Bearns (photo prise en Ontario)
Autres photos de la page couverture : Ours blanc (Ursus maritimus) © Gordon Court, Saltique septentrional (Phidippus borealis) © Joanne Bovee, Sabatie de Kennedy (Sabatia kennedyana) © Nova Scotia Museum, Éponge digitée (Amphilectus digitatus) © John Rix

Ce rapport est le produit d’une collaboration de tous les gouvernements provinciaux et territoriaux du Canada, ainsi que du gouvernement fédéral.

Logo du gouvernement fédéral et logos
Photo: Logo du gouvernement fédéral et logos de tous les gouvernements provinciaux et territoriaux au Canada
Logo espèces sauvages
Photo: Logo ESPÈCES SAUVAGES © Paul M. Brunelle

Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril. 2016. Espèces sauvages 2015: la situation générale des espèces au Canada. Groupe de travail national sur la situation générale: 128 pp.

Disponible en anglais sous le titre: Wild Species 2015: The General Status of Species in Canada.

Résumé

Dans le présent rapport, le statut de conservation de 29 848 espèces a été évalué au Canada parmi 34 groupes taxonomiques différents : certains macrochampignons, macrolichens, bryophytes, plantes vasculaires, éponges, coraux, bivalves d’eau douce, escargots et limaces terrestres et d’eau douce, araignées, éphémères, libellules et demoiselles, plécoptères, sauterelles et semblables, neuroptères, coléoptères, fourmis, abeilles, guêpes jaunes, trichoptères, papillons, mécoptères, simulies, moustiques, taons, bombyles, syrphes, décapodes, holothuries, oursins, poissons, amphibiens, reptiles, oiseaux, et mammifères. Selon les résultats obtenus, la majorité des espèces au Canada sont en sécurité. En fait, parmi les espèces qui sont gravement en péril, en péril, vulnérable, apparemment en sécurité ou en sécurité, 80% des espèces ont un rang national apparemment en sécurité ou en sécurité. Cependant, 1659 espèces ont été identifiées comme étant possiblement en péril au Canada. Parmi celles-ci, 1032 espèces ont seulement une petite partie de leur aire de répartition au Canada (10% ou moins) et 498 sont intermédiaires (de 11% à 74%). Toutefois, 129 espèces ont 75% ou plus de leur aire de répartition au Canada, parmi lesquelles 99 espèces sont considérées comme endémiques au Canada. Un pointage prioritaire a été attribué à chacune des 1659 espèces possiblement en péril, et 296 espèces ont eu les pointages prioritaires les plus élevés (entre 1 et 5). Certaines ont déjà fait l’objet d’évaluations détaillées du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada, et les autres pourraient être choisies en priorité comme espèces candidates potentielles pour des évaluations détaillées. Les résultats obtenus témoignent également de la présence d’un grand nombre d’espèces exotiques au Canada. Dans ce rapport, un total de 2394 espèces ont été identifiées comme exotiques à l’échelle nationale. La plupart des espèces exotiques sont des plantes vasculaires (1315 espèces; 25% de toutes les espèces de plantes vasculaires au Canada sont exotiques). Au total, 10 687 espèces ont été classées comme inclassables ou non classées à l’échelle nationale en raison d’un manque de connaissances. Nous avons identifié 578 espèces migratrices dans ce rapport. Par ailleurs, le statut de conservation des espèces incluses dans les rapports Espèces sauvages précédents a été mis à jour. Parmi les groupes taxonomiques qui ont été réévalués dans ce rapport, 3301 espèces ont eu un changement dans leur statut à l’échelle nationale. Au total, 449 espèces ont eu un niveau de risque plus élevé, 414 espèces ont eu un niveau de risque moins élevé, et 1382 espèces ont été déplacées des rangs inclassable, non classée, ou non applicable. De plus, 595 espèces ont été ajoutées à la liste et 461 espèces ont été effacées de la liste. La plupart des changements (50%) résultent d’une amélioration des connaissances des espèces. Des noms communs en français et en anglais ont été développés pour plusieurs espèces. À l’avenir, les rapports de la série Espèces sauvages continueront de contribuer à la consolidation de nos connaissances sur les espèces du Canada.

Résumé