Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le saumon atlantique (populations de l’intérieur de la baie de Fundy) au Canada

Protection actuelle ou autres désignations de statut

Désignations

Saumon atlantique

 

      UICN : LR (faible risque/quasi menacée)

      Centre de données sur la conservation du Canada Atlantique :

                  cote globale : G5 (non en péril à l’échelle mondiale)

                  cote nationale (Canada) : N4 (habituellement répandue)

         cote provinciale (Nouveau-Brunswick) : S3 (peu commune)

         cote provinciale (Nouvelle-Écosse) : S2 (rare)

      Selon le WWF (2001), le saumon atlantique a disparu de 15 p. 100 des rivières de son aire de répartition mondiale (N = 2 005 rivières dans 19 pays). Toujours dans ces rivières, il est en situation critique dans 12 p. 100 d’entre elles, en voie de disparition dans 20 p. 100, vulnérable dans 10 p. 100 et en santé dans 43 p. 100.

UD – saumons atlantiques de l’intérieur de la baie de Fundy

      COSEPAC : en voie de disparition (mai 2001)

      Loi sur les espèces en péril : en voie de disparition, annexe 1 (juin 2003)

 

Plans de protection et de rétablissement

Au Canada, la Loi sur les pêches, mise en œuvre par Pêches et Océans Canada (MPO), offre une protection fédérale au saumon atlantique. Depuis 1990, toute forme de pêche (commerciale, récréative et autochtone) au saumon atlantique est interdite. Environnement Canada met en œuvre l’article de la Loi portant sur le rejet de substances nocives dans les cours d’eau. Deux rivières (Upper Salmon et Point Wolfe) sont partiellement à l’intérieur des limites du parc national Fundy et sont protégées par la Loisur les parcs nationaux, mise en œuvre par l’Agence Parcs Canada du ministère de l’Environnement. Le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse sont responsables des droits d’usage du lit et de l’eau des rivières, de la délivrance de permis de pêche récréative, de la protection de l’environnement, de l’utilisation du sol, de l’aménagement forestier, de l’agriculture et de l’aquaculture (et donc du nombre et de l’emplacement des élevages de saumons atlantiques). Les gouvernements fédéral et provinciaux collaborent à la gestion des populations de l’IBF; le MPO est l’autorité responsable du programme de rétablissement.

Stratégie nationale de rétablissement du saumon atlantique de l’IBF

L’équipe nationale de rétablissement des populations de saumons atlantiques de l’IBF a élaboré une stratégie définissant les actions nécessaires à la protection, à la conservation et au rétablissement du saumon atlantique de l’IBF (National Recovery Team, 2002). Parmi les mesures figurent : des recensements sur l’abondance des juvéniles (voir, p. ex., Gibson et al., 2003a; idem, 2004), des analyses génétiques (voir, p. ex., O’Reilly, en préparation), la surveillance des juvéniles et des adultes (voir, p. ex., Gibson et al., 2004), la création d’une banque de gènes vivants prévoyant la reproduction en captivité et la libération des individus (voir, p. ex., O’Reilly et Doyle, sous presse), des évaluations des menaces, des études de la migration, la fermeture de toutes les pêches dirigées au saumon de l’IBF et la création d’un organisme afin de guider le programme de rétablissement. Une mise à jour de la stratégie de rétablissement sera publiée en 2006.

Banque de gènes vivants

Afin de réduire la probabilité de disparition des saumons atlantiques de l’IBF, l’équipe de rétablissement a mis en place un programme de banque de gènes vivants (BGV) pour la reproduction et l’alevinage en captivité (O’Neil et al., 2003; Gibson et al., 2004; O’Reilly et Doyle, sous presse). La BGV a pour objectif de préserver la constitution génétique des populations et donc de protéger les poissons tout en permettant le rétablissement de populations viables. La capture de reproducteurs fondateurs dans les deux rivières témoins, soit la Big Salmon et la Stewiacke, a commencé en 1998, et l’entreprise a ensuite été étendue à neuf autres cours d’eau. Les saumons sauvages sont capturés au stade de tacons (pêche électrique) ou de smolts (pièges rotatifs), élevés en écloseries jusqu’à leur maturité et accouplés selon un protocole génétique visant à réduire le plus possible la perte de diversité génétique. Les descendants sont ensuite libérés à différents stades de leur croissance dans les rivières d’origine afin d’être soumis à une sélection naturelle avant d’être recapturés. La première libération date de 2001 et, depuis, on relâche des individus chaque année. Les rivières qui ont profité de la BGV ont tendance à avoir des densités en saumons plus élevées que les autres (figures 11 et 12). Le programme de BGV ne cherche toutefois pas à ce que les descendants atteignent leur maturité en liberté et se reproduisent normalement : il vise plutôt à conserver les gènes des saumons de l’IBF jusqu’à ce que les conditions environnementales permettent le rétablissement de l’UD. Les programmes d’alevinage ont rarement mené au rétablissement des populations sauvages (National Research Council, 2002; idem, 2004), et, à l’heure actuelle, le programme de BGV, bien qu’il soit peut-être le programme d’élevage le plus avancé en Amérique du Nord, devrait être considéré comme un programme expérimental. En 2003, avec 1 600 adultes dans les installations de la BGV (tableau 3) et peut-être seulement 100 en liberté, il est évident que, tant que les chercheurs et les gestionnaires n’auront pas identifié et résolu les problèmes à l’origine du déclin des populations, l’avenir immédiat des saumons atlantiques de l’IBF est entre les mains des éleveurs.

Tableau 3. Nombre desaumons atlantiques par stade de développement dans la banque de gènes vivants du saumon de l’IBF en décembre 2003. Tiré de Gibson et al. (2004).
Province et
Rivière d’origine
Stade de
développement

Œuf
Stade de
développement

Tacon
Stade de
développement

Post-smolt
Stade de
développement

Adulte
     
Nouvelle-Écosse    
Gaspereau73 00012 0005267
Stewiacke477 00051 000180547
Great Village   48
Economy   34
Harrington  202 
Portapique   7
Folly   1
Debert   2
Bassin des Mines   13
     
Nouveau-Brunswick    
Big Salmon1 100 00024 000970742
Black100 000  142
Upper Salmon  96 
     
     
Total1 750 00087 0001 5001 603