Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le saumon atlantique (populations de l’intérieur de la baie de Fundy) au Canada

Importance de l'espèce

Les saumons atlantiques de l’IBF forment une lignée canadienne unique, distincte de tous les autres saumons atlantiques du monde. Il n’existe que très peu de lignées de saumons atlantiques au Canada (figure 2).

Ces saumons contribuent aux écosystèmes d’eau douce et d’eau salée de la région de la baie de Fundy en transportant les nutriments d’un écosystème à l’autre et en participant, comme proies et prédateurs, au flux d’énergie à l’intérieur des écosystèmes. Il est aussi la principale espèce hôte de la mulette perlière de l’est (Margaritifera margaritifera) et, probablement, de l’alasmidonte naine (Alasmidonta heterodon) (Hanson et Locke, 2001; National Recovery Team, 2002). Il est utilisé traditionnellement par : i) les peuples autochtones (Malécites et Mi’kmaq); ii) la pêche commerciale (captures à partir d’au moins 1875 jusqu’à 1984); iii) la pêche récréative (captures jusqu’en 1990). Les estimations de la valeur annuelle de la seule pêche récréative dans l’IBF vont de plus de 250 000 $ (National Recovery Team, 2002) à plus de 1 million de dollars (Gardner Pinfold, 1991). Les saumons servent aussi de sujet à l’art de la région, de sujet d’enseignement à l’école et de symbole du patrimoine et de la santé aux peuples du Canada