Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement multi-espèces visant les espèces en péril des prés maritimes associés aux chênaies de Garry au Canada (Proposé)


Information sur les espèces

1.16 Lupin élégant (Lupinus lepidus var. lepidus)

Nom commun : Lupin élégant

Nom scientifique : Lupinus lepidus var. lepidus

Statut : Espèce en voie de disparition

Dernier examen ou dernière modification : Mai 2000 (aucune modification)

Justification de la désignation : En voie de dispraition en raison d'une petite aire de répartition et de populations en déclin. Peut être disparu du Canada.

Présence au Canada : Colombie-Britannique

Historique du statut : Espèce désignée « en voie de disparition » en avril 1996. Réexamen et confirmation du statut en mai 2000. Dernière évaluation fondée sur un rapport de situation existant.

1.16.1 L'espèce

La taxinomie actuelle du lupin élégant est complexe et ne fait pas l'unanimité. Douglas et Ryan (1996b) donnent une description de la classification et de la nomenclature.

Le Lupinus lepidus var. lepidus est une herbacée vivace formant une touffe de 20 à 45 cm de hauteur. Les feuilles, soyeuses, sont surtout basiliaires, la tige portant quelques feuilles alternes. Les feuilles sont palmées, à 5 à 9 folioles. Les fleurs, bleues, blanches ou violettes, sont semblables à celles du pois et réunies en grappes terminales. Elles mesurent 10 à 13 mm de longueur. Les gousses sont pubescentes, mesurent 1 à 3 cm de longueur et contiennent 2 à 4 graines. Les caractères distinctifs incluent les tiges et feuilles densément pubescentes et la base de la tige ligneuse (Douglas et al., 1999a; Ryan et Douglas, 1996).

1.16.2 Populations et répartition

Selon Ryan et Douglas (1996b), l'aire de répartition du lupin élégant s'étend de la Colombie-Britannique jusqu'en Oregon, en passant par l'État de Washington. La répartition de l'espèce aux États-Unis est difficile à déterminer en raison de la confusion qui règne autour de sa taxinomie et du fait qu'elle n'est pas considérée comme une espèce rare dans l'État de Washington et en Oregon (cote SNR). On lui a attribué la cote S1 en Alaska, mais l'identification du spécimen concerné a été remise en question (Ryan et Douglas, 1996b). Le lupin élégant est relativement commun dans les prairies de la portion sud de Puget Sound (comtés de Thurston et de Pierce). Bien que ces prairies soient très fragmentées et menacées, le lupin élégant y est commun et est une espèce caractéristique de l'association végétale fétuque de Roemer/aster rigide (Festuca idahoensis var. roemerii/Sericocarpus rigidus) (Chappell, comm. pers., 2004).

Au Canada, l'existence de deux populations de lupin élégant a récemment (BC Conservation Data Centre, 2005) été reconfirmée dans le sud-est de l'île de Vancouver, aux monts Braden et MacDonald. La zone d'occurrence historique du lupin élégant est difficile à déterminer à cause du faible nombre de mentions (BC Conservation Data Centre, 2004).

Figure 7. Répartition mondiale et canadienne du Lupinus lepidus var. lepidus.
(La répartition mondiale est illustrée à gauche, et la répartition canadienne, à droite. Pour le Canada, les populations disparues sont désignées par un triangle ouvert, les populations dont la situation n'a pas été vérifiée, par un triangle gris, et les populations existantes encore tout récemment, par un triangle plein.)
Figure 7. Répartition mondiale et canadienne du Lupinus lepidus var. lepidus.(La répartition mondiale est illustrée à gauche, et la répartition canadienne, à droite. Pour le Canada, les populations disparues sont désignées par un triangle ouvert, les populations dont la situation n'a pas été vérifiée, par un triangle gris, et les populations existantes encore tout récemment, par un triangle plein.)

1.16.3 Tendances des populations et de la répartition

Le rapport de situation du COSEPAC décrit sept populations disparues ou stations pour lesquelles les indications géographiques sont imprécises. On ignore la taille de la population totale historique au Canada.

Depuis la rédaction du rapport de situation, la présence de deux populations a été confirmée, l'une au mont Braden (1996), dans l' aire de nature sauvage des Sooke Hills, et l'autre au parc régional du mont Wells (2001) (tableau 15). Aucun individu n'a été trouvé au cours des années subséquentes au mont Braden (Roemer, comm. pers., 2004), mais en juillet 2005, 2 individus y ont été observés. Au mont Wells, 7 individus ont été découverts en 2001 après un incendie (BC Conservation Data Centre, 2004). En 2003, la station était envahie par des populations denses de busserole du Columbia [Arctostaphylos columbiana] et de genêt à balais [Cytisus scoparius], espèce exotique, et seulement 2 individus (dont un qui avait fleuri et portait 2 graines dans une gousse) ont été trouvés (Maslovat, obs. pers., 2003). Aucun individu n'a été trouvé en 2004, mais les graines étaient probablement encore présentes dans le réservoir de semences (Roemer, comm. pers., 2004). Enfin, en juillet 2005, 113 individus ont été trouvés au mont MacDonald; c'était la première fois que la présence de l'espèce y était observée depuis 1913 (base de données du Centre de données sur la conservation de la Colombie-Britannique).

Tableau 15. Stations canadiennes du Lupinus lepidus var. lepidus
PopulationRégime foncierDonnées tirées du rapport de situationDonnées obtenues subséquemment
DateObservateursNombre d'individusDateObservateursNombre d'individus
Plaines de LangfordInconnu1908MacounDisparueAucune donnée obtenue subséquemment
Mont MacDonaldRéserve de parc du district régional de la capitale, aire de nature sauvage des Sooke Hills1915NewcombeInconnuAucune donnée obtenue subséquemment
Observatory HillInstitut Herzberg d'astrophysique du Conseil national de recherches1960HardyInconnu2003FairbarnsProbablement disparue
Vallée de la KoksilahInconnu1973BrayshawInconnuAucune donnée obtenue subséquemment
Pointe CattleMunicipalité d'Oak Bay (lieu désigné parc urbain)1991BrayshawInconnuMention peut-être fondée sur une identification erronée (Fairbarns et Penny, 2003)
Beacon HillVille de Victoria (lieu désigné parc urbain)1993RyanDisparueAucune donnée obtenue subséquemment
Lac SomenosInconnu151994DouglasDisparueAucune donnée obtenue subséquemment
Mont BradenRéserve de parc du district régional de la capitale, aire de nature sauvage des Sooke HillsPopulation inconnue au moment de la rédaction du rapport de situation1996
1999
2005
Roemer4
0
2
Mont WellsRéserve de parc du district régional de la capitale, aire de nature sauvage des Sooke HillsPopulation inconnue au moment de la rédaction du rapport de situation2001
2003
2004
Roemer
Maslovat
Roemer
7
2 (un ayant fleuri)
Réserve de
semences?
Mont MacDonaldRéserve de parc du district régional de la capitale, aire de nature sauvage des Sooke HillsPopulation qui n'avait pas été observée depuis 19132005Roemer113

15 Cette station relève soit du ministère des Transports de la Colombie-Britannique ou de la Esquimalt & Northern Railroad, car elle est située entre l'autoroute Transcanadienne et la voie ferrée.

1.16.4 Caractéristiques biotiques et abiotiques de l'habitat

Comme le lupin élégant compte au Canada seulement quelques stations répertoriées, il est difficile de décrire de façon précise les caractéristiques de son habitat (Ryan et Douglas, 1996b). Il se rencontre généralement dans des milieux xériques exposés à sol rocailleux ou graveleux bien drainé et pauvre en éléments nutritifs (Ryan et Douglas, 1996b). Les populations se rencontrent en terrain plat ou incliné (20 %), à des altitudes variant entre 30 à 360 mètres. Au mont Wells (2001), le lupin élégant a été observé dans un secteur brûlé depuis peu, en terrain plat à sol peu profond (< 30 cm). Une station anciennement occupée était régulièrement fauchée, et une autre se trouvait dans une zone perturbée entre l'autoroute et une voie ferrée (BC Conservation Data Centre, 2004).

Au mont Wells, le lupin élégant a été trouvé en association avec la busserole du Columbia (Arctostaphylos columbiana) (sujets produisant des rejets), le groseillier sanguin (Ribes sanguineum) (semis), le groseillier de Lobb (Ribes lobbii), l'holodisque discolore (Holodiscus discolor) et diverses mauvaises herbes et graminées annuelles. Au mont Braden, il a été observé parmi des colonies éparses de fétuque de Roemer (Festuca idahoensis ssp. roemeri), dela mousse Racomitrium canescens et de lichens. Au lac Somenos, il poussait en compagnie du Racomitrium canescens et du lupin polyphylle (Lupinus polyphyllus), et le genêt à balais (Cytisus scoparius), espèce exotique, était présent en périphérie de la population (BC Conservation Data Centre, 2004).

Dans l'État de Washington, le lupin élégant semble préférer les milieux exposés à un stress hydrique, où le sol est très peu humide en été (Ewing, comm. pers., 2004).

1.16.5 Cycle annuel

Le lupin élégant est une plante vivace qui semble présenter une courte durée de vie. Rien n'a encore été publié sur la phénologie ou la démographie de l'espèce. Les graines semblent demeurer viables pendant de longues périodes dans le réservoir de semences (Douglas, comm. pers., 2004).

1.16.6 Facteurs limitatifs sur le plan biologique

En l'absence de perturbations périodiques du sol ou d'incendies, le lupin élégant semble décliner (Ryan et Douglas, 1996b). La disparition de l'espèce pourrait être due à un manque de vigueur des sujets matures ou à la compétition (Ryan et Douglas, 1996b).

La prédation des graines (Grosboll, comm. pers., 2004) et l'herbivorie (Fagan et Bishop, 2000; Fagan et al., 2001) touchent d'autres Lupinus, mais les effets de ces facteurs chez le lupin élégant sont inconnus. Durant des essais de plantation effectués à Seattle, dans l'État de Washington, l'ajout de paillis et d'engrais a causé une diminution de la taille des semis, et une maladie inconnue a décimé la population (Ewing, 2002; Ewing, comm. pers., 2004).