Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement multi-espèces visant les espèces en péril des prés maritimes associés aux chênaies de Garry au Canada (Proposé)


Information sur les espèces

1.12 Triphysaire versicolore (Triphysaria versicolor ssp. versicolor)

Nom commun : Triphysaire versicolore

Nom scientifique : Triphysaria versicolor ssp. versicolor

Statut : Espèce en voie de disparition

Dernier examen ou dernière modification : Mai 2000 (aucune modification)

Justification de la désignation : Espèce isolée et ayant des exigences très spécifiques en matière d'habitat, il existe peu de populations dans une aire très limitée, et l'espèce est sujette au développement et en péril à cause des activités récréatives et de la concurrence avec les plantes exotiques.

Présence au Canada : Colombie-Britannique

Historique du statut: Espèce désignée « en voie de disparition » en avril 1998. Réexamen et confirmation du statut en mai 2000. Dernière évaluation fondée sur un rapport de situation existant.

1.12.1 L'espèce

Le Triphysaria versicolor Fisch. et C. Meyer ssp. versicolor est un taxon bien défini selon la définition fournie dans le rapport de situation du COSEPAC (Penny et al., 1996). La seule autre sous-espèce, le T. versicolor ssp. faucibarbatus, se rencontre uniquement en Californie (Chuang et Heckard, 1993).

La triphysaire versicolore est une petite (10 à 50 cm) herbacée annuelle à tiges et feuilles finement pubescentes. Les feuilles sont pennées et divisées en segments linéaires. L'inflorescence est un épi terminal composé de fleurs blanches ou roses et de bractées foliacées. La triphysaire versicolore peut être confondue avec la castilléjie à feuilles atténuées (Castilleja attenuatus), mais elle s'en distingue à ses corolles en forme de massue. La triphysaire versicolore ressemble également à la triphysaire naine (T. pusilla), mais celle-ci est plus petite et présente des segments foliaires encore plus étroits (Douglas et al., 2000; Penny et al., 2000). La triphysaire versicolore est une espèce parasite (hémiparasite) qui s'attaque aux racines d'un grand nombre de plantes.

1.12.2 Répartition

La triphysaire versicolore se rencontre le long de la côte du Pacifique depuis le sud de l'île de Vancouver jusque dans le sud de la Californie (figure 3). Elle est cependant absente de l'État de Washington et du nord de l'Oregon. Les populations canadiennes sont isolées des populations les plus proches, dans le comté de Lane (Oregon), par une distance d'environ 500 km. Aux États-Unis, aucune cote n'a été attribuée à la triphysaire versicolore en Californie et en Oregon, les deux seuls États où elle est présente (NatureServe, 2004).

Au Canada, la zone d'occurrence historique couvrait une superficie d'environ 95 km², mais la zone d'occurrence actuelle est inférieure à 15 km². La zone d'occupation est estimée à 379  dans le rapport de situation du COSEPAC. Depuis la publication de ce rapport, la découverte de deux nouvelles populations (superficie occupée combinée inférieure à 200 ) a fait grimper la zone d'occupation au Canada à un peu moins de 600 .

Figure 3. Répartition mondiale et canadienne approximative du Triphysaria versicolor ssp. versicolor.
(La répartition mondiale est illustrée à gauche, et la répartition canadienne, à droite. Pour le Canada, les populations disparues sont désignées par une étoile vide, et les populations existantes, par une étoile pleine.)
Figure 3. Répartition mondiale et canadienne approximative du Triphysaria versicolor ssp. versicolor. (La répartition mondiale est illustrée à gauche, et la répartition canadienne, à droite. Pour le Canada, les populations disparues sont désignées par une étoile vide, et les populations existantes, par une étoile pleine.)

1.12.3 Tendances des populations et de la répartition

La triphysaire est actuellement représentée par sept populations. Une autre population est disparue. Ces informations ont été confirmées par la description des populations reconnues comme distinctes selon les critères du Centre de données sur la conservation de la Colombie-Britannique (les populations séparées par une distance inférieure à 1 000 m doivent être considérées comme des sous-populations) et des relevés subséquents. Le rapport de situation du COSEPAC fait état de huit « populations » existantes et de deux ou trois autres populations (la mention de la présence de la triphysaire au mont Finlayson pourrait résulter d'une identification erronée) dont les derniers représentants ont été observés il y a déjà plus de 80 ans (Penny et al.,1996).

Le rapport de situation du COSEPAC estime la taille de la population totale entre 4 000 et 5 000 individus (Penny et al., 1996). Des relevés effectués à la suite de la publication de ce rapport (tableau 11) ont toutefois révélé que les effectifs de certaines populations pourraient être plus élevés, du moins au cours des années favorables.

Tableau 11. Stations canadiennes du Triphysaria versicolor ssp. versicolor
PopulationRégime foncierDonnées tirées du rapport de situationDonnées obtenues subséquemment
DateObservateursNombre d'individusDateObservateursNombre d'individus
Cedar HillInconnu1897HenryInconnuAucune information additionnelle
Mont FinlaysonInconnu1908NewcombeInconnuAucune information additionnelle
Îles au sud de VictoriaInconnu1915HigginsInconnuPeut-être issue des populations récemment décrites de l'île Mary Tod et/ou de l'île Strongtide
Pointe Ten MileTerrain privé1996Penny612002Penny> 1,900
Pointe CattleMunicipalité d'Oak Bay (lieu désignée parc urbain)1996Penny1 300Station cartographiée en 2003, mais taille de la population non estimée
Victoria Golf ClubTerrain privé1996Penny3002004Fairbarns250 à 400
Pointe HarlingTerrain privé désigné lieu historique national1996Penny672002Fairbarns270
Glencoe CoveMunicipalité de Saanich (lieu désigné parc urbain)1996Penny2 5002001Penny4 100
Île Mary TodMunicipalité d'Oak Bay (lieu désigné parc urbain)Population inconnue au moment de la rédaction du rapport de situation2001Douglas6
Île StrongtideRéserve indienne des SongheesPopulation inconnue au moment de la rédaction du rapport de situation2003Fairbarns500 à 1 000

1.12.4 Caractéristiques biotiques et abiotiques de l'habitat

La triphysaire versicolore se rencontre dans des prés maritimes et des zones de suintement, généralement à moins de 10 m au-dessus du niveau de la mer et à moins de 30 m du littoral. Elle pousse dans des milieux rocheux à sol relativement peu profond. La pérennité de son habitat dégagé est souvent assurée par les effets conjugués des embruns salés, des vents, des sécheresses estivales et des suintements hivernaux, qui empêchent l'établissement des arbres, des arbustes et des herbacées plus robustes. Les communautés végétales auxquelles la triphysaire versicolore est associée sont dominées par les herbacées. Les stations où sa présence a été observée n'ont jamais été labourées, mais elles abritent souvent des populations importantes de graminées de pâturage exotiques envahissantes, dont le dactyle pelotonné (Dactylis glomerata) le brome stérile (Bromus sterilis), le brome mou (B. hordeaceus), la flouve odorante (Anthoxanthum odoratum), la crételle hérissée (Cynosurus echinatus) et la houlque laineuse (Holcus lanatus). Le sol des prés demeurent frais ou humides en hiver, mais ils s'assèchent jusqu'au point de flétrissement permanent au milieu de l'été.

1.12.5 Cycle annuel

La triphysaire versicolore est une plante annuelle. M. Fairbarns (observations inédites, 2003 et 2004) a documenté son cycle annuel.

La description du cycle annuel de la triphysaire versicolore est fondée sur des observations inédites (M. Fairbarns, 2003 et 2004) effectuées à la pointe Harling, au Victoria Golf Club, au parc Glencoe Cove et à l'île Strongtide. La germination débute en janvier. Au moins quelques semis ne portant que des cotylédons sont encore présents au milieu de mars. Dès février, les feuilles vraies sont apparentes chez les individus qui présentent une croissance rapide. La plupart des sujets sont morts à la fin de juin. La floraison débute en avril et peut se poursuivre jusqu'à la fin de mai. Le développement des fruits s'amorce à la fin d'avril, et la dissémination des graines peut se prolonger jusqu'en juillet chez certains individus.