Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Massasauga (Sistrurus catenatus)

Évaluation et statut proposé

Protection actuelle ou autres désignations

Le Sistrurus catenatus catenatus est un « reptile spécialement protégé » en vertu de la Loi sur la protection du poisson et de la faune de l'Ontario (janvier 1999), ce qui signifie qu'il est illégal de le harceler, de le posséder (sans autorisation) ou de le tuer. Le massasauga a été désigné espèce menacée par le COSEPAC en 1991 et par le MRNO en 1998. Selon le système de classification de l'organisme The Nature Conservancy, il est classé G3G4T3T4 (1996-10-31) à l'échelle mondiale (T signifie que cette cote s'applique à une sous-espèce ou à une variété) et S3 (1999-10-31) à l'échelle provinciale (Ontario). Dans les États américains énumérés ci-après, le massasauga s'est vu attribuer les cotes suivantes : Illinois (S2), Indiana (S2), Iowa (S1), Michigan (S3S4), Minnesota (S1), Missouri (S1), New York (S1), Ohio (S?), Pennsylvanie (S1S2) et Wisconsin (S2). Le Sistrurus catenatus catenatus pourrait être classé comme une espèce en voie de disparition ou menacée en vertu du Endangered Species Act des États-Unis (USFWS, 2002).

Évaluation du statut et recommandation des auteurs

Depuis l'évaluation de la situation du massasauga de l'Est au Canada effectuée en 1991 par le COSEPAC, d'important projets de recherche et d'éducation ont été réalisés dans son aire de répartition en Ontario. La sensibilisation accrue du public au sort de cet animal unique a indéniablement fait diminuer le nombre de massasaugas tués gratuitement dans la province. Les études menées dernièrement à Wainfleet et à Ojibway, de même que la protection d'une portion de l'habitat de tourbière oligotrophe invitent à un certain optimisme. L'habitat n'en a pas moins été détruit et fragmenté sur la totalité de l'aire de répartition canadienne de l'animal, et la mortalité routière continuera vraisemblablement d'augmenter dans les régions traversées par des routes. Et ces pertes annuleront probablement les gains dans la survie obtenus grâce aux efforts d'éducation. Évaluées indépendamment, les populations de massasaugas de Wainfleet et d'Ojibway mériteraient certes le statut d'espèce en voie de disparition. Toutefois, comme la plupart des populations de serpents du Sud de l'Ontario sont isolées (p. ex.  Elaphe obsoleta, Heterodon platyrhinos, dont la situation est évaluée par le COSEPAC pour l'ensemble de leur aire de répartition canadienne), il ne conviendrait pas au COSEPAC d'évaluer chacune des populations de massasaugas séparément. Par conséquent, nous recommandons au Comité de traiter globalement les quatre populations de massasaugas de la province, et de conserver au taxon son statut d'espèce menacée au Canada.