Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Massasauga (Sistrurus catenatus)

Répartition

Répartition mondiale

Dans le passé, le massasauga occupait un territoire allant du Minnesota et de l’Iowa, à l’ouest, jusqu’à l’Ohio, à l’est, et s’avançant vers le nord jusque dans le centre de l’Ontario. On trouve le Sistrurus catenatus catenatus en Illinois, en Indiana, en Iowa, au Michigan, au Minnesota, au Missouri, dans l’État de New York, en Ohio, en Pennsylvanie et au Wisconsin, ainsi qu’en Ontario (figure 1; Johnson et al., 2000). La sous-espèce pourrait toutefois avoir récemment disparu du Minnesota (Szymanski, 1998).

Figure 1. Répartition nord-américaine du massasauga de l’Est

Figure 1. Répartition nord-américaine du massasauga de l’Est.

 

Répartition canadienne

Au Canada, on trouve actuellement quatre populations disjointes de Sistrurus catenatus de taille et d’étendue inégales, toutes situées en Ontario (Prior et al., 2000). La plus importante de ces populations, si l’on en juge par la superficie d’habitat convenable contigu, vit sur la rive orientale de la baie Georgienne, depuis les environs de Port Severn jusqu’à Killarney (env. 5 484 km2; forêt mixte de l’écozone du Bouclier boréal; Prior et al., 2000; figure 2). Malgré la présence d’habitats relativement non perturbés entre la baie Georgienne et le parc provincial Algonquin, les massasaugas sont confinés à une bande qui longe la rive (distance maximale observée par rapport à la rive d’environ 50 km; Prior et al., 2000). La deuxième population en importance en Ontario vit sur la péninsule Bruce, entre Oliphant et l’île Fitzwilliam, juste au Sud de l’île Manitoulin (env. 1 963 km2; forêt mixte de l’écozone du Bouclier boréal; Prior et al., 2000). Si, d’après les données historiques, ces deux populations régionales n’en formaient peut‑être autrefois qu’une seule (Weller et Parsons, 1991), elles sont fort probablement totalement disjointes aujourd’hui. Par ailleurs, les deux populations vivant dans le Sud de l’Ontario (zone de la forêt feuillue) sont plus petites et nettement isolées. La population de Wainfleet est centrée dans une tourbière de 1 500 ha située en bordure de la péninsule du Niagara, près de Port Colborne (figure 3), et celle d’Ojibway s’étend sur plusieurs fragments de prairies et de champs abandonnés (habitat convenable limité à env. 450 ha), sur le territoire de la ville de LaSalle et un peu à l’intérieur des limites de la ville de Windsor (figure 4).