Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Gonidée des Rocheuses (Gonidea Angulata)

Facteurs limitatifs et menaces

Ce taxon est en déclin, tant quant à la superficie occupée qu’au nombre de sites et d’individus. En Colombie‑Britannique, les menaces qui pèsent sur des espèces comme le G. angulata ne sont pas liées à leur exploitation directe, mais à la destruction ou à la dégradation de leur habitat. En général, les Unionidés sont très sensibles aux changements environnementaux, et le groupe comprend donc un pourcentage élevé d’espèces en voie de disparition en Amérique du Nord, y compris au Canada (G. Mackie, comm. pers.). En Colombie‑Britannique, des changements dans la composition physique et chimique des plans d’eau où ces moules sont présentes peuvent avoir une incidence négative les populations. Par exemple, une augmentation de l’envasement ou une modification importante de la température de l’eau résultant de l’exploitation de ressources naturelles ou du développement peuvent détruire des populations. Dans d’autres régions, comme en Californie, la dérivation à grande échelle de rivières aux fins de l’irrigation, de la production d’hydroélectricité et de l’approvisionnement en eau ont grandement réduit l’aire de répartition du G. angulata.

En Colombie‑Britannique, la rivière Okanagan fera probablement l’objet d’un réalignement important dans un proche avenir. À long terme, ces aménagements visent à recréer des méandres, des bras morts, des terres humides et des marais le long de la rivière et à rétablir l’habitat des Salmonidés. Les travaux prévus dans la rivière incluraient l’enlèvement des installations de lutte contre les inondations et la création de fosses, de radiers, de zones à faible régime hydrodynamique et d’autres habitats nécessaires aux Salmonidés. À long terme, ce réaménagement pourrait s’avérer bénéfique pour le G. angulata parce qu’il favoriserait sa dispersion et créerait de nouveaux habitats propices. Cependant, les risques à court terme pourraient être importants et les activités de construction et d’installation ou d’enlèvement de structures pourraient nuire gravement aux populations existantes de G. angulata.

À l’extérieur de la Colombie‑Britannique, on constate une rapide eutrophisation d’une grande partie du cours moyen de la rivière Snake, en Idaho, due au ruissellement agricole, aux piscicultures et à l’urbanisation. Une grande partie des eaux de la rivière est retenue par une série de petits barrages, ce qui nuit à des espèces d’eau froide comme le G. angulata. Cette zone a été déclarée limitée quant à la qualité de l’eau (water-quality limited) par l’Environmental Protection Agency (EPA) et l’État d’Idaho. L’apport de sédiments fins, provenant en général des sources mentionnées ci‑dessus, représente aussi un problème majeur. Un glissement de terrain survenu récemment (1994) en bordure de la rivière Snake a eu une incidence négative sur certaines localités historiques. Des analyses des menaces pesant sur l’espèce dans l’Interior Columbia Basin, en Californie, et en Idaho sont présentées dans les ouvrages cités dans Frest et Johannes (1999). Dans le secteur du cours inférieur du fleuve Columbia, les menaces qui pèsent sur le G. angulata comprennent l’endiguement, l’envasement continue, l’eutrophisation et d’autres impacts sur les quelques sites restants où les caractéristiques de l’habitat sont encore proches de celles qui existaient avant l’endiguement.

Le ruissellement de pesticides et d’herbicides en provenance des vergers, ainsi que celui d’autres activités agricoles et de scieries, ont accru les charges d’éléments nutritifs dans la région naturelle de l’Okanogan, dans l’État du Washington. Comme les Unionidés sont des organismes filtreurs, ils sont en général vulnérables à la pollution due aux éléments de transition et aux métaux lourds. La prolifération d’espèces exotiques (genre Corbicula et moule zébrée [genre Dreissena]) est également inquiétante. Pour des analyses des menaces qui pèsent sur les Unionidés, consulter Williams et al. (1993), Williams et Neves (1995), McMahon et Bogan (2001) ainsi que Dillon (2000).

Bien que l’on ne sache pas quels poissons sont les hôtes des glochidies du G. angulata, il importe de noter que le déclin des populations de poissons dans les lacs et les cours d’eau qui abritent le G. angulata peut avoir des conséquences néfastes sur la répartition et l’occurrence du G. angulata. Par exemple, le déclin d’une espèce de poisson hôte peut entraîner le déclin de populations de G. angulata en limitant la dispersion des glochidies.