Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le méné long au Canada – Mise à jour

Répartition

Aire de répartition mondiale

La répartition mondiale du méné long est discontinue (figure 2). L’espèce se rencontre dans les bassins versants de cours d’eau des 5 Grands Lacs, des rivières Susquehanna et Ohio et du cours supérieur du Mississippi. Les populations de ménés longs sont dispersées dans une vaste bande : centre-nord de l’État de New York, Maryland, Virginie-Occidentale, Kentucky, Indiana, Ohio, Michigan et Ontario. En Ontario, on a récemment observé des individus dans la rivière Two Tree, un affluent nord du lac Huron, près de l’embouchure du lac Supérieur. Dans l’ouest, on trouve principalement l’espèce au Wisconsin, mais des populations ont également été documentées dans les États environnants du Minnesota, de l’Illinois (Sabaj, 2001) et de l’Iowa. La population la plus septentrionale est celle de la péninsule nord du Michigan, où l’espèce a pour la première fois été observée en 1998 dans le bassin versant du lac Supérieur (Latta, 1998). D’après Bailey et al. (2004), cette population a été introduite. En 1997, on a consulté les centres de données sur la conservation des États abritant des populations de ménés longs au sujet des tendances de l’aire de répartition et de l’abondance des populations. L’espèce est disparue de 2 États (Iowa et Maryland), et son aire de répartition a diminué dans au moins 2 États (Michigan et Ohio). Elle est stable dans 3 États (Kentucky, Indianna, Pennsylvanie). Quatre États (New York, Wisconsin, Minnesota et Virginie-Occidentale) n’avaient pas d’information sur les changements dans l’aire de répartition.


Figure 2 : Aire de répartition mondiale du méné long

Figure 2 : Aire de répartition mondiale du méné long.

Carte fondée sur les données de Gilbert (1980) et mise à jour à la lumière des travaux suivants : Lyons et al. (2000), MDNR (2004), Mandrak (2003), Cooper (1983), Meade et al. (1986) et NYDEC (2004). Aire de répartition mondiale (930 000 km2) et aire de répartition canadienne (46 900 km2). Les zones d’occurrence sont délimitées.


Aire de répartition canadienne

L’aire de répartition canadienne actuelle du méné long représente environ 5 p. 100 de l’aire de répartition mondiale; on trouve seulement de petites populations isolées dans le sud de l’Ontario (figures figure3 et figure4). La plupart des populations vivent dans des affluents de l’ouest du lac Ontario : depuis le ruisseau Pringle (à l’ouest d’Oshawa) jusqu’au ruisseau Spencer (au nord-ouest d’Hamilton) (figure 3). Des populations ont aussi été observées dans les bassins versants du lac Simcoe (réseau de la rivière Holland), du lac Érié (ruisseau Irvine) et du lac Huron (réseau de la rivière Saugeen, ruisseau Gully et rivière Two Tree) (Parker et al., 1988; Mandrak et Crossman, 1992; ROM, 2005). Les tendances de l’aire de répartition canadienne du méné long sont analysées en détail dans « Fluctuations et tendances », dans la section Taille et tendances des populations.


Figure 3 : Répartition du méné long dans la région du Golden Horseshoe au fil des ans et vaines tentatives d’échantillonnage

Figure 3 : Répartition du méné long dans la région du Golden Horseshoe au fil des ans et vaines tentatives d’échantillonnage.

Tiré de Holm et Andersen (2005).


Figure 4 : Répartition du méné long dans le sud-ouest de l’Ontario au fil des ans et vaines tentatives d’échantillonnage

Figure 4 : Répartition du méné long dans le sud-ouest de l’Ontario au fil des ans et vaines tentatives d’échantillonnage.

Tiré de Holm et Andersen (2005).

En Ontario, l’espèce se rencontrait autrefois dans de petits  affluents isolés (< 10 m de largeur) de 24 bassins versants. Elle a probablement disparu de 7 de ces affluents entre 1940 et 1980. Une population (rivière Humber) semblait avoir étendu son aire de répartition de 1950 à 1980, mais la plupart des populations des 16 autres bassins sont devenues fragmentées ou confinées à de petites sections isolées d’une aire de répartition passée plus vaste. Des échantillons récents (de 2000 à 2004) révèlent clairement que 2 de ces populations (rivière West Don et ruisseau Morrison) sont disparues ou sur le point de disparaître. L’aire de répartition d’autres populations, notamment celle de la rivière Saugeen, a baissé de plus de 90 p. 100. Des populations semblent également avoir disparu de portions des bassins des rivières Humber et Credit et du ruisseau Duffins. Bien que l’étendue globale de la zone d’occurrence au Canada ait légèrement diminué (estimée à 46 900 km2 sur la figure 2), la zone d’occupation (estimée à moins de 4 km2 [d’après la longueur du cours d’eau occupé X largeur du cours d’eau déterminé à partir de cartes topographiques 1:50 000] ou à 441 km2 [d’après un quadrillage composé de quadrats de 1 km2; la zone d’occupation totale correspond au nombre de parcelles occupées traversées par des cours d’eau [tableau 1]) a considérablement diminué.

 

Tableau 1 : Tendances observées dans l’aire de répartition occupée des populations canadiennes de ménés longs
Bassin versant et cours d’eauTendance dans l’aire de répartition
En croissance
Tendance dans l’aire de répartition
Stable
Tendance dans l’aire de répartition
En déclin
Tendance dans l’aire de répartition
Espèce disparue
Observations
Lac Ontario     
Ruisseau Pringle  XX?Espèce pourrait être disparue
Ruisseau Lynde  X Faible réduction de l’aire de répartition
Ruisseau Carruthers X?   
Ruisseau Duffins  XX?Espèce pourrait être disparue de deux affluents et du cours principal
Ruisseau Petticoat  XX?A probablement disparu (aucun prélèvement depuis 1954)
Ruisseau Highland   XAucune mention depuis 1952
Rivière Rouge  X Espèce demeure répandue dans le bassin versant;
faible réduction de l’aire de répartition
Rivière Don  X Grande réduction de l’aire de répartition
Rivière HumberXXX Expansion de l’aire de répartition dans la rivière Humber Ouest, stabilité
dans la rivière Humber Est, réduction de l’aire de répartition dans le cours principal
Ruisseau Mimico   XAucune mention depuis 1949
Ruisseau Etobicoke   XAucune mention depuis 1949
Ruisseau Clarkson   XAucune mention depuis 1927
Rivière Credit  XXEspèce est disparue du ruisseau Levi’s;
réduction de l’aire de répartition dans le ruisseau Silver
Ruisseau Morrison  XX?Espèce pourrait être disparue
Ruisseau Sixteen Mile  X Faible réduction de l’aire de répartition
Ruisseau Fourteen Mile  X Faible réduction de l’aire de répartition
Ruisseau Bronte  X Grande réduction de l’aire de répartition
Ruisseau Spencer  X Grande réduction de l’aire de répartition
Ruisseau du secteur de Niagara   X?Espèce probablement disparue – aucune mention depuis 1960
Lac Simcoe     
Rivière Holland  X Grande réduction de l’aire de répartition
Lac Érié     
Ruisseau Irvine  X Grande réduction de l’aire de répartition
Lac Huron     
Ruisseau Gully X?  Présumé stable
Rivière Saugeen  X Réduction de 94 % de l’aire de répartition
Rivière Two Tree X?  Présumé stable

Des spécimens, dont l’identification n’a pas été vérifiée, ont été observés dans le ruisseau Graham, dans un affluent du ruisseau Spencer (ruisseau Fletcher’s) et dans un affluent du ruisseau Twenty Mile (bassin versant du lac Ontario); dans le cours supérieur de la rivière Grand, près du lac Belwood (GRCA, 1996), dans la rivière Nith et dans le ruisseau Washington (bassin de la rivière Grand) (Taylor, 1988); dans le ruisseau Cobourg (bassin du lac Érié); dans un ruisseau près de Sebringville (bassin de la rivière Thames); dans un affluent de la Teeswater (ruisseau Greenock) (bassin de la rivière Saugeen); dans le ruisseau Holmesville (bassin de la rivière Maitland). On manque de données pour valider l’affirmation de Coad (1995) voulant que les ménés longs aient été dispersés à l’extérieur de leur aire de répartition naturelle dans le sud de l’Ontario comme poissons-appâts (Coad, comm. pers., 2003).

L’information sur les tendances de l’aire de répartition provient d’une base de données maintenue par l’Équipe de rétablissement du méné long (Holm et Andersen, 2005), qui contient 644 mentions de captures de ménés longs et 364 mentions de tentatives de captures dans des sites historiques d’occurrence.