Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Chat-fou du Nord (Noturus stigmosus)

Chat-fou du Nord (Noturus stigmosus) – addenda à Holm et Mandrak (1997)

Rédigé par Alan Dextrase (MRNO) et Erling Holm (Musée royal de l’Ontario), Décembre 2002

Depuis la dernière évaluation du statut du chat‑fou du Nord (Noturus stigmosus) par le COSEPAC (Holm et Mandrak, 1997), il y a eu deux nouvelles mentionsde l’espèce au Canada. En 1999, un individu a été capturé par un pêcheur commercial dans le lac Sainte‑Claire, près de l’île Walpole (ROM 72038). Le chat-fou du Nord a déjà été capturé près de la rive sud du lac Sainte‑Claire, mais l’individu de 1999 a été pêché environ 20 km au nord des lieux de capture précédents dans ce lac. Cette mention n’indique donc pas une expansion de l’aire de répartition de l’espèce, mais plutôt l’existence d’un nouveau site dans un emplacement déjà connu. La seconde « nouvelle » observation résulte de l’examen d’un individu ayant été capturé dans la rivière Sydenham près de Florence en 1975 (NMC 75-1623). Cet individu avait d’abord été identifié comme un chat-fou tacheté (Noturus miurus), mais Erling Holm a établi en 1999 qu’il s’agit bien d’un chat-fou du Nord. En dépit d’échantillonnages répétés à ce même emplacement (1989, 1991, 1997, 1999, 2001, 2002), aucun chat‑fou du Nord n’y a été capturé, et il est possible que l’espèce ait disparu de la rivière Syndenham. Aucune nouvelle information sur les populations existantes n’est disponible. Les nouvelles observations sont incluses dans la version publiée du rapport de situation du COSEPAC (Holm et Mandrak, 2002).

Holm et Mandrak (1997) laissent entendre que l’espèce pourrait tolérer les perturbations causées par les activités humaines, mais non la pollution, étant donné l’absence de cette espèce du côté canadien de la rivière Sainte‑Claire. Le chat-fou du Nord, qui peut supporter une turbidité modérée, a disparu de la rivière Sydenham, cours d’eau fortement turbide. La population existant à proximité, dans la rivière Thames, se trouve dans une zone d’agriculture intensive et est exposée à des stress (liés aux fortes charges en sédiments et en nutriments) semblables à ceux qui pourraient avoir contribué à la disparition de la population de la rivière Syndenham.

Holm, E., et N. E. Mandrak. 1998. Updated status of the northern madtom, Noturus stigmosus, in Canada. Rapport de situation du COSEPAC – Ébauche. 18 p.

Holm, E., et N. E. Mandrak. 2002. Updated status of the northern madtom, Noturus stigmosus, in Canada. Canadian Field-Naturalist 115: 138-144.