Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la Polémoine de Van Brunt (Polemonium vanbruntiae) au Canada

Sommaire du rapport de situation

Le déclin des zones d’occurrence et d’occupation du Polemonium vanbruntiae correspond principalement à une tendance historique, même si des baisses d’effectif ont été constatées récemment dans certaines localités. Il existe au Canada environ 20 000 individus de l’espèce, répartis entre huit localités toutes situées au Québec. Les menaces actuelles ou potentielles, surtout liées aux activités agricoles et forestières, devraient se maintenir à court, à moyen et à long terme, si aucune mesure d’atténuation n’est prise.

Deux nouvelles populations et deux nouvelles sous-populations ont été découvertes en 2001 au Québec. Ainsi, il est évident qu’il y a encore un potentiel de découvertes au Québec, dans les vallées déjà connues pour l’espèce et aussi dans les vallées voisines, même si les recherches sont souvent infructueuses et doivent être faites dans un habitat difficile. Il y aurait aussi du potentiel dans le Sud-Ouest du Nouveau-Brunswick.

De plus, l’acquisition et les ententes en cours ou prévues entre les propriétaires d’emplacements et la Société de conservation des milieux humides du Québec, et aussi le ministère de l’Environnement du Québec, permettent d’espérer un arrêt des tendances déclinantes et une stabilisation de la situation de l’espèce.

Enfin, des recherches prochaines semblent nécessaires pour mieux connaître la situation réelle et actuelle de cette plante, autant au Québec qu’au Nouveau-Brunswick. Elles devraient faire partie d’un plan de rétablissement du Polemonium vanbruntiae au Canada, ainsi que d’une entente de partenariat entre le COSEPAC, le ministère de l’Environnement du Québec, le ministère des Ressources naturelles et de l’Énergie du Nouveau-Brunswick, la SCMHQ, le Jardin botanique de Montréal et d’autres organismes publics ou privés du Canada et des deux provinces concernées.