Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la Polémoine de Van Brunt (Polemonium vanbruntiae) au Canada

Facteurs limitatifs et menaces

Nos observations personnelles nous indiquent que les facteurs qui limitent ou menacent le plus le Polemonium vanbruntiae au Québec sont l’agriculture et l’exploitation forestière.

L’agriculture le fait par le fauchage, le labour, le drainage et la culture d’arbres (sapins) de Noël, surtout chez les prairies humides et/ou riveraines. C’est ce qui s’est produit aux emplacements de la rivière Stoke et de Wotton, et c’est ce qui risque de se produire aux emplacements de Saint-Camille et de Mont-Carrier-Sud, parce que l’agriculture est déjà pratiquée à proximité.

L’exploitation forestière, par les coupes et le drainage, a déjà fait disparaître une partie de l’emplacement de Saints-Martyrs. Ceci peut se reproduire ailleurs, mais les ententes de conservation et les achats de terrains déjà pratiqués et à venir pourraient arrêter la tendance.

Les travaux d’infrastructure routière constituent une autre menace, en modifiant le drainage, comme c’est arrivé à Saint-Adrien. Il y a seulement un autre emplacement situé à proximité d’une route, soit la partie sud de l’emplacement de la rivière Stoke. Par ailleurs, il n’y a pas de projets de barrage dans l’aire d’occurrence de la polémoine.

Finalement, la construction de chalets ou de résidences pourrait nuire, à moyen terme, à une partie de la population de l’emplacement du Développement-Boisvert-Ouest. Quant aux véhicules touts-terrain, ils peuvent piétiner, par leurs passages et leurs sentiers, des parties de populations de polémoines, comme nous l’avons déjà noté sur le site nord du Développement-Boisvert-Est.