Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la gentiane blanche au Canada – Mise à jour

Habitat

L'habitat de la population canadienne n'a pas changé depuis le rapport de 1990. L'habitat de la population du Michigan la plus proche a été examiné le 6 octobre 2000 et s’est avéré différent de celui de la population canadienne. Il semble donc que l’espèce possède une plus grande faculté d'adaptation que ne le laissaient croire les observations faites au site de l’île Walpole. Le site du Michigan occupe une étroite crête de sable et de gravier surplombant des terrasses fluviales (rivière Huron, comté de Washtenaw). La couverture végétale y est clairsemée, et seuls des individus épars de Corylus americana et quelques gaules de Quercus rubra et Q. alba y jettent un peu d'ombre. Le site du Michigan semble être moins fertile, plus sec, plus exposé et plus pauvre en espèces que celui de l'île Walpole, et ces caractéristiques semblent influer sur la croissance du G. alba, dont les individus sont plus courts et produisent un moins grand nombre de tiges florifères (0,77 tige florifère par individu au Michigan, contre 2,4 à l'île Walpole), ainsi que de fleurs par tige que ceux de l'île Walpole. Les individus portaient des graines apparemment viables. Le site du Michigan est dominé par le faux-sorgho penché (Sorghastrum nutans), le barbon de Gérard (Andropogon gerardii) et la fougère-aigle (Pteridium aquilinum).