Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Baleine noire de l’Atlantique Nord (Eubalaena glacialis)

Sommaire du rapport de situation

La survie de cette population – et même de la baleine noire de l’Atlantique Nord en tant qu’espèce – est clairement menacée. Des modèles récemment publiés indiquent que la population est en voie de disparition (Caswell et al., 1999; Fujiwara et Caswell, 2001). La complexité de la biologie de la baleine noire, sa fréquentation des eaux littorales et côtières et les liens mal connus entre la reproduction et l’habitat représentent un défi pour toute stratégie de gestion. Les facteurs limitatifs pour cette population comprennent entre autres un faible taux de reproduction et une mortalité incidente élevée due aux collisions entre les navires et les baleines, ainsi qu’aux enchevêtrements dans des engins de pêche. D’autres facteurs sont susceptibles de jouer un rôle dans l’incapacité de la population à se rétablir : l’insuffisance des ressources alimentaires, la réduction et la dégradation de l’habitat, la pollution, les biotoxines marines et les changements climatiques. La proportion estimée de jeunes est beaucoup plus réduite qu’on ne pourrait s’y attendre dans une population en croissance. Enfin, chez une espèce menacée, il est plus difficile d’empêcher les morts par accident que les morts causées directement par la chasse. Dans le cas de la baleine noire de l’Atlantique Nord, l’interdiction de la chasse est en vigueur depuis près de 70 ans, mais les morts par accident à la suite de collisions avec des navires ou d’enchevêtrements dans des engins de pêche pourraient mener à la disparition de l’espèce. Les solutions à ces problèmes sont à notre portée, mais elles nécessitent des approches multidisciplinaires bien coordonnées en matière de recherche et de gestion, et ce, à l’échelle internationale.