Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Baleine noire de l’Atlantique Nord (Eubalaena glacialis)

Importance de l'espèce

La baleine noire de l’Atlantique Nord a été la première espèce de baleine à faire l’objet d’une exploitation commerciale (par les Basques vers l’an mille, voire plus tôt) et elle a joué un rôle important dans le développement de l’industrie baleinière. Par conséquent, la population a chuté jusqu’à atteindre des niveaux très bas au début du XXe siècle. Malgré une certaine croissance de la population après l’adoption de lois la protégeant contre l’exploitation commerciale dans les années 1930, elle reste gravement menacée par les activités humaines. Du fait qu’elle vit le long de côtes intensivement exploitées dans la plus grande partie de son aire de répartition, la baleine noire de l’Atlantique Nord attire beaucoup d’attention et d’intérêt populaire et est devenue un symbole des espèces marines menacées, surtout aux États-Unis et au Canada. Bien que sa valeur économique se limite de nos jours à des utilisations « non consommatrices » ou « faiblement consommatrices » (par exemple, le tourisme d’observation des baleines, en particulier dans la baie de Fundy), cette espèce continue d’être menacée par le simple fait de l’empiètement de l’homme sur son habitat. L’intérêt porté à la survie de la baleine noire de l’Atlantique Nord et à son rétablissement a suscité un large effort de recherche, ce qui en a fait une des espèces de mammifères sauvages étudiées les plus intensivement dans leur milieu naturel. Les efforts de recherche et de conservation dépendent de la collaboration transfrontalière entre des institutions et des particuliers du Canada et des États-Unis. De même, sa protection dans les eaux internationales et dans les zones économiques exclusives d’autres pays (par exemple, le Groenland, l’Islande ou la Norvège) doit être assurée pour garantir la survie de l’espèce et son rétablissement.