Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le lupin densiflore au Canada

logo du COSEPAC

COSEPAC
Résumé

Lupin densiflore
Lupinus densiflorus

Information sur l’espèce

Le Lupinus densiflorus est une plante annuelle mesurant de 20 à 30 centimètres de hauteur. Les feuilles sont composées-palmées, en partie basilaires et en partie alternes le long de la tige, avec une tendance à former un groupe serré vers le sommet. Le pétiole et le dessous des feuilles, les tiges, les fleurs et les pédoncules sont densément pubescents, ce qui confère à la plante un aspect caractéristique facilement reconnaissable. Les fleurs, blanches à blanc aunâtre pâle, sont réunies en verticilles denses et produisent des gousses ovoïdes renfermant chacune une ou deux graines. Une seule variété de cette espèce est connue au Canada (L. densiflorus var. densiflorus).

 

Répartition

Au Canada, le Lupinus densiflorus est présent à l’état de populations isolées dans le sud de la Colombie-Britannique. Ces populations tendent à être petites et interrompues, et à occuper des escarpements littoraux en train de s’éroder. L’espèce dans son ensemble se rencontre depuis la Colombie-Britannique jusqu’à la Californie où sa taxinomie est plus complexe en raison de la présence de plusieurs variétés. Les populations de la Colombie-Britannique, et les plants dans l’État de Washington adjacent, sont parfois classées dans un taxon plus restreint (L. densiflorus var. scopulorum), dont l’aire de répartition se limite à la région de Victoria et aux îles du Puget Sound voisines, situées dans l’État de Washington.

 

Habitat

Au Canada, l’habitat du Lupinus densiflorus est constitué de clairières herbeuses sèches à humides, de falaises d’argile et de terrasses et escarpements littoraux herbeux en train de s’éroder. L’espèce privilégie les terrains plats ou inclinés vers le sud ou l’ouest, dans la zone biogéoclimatique côtière à douglas.

 

Biologie

Le Lupinus densiflorus est une plante herbacée annuelle qui fleurit de mai à octobre. La plupart des graines germent pendant l’automne et l’hiver suivants, alors que d’autres restent en dormance à la surface du sol au moins jusqu’au printemps. La production de graines commence en juin et juillet et peut être abondante. Les graines sont probablement dispersées par gravité, bien que les forts vents du large puissent constituer un agent de dispersion occasionnel en hiver.

Peu de signes de prédation des graines, des fleurs ou des feuilles ont été observés, mais une grande portion des cotylédons peut avoir été consommée chez certains individus et dans certaines sous-populations. La mortalité surviendrait surtout au stade de la plantule, et des événements fortuits déterminent probablement les fluctuations annuelles des populations.

 

Taille et tendances des populations

En 2001, trois des quatre populations canadiennes de L. densiflorus comptaient entre 227 et 1 045 individus. La quatrième population avait disparu. L’information dont on dispose est insuffisante pour déterminer les tendances des populations, notamment en ce qui concerne le réservoir de graines de cette espèce annuelle.

 

Facteurs limitatifs et menaces

Au Canada, la principale menace pour le Lupinus densiflorus est la perte et la détérioration de ses habitats littoraux, situés sur des terres publiques de la région de Victoria, en raison du développement immobilier et de l’utilisation des terrains à des fins récréatives. Les graminées et les arbustes introduits peuvent également menacer la survie des populations. De plus, les trois populations qui subsistent sont exposées à des risques de déversement de pétrole, puisqu’elles sont situées près de la mer, le long d’une des routes maritimes de transport pétrolier les plus fréquentées en Amérique du Nord. Il est difficile d’aménager les terrains de manière à favoriser l’espèce, vu la forte pression publique exercée pour la création d’espaces récréatifs et le nombre limité d’outils efficaces contre les arbustes et les graminées exotiques.

 

Importance de l’espèce

Les populations canadiennes constituent un élément important d’une composante géographiquement isolée de l’espèce. Cette composante est souvent considérée comme une variété distincte, endémique de la région de Victoria et d’îles voisines situées dans l’État de Washington. L’utilisation de la plante par les Autochtones a été rapportée dans une importante base de données ethnobotaniques.

 

Protection actuelle

Le Lupinus densiflorus ne bénéficie d’aucune protection découlant d’une loi fédérale ou provinciale ou d’un plan d’aménagement visant un de ses sites.