Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le lupin densiflore au Canada

Évaluation et Rapport
de situation du COSEPAC
sur le
Lupin densiflore
Lupinus densiflorus
au Canada

lupin densiflore (Lupinus densiflorus)

Espéce en voie de disparition
2005



COSEPAC
Comité sur la situation
des espèces en péril
au Canada
logo du COSEPAC


COSEWIC
Committee on the Status
of Endangered Wildlife
in Canada


Les rapports de situation du COSEPAC sont des documents de travail servant à déterminer le statut des espèces sauvages que l’on croit en péril. On peut citer le présent rapport de la façon suivante :

COSEPAC. 2005. Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le lupin densiflore (Lupinus densiflorus) au Canada. Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.Ottawa. vi + 26 p. (Rapports de situation du Registre public des espèces en péril)

 

Note de production :

Le COSEPAC aimerait remercier Shane Ford, Matt Fairbarns et Kathleen Wilkinson qui ont rédigé le rapport de situation sur le lupin densiflore (Lupinus densiflorus). Le financement pour la préparation du présent rapport de situation a été fourni par l’équipe de rétablissement de l’écosystème des chênes de Garry et le Conservation Data Centre de la Colombie-Britannique. Erich Haber, coprésident du Sous-comité de spécialistes des plantes vasculaires du COSEPAC, a supervisé le présent rapport et en a fait la révision.

Pour obtenir des exemplaires supplémentaires, s’adresser au :

Secrétariat du COSEPAC
a/s Service canadien de la faune
Environnement Canada
Ottawa (Ontario)
K1A 0H3

Tél. : (819) 997-4991 / (819) 953-3215
Téléc. : (819) 994-3684
Courriel : COSEWIC/COSEPAC@ec.gc.ca
http://www.cosepac.gc.ca

Also available in English under the title COSEWIC assessment and status report on the dense-flowered lupine Lupinus densiflorus in Canada.

Photo de la couverture :
Lupin densiflore - illustré par Ronald With (Taylor, 1974).

© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, 2005
No de catalogue : CW69-14/440-2005F-PDF
ISBN : 0-662-74223-0
HTML : CW69-14/440-2005F-HTML
ISBN : 0-662-74224-9

Retournez à la table des matières

logo du COSEPAC

COSEPAC
Sommaire de l’évaluation

Sommaire de l’évaluation – Mai 2005

Nom commun :
Lupin densiflore

Nom scientifique :
Lupinus densiflorus

Statut :
En voie de disparition

Justification de la désignation :
Il s'agit d'une plante annuelle ayant une répartition très limitée, dont la présence au Canada a été consignée dans trois emplacements. La taille de la population totale est petite, fluctue de façon importante selon les conditions climatiques. Ces populations sont exposées à des risques continus de perte et de dégradation de l'habitat en raison d'activités telles que l'expansion urbaine, le piétinement, le fauchage et la concurrence avec des plantes exotiques envahissantes.

Répartition :
Colombie-Britannique

Historique du statut :
Espèce désignée « en voie de disparition » en mai 2005. Évaluation fondée sur un nouveau rapport de situation.

Retournez à la table des matières

logo du COSEPAC

COSEPAC
Résumé

Lupin densiflore
Lupinus densiflorus

Information sur l’espèce

Le Lupinus densiflorus est une plante annuelle mesurant de 20 à 30 centimètres de hauteur. Les feuilles sont composées-palmées, en partie basilaires et en partie alternes le long de la tige, avec une tendance à former un groupe serré vers le sommet. Le pétiole et le dessous des feuilles, les tiges, les fleurs et les pédoncules sont densément pubescents, ce qui confère à la plante un aspect caractéristique facilement reconnaissable. Les fleurs, blanches à blanc aunâtre pâle, sont réunies en verticilles denses et produisent des gousses ovoïdes renfermant chacune une ou deux graines. Une seule variété de cette espèce est connue au Canada (L. densiflorus var. densiflorus).

 

Répartition

Au Canada, le Lupinus densiflorus est présent à l’état de populations isolées dans le sud de la Colombie-Britannique. Ces populations tendent à être petites et interrompues, et à occuper des escarpements littoraux en train de s’éroder. L’espèce dans son ensemble se rencontre depuis la Colombie-Britannique jusqu’à la Californie où sa taxinomie est plus complexe en raison de la présence de plusieurs variétés. Les populations de la Colombie-Britannique, et les plants dans l’État de Washington adjacent, sont parfois classées dans un taxon plus restreint (L. densiflorus var. scopulorum), dont l’aire de répartition se limite à la région de Victoria et aux îles du Puget Sound voisines, situées dans l’État de Washington.

 

Habitat

Au Canada, l’habitat du Lupinus densiflorus est constitué de clairières herbeuses sèches à humides, de falaises d’argile et de terrasses et escarpements littoraux herbeux en train de s’éroder. L’espèce privilégie les terrains plats ou inclinés vers le sud ou l’ouest, dans la zone biogéoclimatique côtière à douglas.

 

Biologie

Le Lupinus densiflorus est une plante herbacée annuelle qui fleurit de mai à octobre. La plupart des graines germent pendant l’automne et l’hiver suivants, alors que d’autres restent en dormance à la surface du sol au moins jusqu’au printemps. La production de graines commence en juin et juillet et peut être abondante. Les graines sont probablement dispersées par gravité, bien que les forts vents du large puissent constituer un agent de dispersion occasionnel en hiver.

Peu de signes de prédation des graines, des fleurs ou des feuilles ont été observés, mais une grande portion des cotylédons peut avoir été consommée chez certains individus et dans certaines sous-populations. La mortalité surviendrait surtout au stade de la plantule, et des événements fortuits déterminent probablement les fluctuations annuelles des populations.

 

Taille et tendances des populations

En 2001, trois des quatre populations canadiennes de L. densiflorus comptaient entre 227 et 1 045 individus. La quatrième population avait disparu. L’information dont on dispose est insuffisante pour déterminer les tendances des populations, notamment en ce qui concerne le réservoir de graines de cette espèce annuelle.

 

Facteurs limitatifs et menaces

Au Canada, la principale menace pour le Lupinus densiflorus est la perte et la détérioration de ses habitats littoraux, situés sur des terres publiques de la région de Victoria, en raison du développement immobilier et de l’utilisation des terrains à des fins récréatives. Les graminées et les arbustes introduits peuvent également menacer la survie des populations. De plus, les trois populations qui subsistent sont exposées à des risques de déversement de pétrole, puisqu’elles sont situées près de la mer, le long d’une des routes maritimes de transport pétrolier les plus fréquentées en Amérique du Nord. Il est difficile d’aménager les terrains de manière à favoriser l’espèce, vu la forte pression publique exercée pour la création d’espaces récréatifs et le nombre limité d’outils efficaces contre les arbustes et les graminées exotiques.

 

Importance de l’espèce

Les populations canadiennes constituent un élément important d’une composante géographiquement isolée de l’espèce. Cette composante est souvent considérée comme une variété distincte, endémique de la région de Victoria et d’îles voisines situées dans l’État de Washington. L’utilisation de la plante par les Autochtones a été rapportée dans une importante base de données ethnobotaniques.

 

Protection actuelle

Le Lupinus densiflorus ne bénéficie d’aucune protection découlant d’une loi fédérale ou provinciale ou d’un plan d’aménagement visant un de ses sites.

Retournez à la table des matières

logo du COSEPAC

Historique, mandat, composition et définitions du COSEPAC

Historique du COSEPAC

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a été créé en 1977, à la suite d’une recommandation faite en 1976 lors de la Conférence fédérale-provinciale sur la faune. Le Comité a été créé  pour satisfaire au besoin d’une classification nationale des espèces sauvages en péril qui soit unique et officielle et qui repose sur un fondement scientifique solide. En 1978, le COSEPAC (alors appelé Comité sur le statut des espèces menacées de disparition au Canada) désignait ses premières espèces et produisait sa première liste des espèces en péril au Canada. En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) promulguée le 5 juin 2003, le COSEPAC est un comité consultatif qui doit faire en sorte que les espèces continuent d’être évaluées selon un processus scientifique rigoureux et indépendant.

Mandat du COSEPAC

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) évalue la situation, au niveau national, des espèces, des sous-espèces, des variétés ou d’autres unités désignables qui sont considérées comme étant en péril au Canada. Les désignations peuvent être attribuées aux espèces indigènes comprises dans les groupes taxinomiques suivants : mammifères, oiseaux, reptiles, amphibiens, poissons, arthropodes, mollusques, plantes vasculaires, mousses et lichens.

Composition du COSEPAC

Le COSEPAC est composé de membres de chacun des organismes responsables des espèces sauvages des gouvernements provinciaux et territoriaux, de quatre organismes fédéraux (le Service canadien de la faune, l’Agence Parcs Canada, le ministère des Pêches et des Océans et le Partenariat fédéral d’information sur la biodiversité, présidé par le Musée canadien de la nature), de trois membres ne relevant pas de compétences, ainsi que des coprésident(e)s des sous-comités de spécialistes des espèces et des connaissances traditionnelles autochtones. Le Comité se réunit au moins une fois par année pour étudier les rapports de situation des espèces candidates.

Définitions
(Novembre 2004)

Espèce sauvage
Espèce, sous-espèce, variété ou population géographiquement ou génétiquement distincte d'animal, de plante ou d'une autre organisme d'origine sauvage (sauf une bactérie ou un virus) qui est soit indigène du Canada ou qui s'est propagée au Canada sans intervention humaine et y est présente depuis au moins cinquante ans.

Disparue (D)
Espèce sauvage qui n'existe plus.

Disparue du pays (DP)
Espèce sauvage qui n'existe plus à l'état sauvage au Canada, mais qui est présente ailleurs.

En voie de disparition (VD)Note de bas de page 1
Espèce sauvage exposée à une disparition de la planète ou à une disparition du pays imminente.

Menacée (M)
Espèce sauvage susceptible de devenir en voie de disparition si les facteurs limitants ne sont pas renversés.

Préoccupante (P)Note de bas de page 2
Espèce sauvage qui peut devenir une espèce menacée ou en voie de disparition en raison de l'effet cumulatif de ses caractéristiques biologiques et des menaces reconnues qui pèsent sur elle.

Non en péril (NEP)Note de bas de page 3
Espèce sauvage qui a été évaluée et jugée comme ne risquant pas de disparaître étant donné les circonstances actuelles.

Données insuffisantes DI)Note de bas de page 4, Note de bas de page 5
Espèce sauvage pour laquelle l'information est insuffisante pour évaluer directement ou indirectement son risque de disparition.

 

Service canadien de la faune

Le Service canadien de la faune d’Environnement Canada assure un appui administratif et financier complet au Secrétariat du COSEPAC.

 

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

 Appelée « espèce disparue du Canada » jusqu’en 2003.

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Note de bas de page 2

Appelée « espèce en danger de disparition » jusqu’en 2000.

Retour à la référence de la note de bas de page 2

Note de bas de page 3

Appelée « espèce rare » jusqu’en 1990, puis « espèce vulnérable » de 1990 à 1999.

Retour à la référence de la note de bas de page 3

Note de bas de page 4

Autrefois « aucune catégorie » ou « aucune désignation nécessaire ».

Retour à la référence de la note de bas de page 4

Note de bas de page 5

Catégorie « DSIDD » (données insuffisantes pour donner une désignation) jusqu’en 1994, puis « indéterminé » de 1994 à 1999.

Retour à la référence de la note de bas de page 5

Retournez à la table des matières

Retournez à la table des matières

Rapport de situation du COSEPAC
sur le
lupin densiflore
Lupinus densiflorus
au Canada
2005

Information sur l'espèce

Nom et classification

Nom scientifique :
Lupinus densiflorus Benth.
Synonymes (tirés de Pojar, 1999; U.S.D.A. Natural Resources Conservation Service Plants Database) :
Lupinus densiflorus Benth. var. scopulorum C.P. Smith
Lupinus microcarpus Sims var. scopulorum C.P. Smith
Lupinus densiflorus Benth. var. latilabris C.P. Smith
Lupinus densiflorus Benth. var. stenopetalus C.P. Smith
Lupinus densiflorus Benth. var. tracyi C.P. Smith
Lupinus microcarpus Sims ssp. scopulorum (C.P. Sm.) C.P. Smith
Lupinus microcarpus Sims var. densiflorus (Benth.) Jepson
Nom commun :
Lupin densiflore
Noms anglais :
dense-flowered lupine; whitewhorl lupine
Famille :
Fabacées (Légumineuses)
Grand groupe végétal :
Dicotylédones


Dans leur description des lupins du nord-ouest des États-Unis, Hitchcock et al. (1961) observaient que la taxinomie du genre Lupinus est probablement dans un état plus chaotique que celle de tout autre genre présent dans la région. Ils ont constaté que les espèces de ce genre sont extrêmement plastiques et que nombre d’entre elles s’hybrident librement. Barneby (1989) a mentionné que l’uniformité morphologique des fleurs et des gousses complique la classification du genre. Rien n’indique cependant que le Lupinus densiflorus s’hybride avec d’autres espèces de la côte nord-ouest du Pacifique.

À l’intérieur du genre Lupinus, le L. densiflorus appartient au groupe informel des Microcarpi, et son historique est complexe. L’espèce a été décrite par Bentham sous son nom actuel, mais de nombreux taxinomistes en ont fait un synonyme du L. microcarpus, espèce antérieurement décrite à partir de plantes qui avaient été cultivées en Angleterre, mais étaient issues de semences provenant sans doute du Chili. En se fondant sur plusieurs caractères morphologiques, Dunn et Gillet (1966) ont conclu que le L. densiflorus et le L. microcarpus étaient des espèces distinctes. Cependant, Riggins (1988) a contesté cette théorie et placé l’ensemble du groupe des Microcarpi dans l’espèce L. microcarpus, en se fondant sur une analyse multivariée des caractères morphologiques.

Smith (1917; 1918a,b; 1919) a décrit 5 espèces et 35 nouvelles variétés ou combinaisons appartenant au groupe des Microcarpi, mais d’autres auteurs ont par la suite refusé de reconnaître tous ces taxons. Les auteurs récents ont utilisé les noms suivants pour désigner la plante poussant dans la région de Victoria : L. densiflorus var. densiflorus (Pojar, 1999), L. densiflorus var. scopulorum (Douglas et al., 1990), L. microcarpus var. scopulorum (Hitchcock et al., 1961) et L. microcarpus var. microcarpus (Riggins et Sholars, 1993).

Dans le présent rapport, nous avons retenu le nom adopté par Pojar (1999), Lupinus densiflorus var. densiflorus. Cependant, comme les trois populations deL. densiflorus var. densiflorus mentionnées dans le présent rapport constituent les seules mentions du L. densiflorus ou du L. microcarpus au Canada, il nous a paru suffisant d’utiliser le nom Lupinus densiflorus dans le reste du rapport.


Description morphologique

Le Lupinus densiflorus est une plante annuelle à racine pivotante, habituellement ramifiée, pouvant atteindre de 20 à 30 cm de hauteur (figure 1). Les tiges sont normalement fistuleuses (creuses et cylindriques) à la base, avec une pubescence dense à clairsemée formée de poils brunâtres mous, longs et droits. Les feuilles sont composées-palmées, en partie basilaires et en partie alternes le long de la tige, avec une tendance à former des groupes serrés vers le sommet. Les folioles sont au nombre de 8 à 10, elliptiques, oblancéolées, longues de 1,5 à 3 cm; leur dessus est glabre, tandis que leur dessous est recouvert de poils étalés. Le pétiole est également très pubescent et mesure plusieurs fois la longueur des folioles. L’inflorescence est une grappe terminale pédonculée, plus courte ou plus longue que les feuilles, dense ou interrompue. Les fleurs sont verticillées, blanches à blanc jaunâtre pâle, et persistent souvent à l’état de membranes séchées lorsque la plante est en fruits. L’étendard, de 12 à 14 mm de longueur, est oblong, réfléchi et garni de poils courts sur le sillon central. Les ailes et la carène ont la marge ciliée près de la base. Le calice est bilabié; la lèvre supérieure est membraneuse, très courte (de 2 à 4 mm) et bilobée, tandis que la lèvre inférieure est verdâtre, beaucoup plus longue (de 10 à 11 mm), et tridentée. Le fruit est une gousse ovoïde à rhomboïde, hirsute (couverte de gros poils raides), longue de 1,5 à 2 cm, à style persistant. Chaque gousse produit normalement deux graines, ou parfois une seule. Les graines sont de couleur brun jaunâtre à olive et mesurent de 4 à 6 mm de longueur.


Figure 1 : Morphologie du Lupinus densiflorus

Figure 1 : Morphologie du Lupinus densiflorus

Morphologie mature de la plante (à gauche); fleur (en haut, à droite); capsule de fructification (en bas, à droite). Dessins de Ronald With, tirés de Taylor (1974).


Description génétique

Aucune étude génétique n’a encore été effectuée sur le Lupinus densiflorus, mais des travaux ont été entrepris en vue d’établir s’il existe des différences génétiques entre les populations poussant isolément en Colombie-Britannique et dans l’État de Washington et celles poussant plus au sud dans l’aire de répartition principale de l’espèce.

Retournez à la table des matières

Répartition

Aire de répartition mondiale

Le Lupinus densiflorus (sensu lato) est présent dans l’île de Vancouver et les régions côtières du Puget Sound; vers le sud, il se rencontre depuis le versant est des monts Cascades jusqu’en Basse-Californie (Hitchcock et Cronquist, 1973; figure 2). La variété scopulorum, à laquelle se rattache plus spécifiquement les spécimens du Canada, ne pousse que dans la région de Victoria (en Colombie-Britannique) et dans des îles voisines situées dans l’État de Washington (Hitchcock et al., 1961; Pojar, 1999).

Riggins (comm. pers.) a avancé que les lupins du groupe des Microcarpi qui poussent en Amérique du Sud seraient originaires de Californie et auraient été introduits de façon délibérée ou accidentelle par les premiers explorateurs espagnols. Il est peu probable que ce soit le cas des populations de Victoria, puisque les explorateurs espagnols ne se sont pas établis dans la région et que leurs lieux probables de débarquement ou de délestage ne présentent aucune corrélation nette avec les populations historiques et actuelles de l’espèce.


Figure 2 : Répartition du Lupinus densiflorus en Amérique du Nord

Figure 2 : Répartition du Lupinus densiflorus en Amérique du Nord (la répartition au Mexique n’est pas illustrée).

La répartition au Mexique n’est pas illustrée.


Dunn et Gillett (1966) ont avancé que les populations de L. densiflorus de la Colombie-Britannique pourraient avoir résulté de l’introduction d’une seule graine, mais cette hypothèse était fondée sur trois éléments assez peu concluants : 1) l’uniformité du matériel canadien; 2) l’autopollinisation obligée de ces plantes; 3) la disjonction géographique existant entre les plantes de la Colombie-Britannique et « la population principale située dans la moitié sud de la Californie ». Taylor (1974) et Clark (1976), mais non Hitchcock et al. (1961) ni Pojar (1999), semblent avoir admis, comme s’il s’agissait d’un fait, la théorie selon laquelle les populations de la Colombie-Britannique auraient été introduites par des Européens.

Néanmoins, l’ensemble des données n’appuie pas l’hypothèse de Dunn et Gillett. En effet, il n’est pas rare d’observer une certaine uniformité morphologique, voire génétique, chez les plantes annuelles, en particulier chez les Lupinus. En outre, une source unique de semence ne signifie pas forcément qu’il y ait eu introduction anthropique. Finalement, la répartition isolée de la variété scopulorum (= variété densiflorus au Canada) est semblable à celle de plusieurs autres espèces propres aux régions semi-désertiquesNote de bas de page 1 qui sont présentes sur la côte nord-ouest de l’Amérique du Nord (Hitchcock et al., 1961), et il serait exagéré de présumer qu’elles ont toutes été introduites. Le climat de type méditerranéen qui caractérise la région de Victoria et le bassin de Georgie est inusité sur la côte nord-ouest de l'Amérique du Nord et pourrait expliquer les répartitions disjointes notées par Hitchcock et al. (1961).

D’autres données tendent à confirmer la nature indigène et endémique de la variétédensiflorus dans la région. Premièrement, l’espèce est abondante dans certaines localités et bien répartie entre les îles San Juan du bassin de Georgie, malgré la faible capacité de dispersion de ses graines. Deuxièmement, le matériel local semble distinct (d’où son assignation par certains à la variété scopulorum). Troisièmement, la variété a été récoltée à Victoria dès 1887, soit peu après l’arrivée des Européens à l’île de Vancouver et à une époque où les études botaniques ne faisaient que débuter dans la région. Il semble donc peu probable qu’il s’agisse d’un taxon introduit.


Aire de répartition canadienne

Au Canada, il n’existe que trois populations de Lupinus densiflorus, qui se trouvent toutes dans la région de Victoria, en Colombie-Britannique (Pojar,1999; BC Conservation Data Centre, 2002; figure 3). La zone d’occurrence correspond à un triangle délimité par ces trois populations, et sa superficie est d’environ 2 km2. La zone d’occupation est d’environ 0,12 ha (0,0012 km2).


Figure 3 : Répartition canadienne du Lupinus densiflorus.

Figure 3 : Répartition canadienne du Lupinus densiflorus.


Le Lupinus densiflorus était autrefois présent à la pointe Clover (située à Victoria), où il fut récolté la dernière fois en 1954 sur des pentes de plage et des « prairies » (spécimens 101329 et 100762 de l’herbier RBCM). Un relevé effectué en 2001 à la pointe Clover n’a pas permis d’y détecter l’espèce, ce qui représente un déclin historique du nombre de populations, du nombre d’individus matures et de la zone d’occupation, mais ne modifie en rien la zone d’occurrence.

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Par exemple Allium amplectens, Crassula erecta (= C. connata), Clarkia purpurea ssp. quadrivulnera, Dryopteris arguta, Isoëtes nuttallii, Juncus kelloggii, Minuartia pusilla, Microseris bigelovii, Montia howellii, Myrica californica, Ranunculus californicus, Trifolium depauperatum, Triphysaria versicolor, Vulpia pacifica et Woodwardia fimbriata.

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Retournez à la table des matières

Habitat

Besoins en matière d’habitat

Au Canada, le Lupinus densiflorus n’est présent que dans la zone biogéoclimatique côtière à douglas. L’espèce pousse dans des clairières herbeuses sèches à humides, sur des falaises ainsi que sur des terrasses et escarpements littoraux herbeux en train de s’éroder; le terrain est habituellement incliné vers le sud ou l’ouest. Le haut des escarpements est peuplé d’arbustes, dont le Rosa nutkana et le Symphoricarpos albus. Les plantes herbacées vivaces indigènes suivantes sont associées au Lupinus densiflorus : Allium cernuum, Armeria maritima, Brodiaea coronaria, Camassia quamash, Danthonia californica, Festuca rubra, Grindelia integrifolia, Lathyrus japonicus, Orobanche uniflora, Pteridium aquilinum et Lomatium nudicaule. On observe souvent un couvert important de graminées introduites, notamment de Dactylis glomerata, de Lolium perenne, de Bromus hordeaceus et de Bromus sterilis. Le Lupinus densiflorus pousse jusqu’à 10 mètres au-dessus du rivage. Une partie de la population 3 pousse dans un habitat atypique, à savoir une prairie située au niveau de la mer, à sol mince, dominée par des graminées et autres plantes herbacées introduites. Le reste de la population 3 pousse sur des pentes instables, modérées à raides, similaires aux milieux privilégiés par les populations 1 et 2.


Tendances en matière d’habitat

Moins de 1 p. 100 de la zone biogéoclimatique côtière à douglas est relativement exempte de perturbations (Pacific Marine Heritage Legacy, 1996), et les milieux propices au Lupinus densiflorus ont probablement décliné en conséquence. Des relevés effectués sur l’emplacement des stations historiques mentionnées dans la base de données du Centre de données sur la conservation (CDC) semblent indiquer qu’une partie considérable de l’habitat a été détruite par l’urbanisation.

Le Lupinus densiflorus ne croît que sur les terrasses et les escarpements situés au-dessus de la zone atteinte par les vagues, et ces milieux ont été de plus en plus endommagés par le piétinement excessif au cours du siècle dernier. Par ailleurs, la suppression des incendies a probablement favorisé le développement d’îlots denses d’arbustes à l’intérieur des populations 1 et 2. Plusieurs espèces de graminées et autres plantes herbacées introduites ont également formé des îlots denses dans les trois stations. Ces îlots denses d’arbustes ou de plantes herbacées semblent avoir considérablement dégradé la qualité de l’habitat du L. densiflorus au cours du siècle dernier.


Protection et propriété

Toutes les populations de Lupinus densiflorus se trouvent sur des terres fédérales, provinciales ou municipales, et aucune ne se trouve sur un terrain privé. Aucun des trois paliers de gouvernement n’a pris des dispositions visant à protéger le Lupinus densiflorus au moyen de plans d’aménagement. En Colombie-Britannique, aucune loi ni aucun règlement de portée générale ne protègent l’espèce.

Retournez à la table des matières

Biologie

Généralités

Le Lupinus densiflorus est une plante annuelle d’hiver. Une grande partie des graines germent en automne, et les plantules survivent à l’hiver. Aucune information n’est actuellement disponible sur la biologie et l’écologie de l’espèce en Colombie-Britannique.


Cycle vital et reproduction

L’information sur la pollinisation du Lupinus densiflorus est contradictoire. D’une part, Dunn et Gillett (1966) ont avancé que la population canadienne survit grâce à l’autopollinisation obligée, et d’autre part, Riggins (comm. pers.) décrit l’espèce comme étant cléistogame. Des observations de première main à l’île Trial et à la pointe Macaulay laisse présumer un différent mode de reproduction. Les pétales ne seraient pas entièrement soudés, et on a observé des bourdons s’alimenter sur les plantes. Les bourdons allaient d’une plante à l’autre, choisissant seulement les fleurs neuves et entièrement développées. Elles ont semblé minutieusement examiner les fleurs, ce qui laisse croire que les populations canadiennes de Lupinus densiflorus sont chasmogames et font régulièrement l’objet d’un croisement extérieur.

Les relevés effectués de septembre 2001 à février 2002 dans les populations de la Colombie-Britannique montrent que ces populations ont produit beaucoup de graines, ce qui est compatible avec le cycle de vie d’une espèce annuelle, qui doit compter sur la présence d’un réservoir de graines dans le sol.


Germination

Une partie des graines germent en automne, dès novembre dans la région de Victoria. Vers le début de février 2002, des graines non germées ont été observées à la surface du sol dans la plupart des placettes d’observation. Au printemps, ces graines peuvent germer, ou entrer dans le réservoir de graines du sol, ou être détruites par la prédation ou d’autres facteurs.

Chez les lupins, les exigences de la germination semblent varier énormément d’une espèce à l’autre. Les graines peuvent rester longtemps en dormance si leur tégument dur doit être perforé ou se décomposer pour qu’elles puissent germer. Neilson (1964) a découvert que les graines du Lupinus densiflorus demeurent viables pendant au plus quatre ans. La scarification peut grandement favoriser la germination; Neilson (1964) a constaté une germination de la totalité des graines scarifiées (n=10) chez le L. densiflorus au cours de son étude sur les graines de populations de Californie. Les graines de certaines espèces de lupins germent mieux dans un sol meuble et humide, à des températures assez basses, proches du point de congélation, la nuit (Dunn, 1956). Dans des conditions contrôlées, avec un taux d’humidité adéquat, Neilson (1964) a obtenu les taux de germination les plus élevés avec les températures de 13 à 27 °C; il avait utilisé des graines de L. densiflorus récoltées en Californie.


Écologie des plantules

Les plantules passent l’hiver au stade des cotylédons ou au stade où quelques feuilles primaires sont en train d’apparaître. Selon Neilson (1964), les primordiums foliaires du Lupinus densiflorus sont efficacement recouverts par des excroissances des cotylédons, ce qui constituerait un des mécanismes les plus efficaces de protection des plantules chez le genre Lupinus. Les cotylédons sont persistants – des plantules portant encore des cotylédons ont été récoltées à Victoria en mars et en avril (spécimens 142029 et 40414 de l’herbier RBCM).

Des placettes d’observation ont été établies durant l’automne 2001 dans les populations 1 et 2 pour suivre la survie des plantules pendant l’hiver. Des plantules avaient déjà levé à la fin de l’automne (dès novembre), et elles ont passé l’hiver avec les cotylédons dilatés et quelques feuilles primaires. De nombreuses plantules ont survécu au début et au milieu de l’hiver, mais la densité des plantules a diminué dans la plupart des placettes à mesure que l’hiver avançait.

Des observations générales effectuées durant l’hiver 2001-2002 ont révélé que les graines peuvent germer sur toutes sortes de substrats, notamment dans le gravier, le bois en décomposition et les fissures du bois de plage. Cependant, la plupart de ces plantules n’ont pas survécu, et aucune plante adulte ne poussait sur un tel substrat l’été précédent. Indépendamment du substrat, c’est l’immersion en eau salée par les grandes marées d’automne qui constituait la principale cause de mortalité des plantules.

L’argile saturée d’eau par les pluies hivernales est le substrat qui a donné le meilleur taux de levée des plantules. Ce type de sol est souvent soumis à des micro-glissements qui mettent à nu des matières minérales présentant des fissures où peuvent facilement pénétrer les racines pivotantes. Les plantules peuvent s’enraciner dans les argiles marines, en terrain plat, comme on a pu observer dans la population 3. Il faut noter que, dans la population 2, aucune plantule de Lupinus densiflorus n’était présente sur les lentilles de sable et le limon sablonneux.


Survie

Même si les graines du Lupinus densiflorus peuvent germer dans une variété de microhabitats, la mortalité des plantules et des jeunes plantes est élevée. Inversement, la répartition des plantes adultes semble plus restreinte, possiblement en raison de leurs exigences édaphiques ou de la compétition d’autres espèces; néanmoins, les observations faites sur le terrain pendant l’été 2001 n’ont révélé aucun taux appréciable de mortalité adulte.


Herbivores et prédateurs

Un peu de prédation des graines, des fleurs et des feuilles a été constatée dans la plupart des populations, mais ce facteur n’est pas jugé décisif pour la survie de l’espèce. Chez certaines plantules, une grande portion des cotylédons avait été consommée par des herbivores, ce qui pouvait nuire à leur capacité de survie. La compétition interspécifique ainsi que les événements fortuits survenant pendant cette période déterminent sans doute les fluctuations démographiques observées d’année en année.

Selon des documents trouvés sur Internet (voir par exemple, Crescent Bloom (en anglais seulement)), les graines, les gousses et les feuilles de l’espèce contiennent un alcaloïde toxique, l’anagyrine, qui pourrait limiter la prédation.


Physiologie

On en sait peu sur la physiologie du Lupinus densiflorus, mais il semble que l’espèce vit en symbiose avec des bactéries du genre Rhizobium capables de fixer l'azote atmosphérique. En effet, les racines des jeunes plantes présentent d’abondantes nodosités qui ressemblent à celles qui contiennent les Rhizobium; ce facteur pourrait également influer sur la survie et la reproduction. Comme l’habitat semble offrir à la plante peu d’éléments nutritifs et d’eau pendant l’été, cette symbiose lui donnerait un avantage compétitif.

Le Lupinus densiflorus est physiologiquement adapté aux conditions hivernales, car ses graines germent en automne, lorsque l’eau est disponible, et ses plantules demeurent au stade des cotylédons, ceux-ci formant un couvert protecteur pour les primordiums foliaires. L’intolérance au sel fait obstacle aux populations sur le bas des pentes éclaboussées par les vagues.


Déplacements et dispersion

Chez le Lupinus densiflorus, si une partie ou la totalité des fleurs sont cléistogames, il n’existe aucune possibilité de dispersion du pollen. Sinon, la dispersion du pollen peut être limitée par le comportement des pollinisateurs en quête de nourriture. Certaines espèces d’abeilles sont capables de transporter le pollen sur d’assez grandes distances; cependant, très peu de signes de pollinisation ont été constatés dans les populations. De toute manière, la pollinisation permettrait un transfert génétique à l’intérieur des sous-populations, mais non entre les trois populations canadiennes ou entre celles-ci et celles du Washington. Il est plus probable que la pollinisation ait lieu entre les fleurs d’une même inflorescence, compte tenu de la densité des fleurs et du comportement alimentaire présumé des pollinisateurs.

La plupart des graines sont probablement dispersées par gravité, de manière passive. En hiver, les vents du large qui soufflent sur les falaises côtières de la région de Victoria sont très forts et peuvent charrier les graines sur une petite distance, même si celles-ci sont peu adaptées pour la dispersion par le vent. Ce facteur deviendrait particulièrement important si les populations étaient menacées par une diminution progressive du nombre d’individus sur le haut des pentes. Une déhiscence explosive des capsules mûres a été constatée chez certains lupins, entre autres par Dunn (1956) et Neilson (1964), mais ce phénomène n’a pas été observé sur le terrain par les rédacteurs du présent rapport.

Comme les populations de la Colombie-Britannique sont localisées et ont apparemment un effectif inférieur à la capacité biologique du milieu, il semble que la dispersion des graines et l’établissement des plantules sont des phénomènes rares et qu’une immigration de source externe aurait un effet limité, même entre les trois populations de la région de Victoria.


Relations interspécifiques

La relation symbiotique possible entre le Lupinus densiflorus et les bactéries du genre Rhizobium pourrait favoriser de manière appréciable la survie des plantules ou des jeunes individus ainsi que la capacité du L. densiflorus à concurrencer les autres espèces. La capacité des Rhizobium de fixer l’azote atmosphérique chez les légumineuses hôtes poussant en milieu pauvre en cet élément est attestée par de nombreuses sources. Également importante est la relation antagoniste existant entre le L. densiflorus et d’autres plantes indigènes ou exotiques; à cet égard, les Rhizobium confèrent sans doute au L. densiflorus un certain avantage compétitif.


Adaptabilité

Nous avons déjà traité de la germination des graines du Lupinus densiflorus. Les autres formes d’adaptation, telles que le taux élevé de grenaison et de germination, la phénologie saisonnière et les réservoirs de graines du sol, sont fréquentes chez les plantes annuelles vivant dans des milieux imprévisibles.

Retournez à la table des matières

Taille et tendances des populations

Activités de recherche

Avant de rechercher le Lupinus densiflorus sur le terrain, nous avons compilé les mentions existant dans les herbiers (Royal British Columbia Museum, University of British Columbia et University of Washington) ainsi que dans la base de données du Conservation Data Centre de la Colombie-Britannique. Nous avons également établi des transects entre les sites connus. Avant de cibler avec précision certains besoins en matière d’habitat et d’utiliser une image précise de l’espèce pour la rechercher, nous avons effectué des relevés sur un territoire débordant largement des sites connus. Nous avons entrepris cette recherche à la fin de l’été, et le feuillage distinctif du L. densiflorus nous a sensiblement facilité la tâche. Nous avons poursuivi la recherche durant l’automne et le printemps, après avoir établi que l’espèce est une annuelle d’hiver. Les gros cotylédons caractéristiques de l’espèce et le flétrissement des espèces concurrentes, en automne, nous ont également aidés à repérer les individus. Le principal rédacteur du présent rapport a ainsi consacré aux activités de recherche et de mesure 16 heures durant l’été et 4 heures durant l’hiver.

Les données recueillies par les principaux rédacteurs permettent de délimiter les populations actuelles de manière très fiable, mais on ne peut pas en dire autant sur le nombre d’individus. Des études démographiques réalisées sur trois ans à une échelle détaillée semblent indiquer que les populations subissent des fluctuations bien plus importantes que celles qui ont été exposées dans le présent rapport, même si elles demeurent généralement inférieures à un ordre de grandeur (Fairbarns, en préparation).


Abondance

La zone d’occurrence actuelle du Lupinus densiflorus au Canada est de 2 km2, et les populations occupent 0,12 ha à l’intérieur de cette zone. Une des quatre populations connues a disparu. Dans le cas des autres populations, les observations antérieures comprenaient des estimations d’abondance, mais ces données semblent trop peu fiables pour permettre de dégager des tendances (voir la section « Fluctuations et tendances » ci-dessous). On peut toutefois constater que ces populations connaissent des fluctuations assez importantes. Les estimations de 2000 et 2001 indiquent un effectif total de 1 800 à 2 100 individus pour l’ensemble des trois principales populations (tableau 1).


Fluctuations et tendances

Comme les trois populations canadiennes actuelles de Lupinus densiflorus n’ont pas été échantillonnées de façon régulière ou systématique, il est impossible de dégager des tendances précises. Par ailleurs, dans le cas des plantes annuelles en général, les tendances observées quant au nombre des individus n’ont qu’une valeur limitée, étant donné la difficulté d’évaluer la partie des populations constituée par le réservoir de graines du sol et de normaliser l’effectif en fonction des conditions de croissance variant d’une année à l’autre. À l’heure actuelle, on ne dispose que des données provenant d’un dénombrement approximatif périodique de la totalité ou d’une partie de chacune des trois populations. Ces données, déposées au Conservation Data Centre de la Colombie-Britannique, sont présentées dans le tableau ci-dessous.

 

Tableau 1 : Données sur le dénombrement des populations de Lupinus densiflorus en 2000 et 2001
PopulationDernière observationSuperficie occupée par la population (ensemble des colonies ou sous-populations)Nombre d’individus
1Ford et Fairbarns, 200120 m x 10 m1045
2Ford et Fairbarns, 200120 m x 12 m227
3Penny, Fairbarns et Ford, 200020 m x 40 m600 - 800
4Ford, 20010 m20

 

Tableau 2 : Données sur les tendances démographiques du Lupinus densiflorus
PopulationObservateur et dateProportion examinéeNombre d’individus
1M. Fairbarns, 2002Toute la population200-300
2J. Macoun, 1887Proportion inconnue87
2J. Penny, 1999Partie de la population60-70
3A. Ceska, 1993Partie de la population200
3M. Fairbarns, 2002Toute la population800


Immigration de source externe

La santé et la viabilité des populations de Lupinus densiflorus de l’État de Washington et de Californie n’ont pas été évaluées. Les renseignements que nous avons obtenus du personnel du programme NatureServe Heritage et dans le site web de ce programme semblent indiquer que l’espèce n’est pas surveillée dans ces États. Comme il a été mentionné dans la section « Nom et classification », la taxinomie des populations du sud et du nord soulève des interrogations; il est donc possible que les populations de l’État de Washington constituent la seule source étrangère de graines viables pour le rétablissement de l’espèce dans les milieux actuellement occupés par les populations canadiennes. Cela dit, le transfert naturel de graines de l’État de Washington à la Colombie-Britannique est très improbable, étant donné la vaste étendue de milieux marins hostiles qui sépare Victoria, dans l’île de Vancouver, de l’île San Juan, dans l’État de Washington.

Retournez à la table des matières

Facteurs limitatifs et menaces

La perte d’habitat constitue une grave menace pour les populations canadiennes de Lupinus densiflorus et demande une attention immédiate. En effet, les milieux littoraux propices de Victoria et des environs ont été en grande partie aménagés à des fins résidentielles, commerciales et récréatives. Ce développement a presque certainement causé la disparition de la population de la pointe Clover.

Le conseil d’administration du District régional de la capitale étudie actuellement un projet d’usine de traitement des boues, laquelle serait construite à l’endroit où se trouve la population 1. Si ce projet se concrétisait, une partie ou la totalité de la plus grande population canadienne de Lupinus densiflorus ainsi que la plus grande population canadienne de Sanicula bipinnatifida (espèce désignée menacée par le COSEPAC) disparaîtraient. Deux autres terrains sont également envisagés, mais leur aménagement risquerait d’éliminer une partie ou la totalité d’une grande population de Limnanthes macounii (espèce désignée menacée par le COSEPAC) ainsi qu’un site hautement coté d’une communauté végétale en péril.

Même si l’usine de traitement des boues n’est pas construite sur le terrain où se trouve la population 1, cette dernière demeurerait menacée par les activités actuelles du ministère de la Défense nationale, le propriétaire du terrain. En 2003, une partie de cette population a été détruite par l’élargissement et le revêtement d’un chemin existant.

La dégradation de l’habitat rend encore plus précaire la situation du Lupinus densiflorus. Des arbustes et des graminées exotiques menacent en effet d'empiéter sur les trois populations qui subsistent; ce sont principalement le Cytisus scoparius, l’Hedera helix, l’Ulex europaeus, le Dactylis glomerata, l’Anthoxanthum odoratum, le Lolium perenne, le Bromus sterilis et le B. hordeaceus.

Il est probable qu'autrefois les Autochtones brûlaient périodiquement les milieux secs et dégagés où pousse le Lupinus densiflorus, afin d'améliorer les récoltes de Camassia sur les terrains élevés voisins. Depuis plusieurs décennies, il n'y a pratiquement plus de feux dans cette région du littoral, ce qui a favorisé l’établissement d’arbustes introduits et de certaines plantes indigènes, comme le Rosa nutkana, le Symphoricarpos albus, le Populus tremuloides et le Pteridium aquilinum. Nous n'avons trouvé aucun pied de Lupinus densiflorus parmi les peuplements denses d'arbustes indigènes ou introduits ou de graminées introduites.

Les pratiques d’aménagement des terres ont également réduit la capacité des terrains à accueillir le Lupinus densiflorus. L’aménagement paysager, la fertilisation des pelouses, le déchaumage et la tonte sont des pratiques courantes dans au moins un des sites. À l’île Trial, afin de favoriser la perpétuation du Lupinus densiflorus, on attend que cette plante ait commencé à produire des graines avant de tondre les pelouses (la tonte vise à réduire les risques de feu). Cette entente informelle a certes eu un effet positif, mais il n’en demeure pas moins que la majeure partie des plantes sont tondues avant d’avoir fini de produire des graines.

Les processus géomorphologiques ont également une incidence sur les populations de lupins. Les pentes instables où croissent ces végétaux sont sujettes à des mouvements de masse et à des micro-glissements. La survie des populations se trouvant sur de tels terrains montre que ces plantes peuvent supporter une certaine instabilité des pentes. En réalité, les micro-glissements produisent de nombreuses petites fissures qui exposent les matières minérales les plus propices à l’établissement des plantules. À l’heure actuelle, les mouvements de masse survenant dans les terrains où se trouvent les populations 1 et 2 dépassent largement les niveaux historiques. La présence accrue de visiteurs au cours du siècle dernier a davantage endommagé les pentes, à un point tel que plusieurs sous-populations sont réparties dans une matrice de sentiers très creusés favorisant une érosion en nappe.

En résumé, moins de 5 p. 100 des milieux qui étaient propices au Lupinus densiflorus au début du 20e siècle semblent encore réunir des conditions adéquates.

La dispersion des graines et l’immigration de source externe sont des questions fort complexes. La dispersion des graines sur des distances supérieures à 10 mètres semble extrêmement rare. Or, les populations sont très éloignées les unes des autres (y compris les populations des îles voisines situées dans l’État de Washington) et n’offrent aucune possibilité de recolonisation pour les anciens sites. La probabilité d’immigration entre les sous-populations est également très faible, puisque la plupart de celles-ci sont séparées par des milieux inappropriés sur une distance nettement supérieure à 10 mètres.

Dans le cas des populations 1 et 2, le rétablissement de l’espèce sur le haut des pentes est problématique, car les graines sont dispersées par gravité. On peut s’attendre à ce que certains événements fortuits ainsi que l’augmentation du piétinement humain réduisent le nombre d’individus sur le haut des pentes. Le piétinement ne semble pas avoir éliminé la deuxième population initialement observée par Macoun en 1887. Cependant, comme la récolte de Macoun n’est accompagnée d’aucun renseignement sur la position exacte de la population le long de la pente, nous ne disposons d’aucun moyen de confirmer que cette population a lentement migré vers le bas de la pente jusqu’à sa position actuelle, tout juste au-dessus de la ligne de marée haute.

Chez les populations 1 et 2, le piétinement humain s’est rapidement intensifié au fil des ans, et plusieurs sous-populations du haut des pentes semblent avoir été gravement touchées (particulièrement à proximité des sentiers et des bancs de parc). La perte d’individus ne peut pas être compensée par le recrutement dans de nouveaux milieux au bas des pentes, puisque celles-ci aboutissent toutes dans la mer. Les forts vents d’hiver pourraient permettre une certaine immigration de source externe au sein des sous-populations en soufflant les graines vers le haut des pentes, mais, pour nombre de ces sous-populations, le phénomène ne compenserait sans doute pas les effets négatifs de l’activité humaine.

Le déversement de pétrole constitue un autre risque, en particulier pendantles grandes marées d’automne.

Retournez à la table des matières

Importance de l'espèce

Les populations canadiennes constituent un élément important d’une composante géographiquement isolée de l’espèce. Cette composante est souvent considérée comme une variété distincte, endémique de la région de Victoria et d’îles voisines situées dans l’État de Washington. L'utilisation de cette espèce par les Autochtones a été rapportée dans une importante base de données ethnobotaniques (University of Michigan - Native American Ethnobotany (en anglais seulement)).

Retournez à la table des matières

Protection actuelle ou autres désignations de statut

Le Lupinus densiflorus (var. densiflorus) n’est pas visé par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), par l’Endangered Species Act des États-Unis, ni par le Red Data Book de l’UICN. NatureServe a attribué la cote G5T4 au L. densiflorus var. densiflorus. La cote G5 signifie que l’espèce est jugée commune à très commune, manifestement non en péril et non susceptible de disparaître dans les conditions actuelles. En Californie, l’espèce est commune et abondante et pousse souvent sur des sols perturbés (Riggins, comm. pers.). La cote T4 signifie que la variété n’est pas menacée de façon évidente et compte de nombreux sites. Cette cote doit être interprétée avec circonscription, étant donné la confusion entourant la taxinomie infra-spécifique de l’espèce. En réalité, si les plantes qui poussent à Victoria et dans les îles voisines situées dans l’État de Washington sont considérées comme distinctes, comme le proposent de nombreux auteurs, cette cote pourrait être augmentée à T2.

À l’échelle de la Colombie-Britannique, le Conservation Data Centre de cette province a attribué à l’espèce la cote S1, qui signifie qu’elle y est très fortement menacée à cause de son extrême rareté ou parce qu'un ou plusieurs facteurs la rendent particulièrement sujette à disparaître (BC Conservation Data Centre, 2002). Le Lupinus densiflorus figure sur la liste rouge de cet organisme, au nombre des espèces et sous-espèces (taxons) indigènes que l'on croit disparues, en voie de disparition ou menacées à l'échelle de la province.

Le Lupinus densiflorus ne bénéficie d’aucune protection découlant d’une loi fédérale ou provinciale ou d’un plan d’aménagement visant un de ses sites. Les populations de la pointe Macaulay et de l’île Trial auront droit à une protection assurée par des organismes fédéraux (le ministère de la Défense nationale et la Garde côtière canadienne, respectivement) si l’espèce est officiellement désignée comme menacée ou en voie de disparition.

Les lois de la Colombie-Britannique ne protègent pas les espèces en péril. Une partie de la population 2 est protégée contre l’aménagement du terrain parce qu’elle se trouve dans un parc municipal. En fait, l’ensemble de la population 2 est gravement menacée par les activités récréatives, et une partie de cette population est aussi menacée par l’aménagement d’infrastructures.

Retournez à la table des matières

Résumé technique

Lupinus densiflorus

Lupin densiflore
Dense-flowered lupine

Répartition au Canada : Colombie-Britannique


Information sur la répartition

Superficie de la zone d’occurrence (km2)
[superficie de l’habitat terrestre comprend les trois emplacements existants]

2 km2


Préciser la tendance (en déclin, stable, en expansion, inconnue)

Stable


Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occurrence (ordre de grandeur > 1)?

Non


Superficie de la zone d’occupation (km2)
[zone occupée par les populations existantes]

~ 0,0012 km2 (0,12 ha)


Préciser la tendance (en déclin, stable, en expansion, inconnue)

En déclin


Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occupation (ordre de grandeur > 1)?

Non


Nombre d’emplacements existants (connus ou supposés)

3


Préciser la tendance du nombre d’emplacements (en déclin, stable, en croissance, inconnue)

Inconnue


Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’emplacements (ordre de grandeur >1)?

Non


Tendance de l’habitat : préciser la tendance de l’aire, de l’étendue ou de la qualité de l’habitat (en déclin, stable, en croissance ou inconnue)

Étendue et qualité de l’habitat en déclin



Information sur la population

Durée d’une génération (âge moyen des parents dans la population : indiquer en années, en mois, en jours, etc.)

<1 an (durée annuelle)


Nombre d’individus matures (reproducteurs) au Canada (ou préciser une gamme de valeurs plausibles)

De 1800 à 2100 réparti sur deux saisons d’étude sur le terrain


Tendance de la population quant au nombre d’individus matures en déclin, stable, en croissance ou inconnue

Inconnue


S’il y a déclin, % du déclin au cours des dernières/prochaines dix années ou trois générations, selon la plus élevée des deux valeurs (ou préciser s’il s’agit d’une période plus courte)

-


Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures (ordre de grandeur > 1)?

Données incertaines, mais de grandes fluctuations ont lieu


La population totale est-elle très fragmentée (la plupart des individus se trouvent dans de petites populations, relativement isolées [géographiquement ou autrement] entre lesquelles il y a peu d’échanges, c.-à-d. migration réussie de ≤ 1 individu/année)?

Oui


Préciser la tendance du nombre de populations (en déclin, stable, en croissance, inconnue)

Stable (une perte est probablement historique)


Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de populations (ordre de grandeur >1)?

Non


Énumérer les populations et donner le nombre d’individus matures dans chacune

Population 1 : 1045
Population 2 : 227
Population 3 : 600-800



Menaces (réelles ou imminentes pour les populations ou les habitats)

  • Menaces réelles : piétinement, aménagement urbain, engrais de pelouses, aménagement ornemental, défeutrage, tonte, plantes envahissantes
  • Menaces imminentes : perte de la population 1 en raison de l’établissement d’une usine de traitement des boues; diminution du nombre d’individus causée par la dispersion vers le bas des pentes et vers des habitats inadéquats; déversements de pétrole


Effet d’une immigration de source externe

Statut ou situation des populations de l’extérieur?

États-Unis : Inconnu


Une immigration a-t-elle été constatée ou est-elle possible?

Inconnue


Des individus immigrants seraient-ils adaptés pour survivre au Canada?

Oui


Y a-t-il suffisamment d’habitat disponible au Canada pour les individus immigrants?

Oui (probablement sous les taux de chargement de l’habitat)


Peut-il y avoir sauvetage par des populations de l’extérieur?

Non



Analyse quantitative

[Fournir le détail des calculs, les sources de données, les modèles et autres]
Données insuffisantes


Statut actuel

COSEPAC : En voie de disparition (mai 2005)


Statut et justification de la désignation

Statut : Espèce en voie de disparition

Code alphanumérique : B1ab (ii, iii,iv,v) + 2ab (ii, iii,iv,v); C1

Justification de la désignation : Il s’agit d’une plante annuelle ayant une répartition très limitée, dont la présence au Canada a été consignée dans trois emplacements. La taille de la population totale est petite, fluctue de façon importante selon les conditions climatiques. Ces populations sont exposées à des risques continus de perte et de dégradation de l’habitat en raison d’activités telles que l’expansion urbaine, le piétinement, le fauchage et la concurrence avec des plantes exotiques envahissantes.


Application des critères

Critère A (Population globale en déclin) :
données insuffisantes

Critère B (Petite aire de répartition, et déclin ou fluctuation) :
espèce en voie de disparition aux termes de B1ab (ii,iii,iv,v) et 2ab (ii,iii,iv,v), étant donné la très petite zone d’occurrence, la zone d’occupation et la présence de seulement trois populations. On peut également induire qu’il y a une diminution de la zone d’occupation, une dégradation de la qualité de l’habitat, une possible perte de population si l’usine de traitement des boues était construite sur le site 1 et un déclin du nombre d’individus matures attribuable à l’activité humaine, à l’aménagement urbain et à l’envahissement par des plantes non indigènes. Le nombre d’individus matures est sujet à d’importantes fluctuations; toutefois, les données ne sont pas suffisamment complètes pour déterminer s’il se produit des fluctuations supérieures à un ordre de grandeur. La quatrième population a probablement disparu. L’immigration depuis les populations américaines adjacentes n’est pas possible.

Critère C (Petite population globale et déclin) :
espèce en voie de disparition aux termes de C1, étant donné la présence de moins de 2 500 plantes matures et la menace posée par la possible construction d’une usine de traitement des boues sur le site 1 qui entraînerait la perte d’environ 50 % de la population de plantes matures.

Critère D (Très petite population ou aire de répartition limitée) :
espèce menacée aux termes de D2, étant donné la présence de seulement trois populations et d’une zone d’occupation de moins de 20 km2, et compte tenu des menaces liées à la perte et à la détérioration de l’habitat causées entre autres par l’aménagement urbain, l’utilisation et la gestion des terrains et l’envahissement par des plantes non indigènes.

Critère E (Analyse quantitative) :
données insuffisantes

Retournez à la table des matières

Remerciements et experts contactés

Remerciements

Les rédacteurs remercient le Conservation Data Centre de la Colombie-Britannique de son aide d’une très grande valeur, et tout particulièrement Brenda Cortanzo dans la préparation du présent rapport. Ils remercient également Raji Basi de son aide dans le domaine.

Le financement pour la préparation du présent rapport a été fourni par l’équipe de rétablissement de l’écosystème des chênes de Garry et le Conservation Data Centre de la Colombie-Britannique.


Experts contactés

Bennett, Robb. Février 2002. Seed pest Management Officer, B.C. Ministry of Forests.

Caplow, F. Botanist. Février 2002. Washington Natural Heritage Program, Department of Natural Resources, Olympia (Washington).

Donovan, M. Juillet 2001. Biological Information Coordinator, B.C. Conservation Data Centre, B.C. Ministry of Sustainable Resource Management.

Douglas, George W. Program Botanist, B.C. Conservation Data Centre, B.C. Ministry of Environment, Lands and Parks, Victoria (Colombie-Britannique).

Riggins, R. Mars 2002. Professor Emeritus, California Poly.

Retournez à la table des matières

Sources d'information

Barneby, R.C. 1989. Pages 237-267, in A. Cronquist, A. Holmgren, N.H. Holmgren, J.L. Reveal et P.K. Holmgren, Intermountain Flora: Vascular Plants of the Intermountain West, U.S.A., Volume 3 (Part B): Fabales. N.Y. Botanical Garden (État de New York).

B.C. Conservation Data Centre. 2002. B.C. Red List 2002, Vascular Plants, B.C. Conservation Data Centre, Ministry of Sustainable Resource Management, Victoria (Colombie-Britannique).

Clark, L.J. 1976. Wildflowers of the Pacific Northwest, Gray's Publishing, Sidney (Colombie-Britannique).

Douglas, G.W., G.B. Straley et D. Meidinger. 1990. The vascular plants of British Columbia, Part 2 – Dicotyledons (Diapensiaceae through Portulacaceae), British Columbia Ministry of Forests, 158 p.

Dunn, D.B. 1956. The breeding systems of Lupinus, group micranthi, American Midland-Naturalist 55: 443-472.

Dunn, D.B., et J.M. Gillett. 1966. The lupines of Canada and Alaska, Can. Dept. of Agriculture Research Branch Monograph 2, 89 p.

Fairbarns, M.D. En cours. Demographic patterns in Lupinus densiflorus, rapport final d’une étude de trois ans, Aruncus Consulting.

Héritage patrimonial marin du Pacifique (HYPMP). 1996. A proposal for the protection of the Ballenas and Winchelsea Islands under the Pacific Marine Heritage Legacy, (un partenariat entre le Service canadien de la faune, Environnement Canada, le ministère de la Défense nationale et Conservation de la nature Canada).

Hitchcock, C. L., et A. Cronquist. 1973. Flora of the Pacific Northwest, Univ. Washington Press, Seattle (Washington).

Hitchcock, C.L., A. Cronquist, M. Ownbey et J.W. Thompson. 1961. Vascular Plants of the Pacific Northwest, Part 3, Saxifragaceae to Ericaceae, University of Washington Press, Seattle.

Neilson, J.A. Jr. 1964. The Autecology of Lupinus densiflorus Benth.; Some Aspects of its Relation to the Plants that Occur with it, and a Review of its Taxonomic Position in the Genus, mémoire de doctorat, University of California (Davis).

Pojar, J. 1999. Fabaceae, p. 64-180, in G.W. Douglas, D. Meidinger et J. Pojar (éd.), Illustrated Flora of British Columbia, Volume 3: Dicotyledons (Diapensiaceae through Onagraceae), B.C. Ministry of Environment, Lands and Parks, B.C. Ministry of Forests, Victoria (Colombie-Britannique).

Riggins, R. 1988. A comparison of North and South American Lupinus group Microcarpi (Leguminosae), Madrono 35:92-104.

Riggins, R., et T. Sholars. 1993. Lupinus, in J.C. Hickman (éd.), The Jepson Manual: Higher Plants of California, University of California Press, Berkeley, 1400 p.

Smith, C.P. 1917. Studies in the genus Lupinus, I. A new species of the subgenus Platycarpos, Bull. Torr. Bot. Club 44:405-406.

Smith, C.P. 1918a. Studies in the genus Lupinus, II, The Microcarpi, exclusive of Lupinus densiflorus, Bull. Torr. Bot. Club. 45:1-22.

Smith, C.P. 1918b. Studies in the genus Lupinus., III, Lupinus densiflorus, Bull. Torr. Bot. Club 45:167-202.

Smith, C.P. 1919. Studies in the genus Lupinus, IV, The Pusilli, Bull. Torr. Bot. Club 46:389-410. 

Taylor, T.M.C. 1974. The Pea Family (Leguminosae) of British Columbia, British Columbia Provincial Museum Handbook Number 32, Queens Printer, Victoria.

U.S.D.A. Natural Resources Conservation Service Plants Database (en anglais seulement).


Sommaire biographique des rédacteurs du rapport

Shane Ford est titulaire d’un B.Sc. et d’un M.Sc. de la University of Victoria et est agrologue et biologiste professionnel. Il a travaillé à titre d’écologiste sur le terrain pour le ministère des Forêts et comme naturaliste pour le service des parcs de la Colombie-Britannique. Il est gardien à la réserve écologique Trial Island et travaille comme biologiste pour le Conservation Data Centre du ministère de la Gestion durable des ressources de la Colombie-Britannique.

Matt Fairbarns a obtenu un B.Sc. en botanique de la University of Guelph en 1980. Depuis une vingtaine d'années, il participe à des projets de cartographie, d'inventaire et de conservation d'espèces et écosystèmes rares de l'ouest du Canada.

Kathleen Wilkinson a obtenu un B.Sc.A. en phytologie de l'Université du Manitoba en 1972 et un M.Sc. en écologie végétale de la University of Calgary en 1981. Elle a travaillé en planification des ressources et, depuis 25 ans, principalement comme conseillère en environnement, dans l'Ouest du Canada. Elle est auteure de deux guides de terrain sur les plantes indigènes d'Alberta.


Collections examinées

Les collections suivantes ont été examinées :

  • herbier de la University of British Columbia
  • herbier du Royal BC Museum
  • herbier de la University of Washington (correspondance électronique avec le conservateur)

Retournez à la table des matières