Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement du naseux de Nooksack

Sommaire

Historique

Le naseux de Nooksack est un petit poisson de moins de 15 cm, de la famille des cyprinidés (méné), qui habite les ruisseaux tributaires de la rivière Nooksack. On le considère comme une sous-espèce de l'espèce plus répandue et plus connue du naseux de rapides (Rhinichthys cataractae). Au Canada, on le retrouve dans quatre ruisseaux de la vallée du fleuve Fraser, en Colombie-Britannique. Son aire globale de répartition inclut environ 20 ruisseaux additionnels dans le nord-ouest de l'État de Washington (McPhail, 1997). Le naseux de Nooksack est disparu de certains affluents des bassins hydrologiques du Canada où on le retrouvait en abondance dans les années 1960 (McPhail, 1997). On ne connaît pas présentement son statut actuel dans l'État de Washington.

Le naseux de Nooksack est fortement associé aux habitats des courants (McPhail, 1997) et la proportion des courants dans une aire de répartition est le grand indicateur de la présence de l'espèce (Pearson 2004a). Les jeunes de moins d'un an se retrouvent en aval des plans d'eau, dans des eaux plus calmes et peu profondes, tout près des torrents habités par leurs parents (McPhail, 1997). Pour le naseux, son rayon d'éloignement de l'habitat est très limité, moins de 50 mètres du canal, bien que certains individus puissent s'aventurer à au moins des centaines de mètres (Pearson, 2004a). Cela porte à croire que des courants successifs puissent contenir des sous-populations semi-isolées et que la dynamique des métapopulations puisse être importante à l'échelle des bassins hydrologiques (Pearson 2004a).

Les menaces

Les populations de naseux de Nooksack semblent les plus vulnérables aux sécheresses saisonnières, à la perte de l'habitat suite au drainage, au dépôt de sédiments et à la destruction de courants par la construction d'étangs par les castors. L'arrivée de prédateurs est largement répandue dans l'aire de répartition du naseux mais elle a probablement des répercussions limitées sur l'espèce en raison de l'absence du chevauchement des habitats. L'hypoxie et la toxicité constituent des menaces importantes dans certaines zones, au moins à un bassin hydrologique, mais ne menacent pas l'espèce partout où elle se trouve.

Habitat essentiel

L'habitat essentiel pour le naseux de Nooksack ne fait pas l’objet d’une description formelle dans le présent programme de rétablissement. L’Équipe de rétablissement a compilé les données scientifiques qui aideront à définir l’habitat essentiel et cette information devrait servir de base pour une description officielle de l’habitat essentiel par l’entremise du processus du plan d’action, qui comprendra une analyse socioéconomique et une consultation des intérêts touchés. L’habitat essentiel du naseux de Nooksack devrait être défini au niveau des aires de répartition et devrait inclure des caractéristiques spécifiques tels les courants, les eaux peu profondes et l’habitat rivulaire. Des études additionnelles sont nécessaires pour confirmer la présence d’autres populations de naseux de Nooksack et leurs habitats essentiels, et pour caractériser les menaces spécifiques. La définition des habitats essentiels contribuera à l’amélioration des objectifs de rétablissement et la gestion des activités qui ont des répercussions sur les espèces.

Rétablissement

Le rétablissement des populations du naseux de Nooksack est réalisable, tant au plan technique que biologique. Pour maintenir une population, il faudra créer et maintenir un habitat de qualité suffisante pour tous les courants, dans chaque ruisseau. Des exigences spécifiques peuvent varier mais elles comprendront généralement la protection du débit d'entrée, la restauration de l'habitat des rapides et, dans certains cas, la restriction du réservoir de retenue des castors. Une certaine forme de gestion sera nécessaire dans tous les bassins hydrologiques.

L'objectif du rétablissement est de :

Garantir la viabilité à long terme des populations du naseux de Nooksack  par leur répartition naturelle à travers le Canada.

Le programme de rétablissement vise trois objectifs, qui sont expliqués en détail par la suite.

  1. Pour tous les habitats convenables occupés présentement et dans le passé dans les ruisseaux originaux, l’occupation prévue d'ici 2015.
  2. Hausse, d'ici 2015, de l'abondance des naseaux de Nooksack aux niveaux ciblés dans tous les bassins hydrologiques.
  3. Garantie qu'au moins une voie pour poissons dans chaque bassin hydrologique prend en charge une densité élevée du naseux de Nooksack.

Huit stratégies globales ont été dégagées en appui à ces objectifs :

  1. Proposer, créer et améliorer l'habitat des courants dans les habitats ayant un potentiel de haute productivité.
  2. Établir et maintenir un débit de base adéquat dans tous les habitats ayant un potentiel de haute productivité.
  3. Diminuer l'arrivée des sédiments dans les ruisseaux.
  4. S'assurer de l'intégrité et du bon fonctionnement des zones rivulaires par l'entremise des bassins hydrologiques.
  5. Diminuer la fragmentation de l'habitat.
  6. Favoriser l'intendance entre les propriétaires fonciers privés et le public.
  7. Réduire les contaminants toxiques des ruisseaux.
  8. Atténuer au maximum les effets néfastes des prédateurs non indigènes.