Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Plan de gestion de l’épaulard du large (Orcinus orca) au Canada [version finale]

2.0 Gestion

2.1 But

Maintenir des effectifs viables à long terme dans l’aire de répartition connue de la population d’épaulards du large du Pacifique Nord-Est, dans les eaux du Pacifique au Canada.

Comme l’incertitude entourant l’abondance et la biologie en général de la population est grande, il convient d’adopter une approche prudente et de combler les lacunes dans les connaissances afin d’atteindre ce but. Comme cette population se déplace entre les eaux américaines et canadiennes, le rôle du Canada en matière de gestion sera axé sur la protection de la population au Canada et de contribuer aux initiatives de recherche et de conservation mises en œuvre aux États-Unis, lorsque cela est possible.

2.2 Objectifs

Au cours des dix prochaines années, les objectifs relatifs à la population et à l’aire de répartition seront les suivants :

  • P1   Maintenir la population à son niveau actuel ou au-delà de celui-ci (moyenne sur cinq ans).
  • D1 Maintenir l’aire d’occupation et de répartition actuelle de la population sur la côte ouest de la Colombie-Britannique.

À l’heure actuelle, de nombreuses incertitudes subsistent en ce qui concerne les caractéristiques démographiques et l’aire de répartition des épaulards du large. Cependant, un recensement préliminaire de la population (MPO-PRC, données non publiées) et des données sur des observations nous ont permis d’établir une estimation initiale de 288 individus pour cette population, dont les membres ont été observés dans l’ensemble des eaux marines de la Colombie-Britannique. Comme ces données sont préliminaires, il n’est pas possible à l’heure actuelle d’établir des objectifs précis et quantitatifs en matière de répartition et de population pour accroître la taille de la population ou son aire de répartition. L’établissement d’un objectif de recherche complémentaire (R4) visant à déterminer les niveaux de mortalité causée par l’homme qui n’empêcheront pas l’atteinte de l’objectif relatif à la population (P1) nous aidera à établir un point de repère à partir duquel nous pourrons évaluer les niveaux actuels de mortalité d’origine anthropique. À l’heure actuelle, le maintien de l’effectif estimé et de l’aire de répartition actuels sont les objectifs les plus défendables sur le plan biologique. Du point de vue de la gestion canadienne, la priorité demeure le maintien de l’aire de répartition et des effectifs dans les eaux de la Colombie-Britannique.

Objectifs en matière de recherche et de surveillance

Au cours des dix prochaines années, les objectifs en matière de recherche à atteindre seront les suivants :

  • R1   Terminer les recensements numériques de la population et assurer un suivi des caractéristiques démographiques.
  • R2   Soutenir et favoriser le rôle biologique et écologique des épaulards du large au Canada ainsi que contribuer à clarifier les aspects généraux de celui-ci. Une importance particulière doit être accordée aux études sur l’écologie de l’alimentation, l’abondance de la population et l’occurrence saisonnière.
  • R3   Soutenir et favoriser la recherche pour combler les lacunes dans les connaissances concernant les effets des emmêlements dans les engins de pêche, des polluants chimiques et biologiques et les effets d’autres menaces relevées (tableau 2) ou non, pesant sur cette population et contribuer à ses efforts.
  • R4   Évaluer les méthodes disponibles ainsi que les niveaux estimés de mortalité annuelle d’origine anthropique que la population peut subir sans que l’atteinte de l’objectif P1 ne soit compromise.

D’importantes lacunes dans les connaissances subsistent en ce qui concerne la biologie en général des épaulards du large, et le fait de se pencher sur ces lacunes dans les connaissances nous aidera à orienter les efforts de gestion. L’atteinte de l’objectif R1 nous permettra d’obtenir cette information sur une base continue afin que l’on puisse suivre l’état de santé de la population, tandis que l’atteinte des objectifs R2 et R3 nous permettra de résoudre les incertitudes concernant les menaces pesant sur la population. L’établissement d’une estimation du niveau de mortalité causée par l’homme qui ne compromettrait pas l’atteinte de l’objectif P1 peut nous donner une mesure à partir de laquelle nous pourrons évaluer l’impact des menaces. Les efforts consentis pour assurer un suivi des mortalités d’origine anthropique peuvent nous aider à déterminer les impacts de certaines menaces sur cette population. Comme des questions d’ordre général se posent sur l’écologie des épaulards du large, il faut accorder une priorité plus élevée pour l’instant à la recherche portant sur ces incertitudes. Les efforts de recherche canadiens porteront sur la population vivant dans les eaux de la Colombie-Britannique, tandis que la collaboration avec les chercheurs américains contribuera à l’établissement du corpus de connaissances sur les épaulards du large dans un contexte élargi (c.-à-d. sur la côte ouest de l’Amérique du Nord). D’ici dix ans, nous devrons répondre aux questions concernant le rôle écologique joué par cette population, si nous désirons soutenir le but établi.

Objectifs de gestion

Au cours des dix prochaines années, les objectifs de gestion à atteindre seront les suivants :

  • M1    Réduire le risque de déversements catastrophiques ayant une incidence sur la population d’épaulards du large de la Colombie-Britannique.
  • M2    Limiter l’exposition des épaulards du large aux polluants biologiques et chimiques.
  • M3 Limiter l’exposition des épaulards du large à des niveaux de bruits aigus et chroniques excédant ceux considérés comme étant responsables de dommages comportementaux ou physiques chez les cétacés.
  • M4    Limiter la dégradation de l’habitat actuel et potentiel au Canada.
  • M5 Promouvoir la collaboration internationale, les travaux de recherche indépendants, l’éducation et la vulgarisation concernant des initiatives de gestion et de conservation et y contribuer.

Les objectifs de gestion visent les menaces classées d’importance allant de moyenne à élevée (tableau 2), et ce, afin de prévenir tout déclin de la population et permettre l’atteinte de l’objectif de gestion établi (section 2.1). Les déversements catastrophiques de substances toxiques, la disponibilité moindre des proies, la contamination et les bruits aigus ont été évalués comme étant les menaces les plus importantes pour les épaulards du large (tableau 2). Comme ces derniers constituent une population transfrontalière, l’éducation et la collaboration avec les chercheurs et les gestionnaires américains contribueront aux efforts de conservation et d’atténuation.

Les menaces qui ont été évaluées comme étant d’importance faible ou inconnue (tableau 2) ne font pas l’objet d’objectifs directs; les lacunes dans les connaissances se rapportant à ces menaces seront comblées plutôt par des moyens opportunistes ou peu coûteux lorsque cela est possible. Certaines menaces ont un impact sur certains épaulards, mais n’affectent pas l’ensemble de la population. Lorsque l’applicabilité de mesures d’atténuation est élevée (tableau 2) et que des ressources sont disponibles, il est prudent de gérer et d’atténuer ces menaces.

2.3 Mesures

Le but premier du présent plan de gestion est de recommander des mesures pour combler les lacunes dans les connaissances et relever les besoins en matière de recherche pour améliorer notre compréhension des épaulards du large. Malgré les incertitudes concernant la biologie de l’espèce, il faut prendre des mesures de gestion qui peuvent réduire le risque d’effets que constituent les menaces pour l’ensemble de la population. La capacité du MPO de mettre en œuvre ou d’appuyer les mesures préconisées sera fonction de la disponibilité des ressources financières et autres requises à cette fin.

On recommande la prise des mesures suivantes (non énumérées par ordre de priorité) pour soutenir le but et les objectifs de gestion exposés aux sections 2.1 et 2.2 afin de faire en sorte que les épaulards du large ne deviennent pas une population menacée ou en voie de disparition. Bon nombre des mesures inscrites ci-après sont actuellement en cours (voir « Mesures déjà prises ou en cours » à la section 1.6) et sont présentées dans d’autres documents de planification du rétablissement (voir « Plans connexes » à la section 4). La synchronisation des activités de protection, de gestion et de recherche énumérées facilitera l’application d’une approche multispécifique pour la conservation des mammifères marins en Colombie-Britannique et permettra une utilisation efficace des ressources disponibles. On recommande la prise de mesures lorsque leur mise en œuvre est jugée pratique et réalisable et lorsque ces mesures sont les plus susceptibles d’assurer une protection appropriée de la population d’épaulards du large de la Colombie-Britannique.

Lorsqu’il a été établi que la responsabilité des mesures relève de Pêches et Océans Canada, leur mise en œuvre sera directement effectuée par l’entremise d’une collaboration avec d’autres agences et organismes responsables, et il faudra coordonner les efforts appropriés dans certains cas pour mettre en œuvre les mesures en question. Si la responsabilité des mesures à mettre en œuvre ne relève pas du mandat ou du champ de compétence de Pêches et Océans Canada, l’octroi d’un soutien pour la mise en œuvre de la ou des mesures et la contribution aux efforts seront une priorité lorsque cela est possible. Les agences et organismes participants ainsi que les calendriers de mise en œuvre pour chacune des mesures énumérées sont présentés au tableau 4. Les organismes qui participent actuellement à la collecte de données sur les épaulards du large sont, quant à eux, présentés à l’annexe II.

2.3.1 Protection

  • Continuer de protéger les épaulards du large contre les perturbations acoustiques aiguës afin d’atténuer de façon efficace les effets négatifs potentiels sur l’ensemble de la population.
    • Appliquer l’Énoncé des pratiques canadiennes d’atténuation des ondes sismiques en milieu marin de Pêches et Océans Canada (MPO, 2005) et des protocoles de mise en œuvre régionaux connexes afin d’améliorer l’efficacité des mesures d’atténuation du stress provoqué par le bruit sismique sur les épaulards.
    • Demander à ce que Pêches et Océans Canada apporte sa collaboration au ministère de la Défense nationale en vue de finaliser les modifications apportées à l’Ordre du Commandement maritime sur les procédures d’atténuation visant les mammifères marins et à ce qu’il lui fournisse toute nouvelle information utile pour atténuer efficacement les impacts des bruits occasionnés par l’utilisation de sonars tactiques sur les mammifères marins.
  • Protéger les épaulards du large contre les perturbations physiques, les interactions avec les navires et le stress causé par les bruits chroniques.
    • Achever les modifications au Règlement sur les mammifères marins [RMM] de la Loi sur les pêches afin de réduire le risque de déplacement hors de l’habitat, de collision avec des navires et d’emmêlement dans des engins de pêche ainsi que les effets de la perturbation acoustique 5.
    • Poursuivre la mise en application du RMM et des lignes directrices régionales concernant l’observation des mammifères marins ainsi que celle des règlements régissant l’expansion du transport maritime.

2.3.2 Gestion

  • Poursuivre l’examen des projets qui impliquent la production de bruits aigus (p. ex. des relevés au moyen de dispositifs sismiques et de sonars) et formuler des avis sur chaque projet sur les mesures d’atténuation à prendre ou sur les zones à éviter.
  • Gérer et réduire les apports de produits chimiques dans l’habitat afin de réduire la charge en substances toxiques chez les épaulards du large, dans leur habitat et chez les espèces qui leur servent de proies.
    • Élaborer des mesures propres aux mammifères marins et les inclure dans les programmes d’intervention en cas de déversement catastrophique.
      • Élaborer un plan d’intervention d’urgence pour identifier les experts en mammifères marins requis lors des interventions en cas de déversement.
      • Élaborer un manuel opérationnel propre aux mammifères marins qui doit être inclus dans les plans d’intervention en cas de déversement catastrophique6 afin de déterminer quelles données doivent être recueillies et quels protocoles d’intervention sont nécessaires pour atténuer les effets à court et à long terme sur les mammifères marins et leur habitat.
    • Effectuer un examen et un suivi régulier des sources de contamination ponctuelles recensées dans l’habitat connu de l’épaulard du large en Colombie-Britannique.
      • Passer en revue la gestion des sources ponctuelles de polluants toxiques afin d’évaluer l’utilité des lignes directrices fédérales, provinciales et régionales actuelles concernant les seuils de contamination environnementale pour les produits chimiques énumérés à l’annexe I relativement aux effets potentiels qu’ils peuvent avoir sur les épaulards du large.
      • Assurer un suivi régulier de ces sources ponctuelles afin d’évaluer leur conformité aux lignes directrices fédérales, provinciales et régionales qui déterminent les seuils de contamination environnementale à respecter pour les produits chimiques énumérés à l’annexe I.
  • Poursuivre la délivrance de permis pour des programmes de recherche effectués à l’extérieur du MPO ainsi que des activités de surveillance et des évaluations (sections 2.3.3 et 2.3.4) afin de combler les lacunes dans les connaissances et de clarifier les menaces relevées. Cette mesure maintiendra le soutien aux mesures 9a à e, 10, 11a à c et 12a à c.
  • Soutenir le Marine Mammal Response Network afin de faciliter la collecte normalisée d’échantillons et l’exécution de autopsies sur les carcasses ainsi que la collecte et le partage de données pour permettre une compréhension étendue des menaces relevées (déversements catastrophiques, perturbations sonores et physiques, collisions avec des navires, emmêlements dans des engins de pêche, emprisonnements et échouements de masse). Cette mesure soutiendra celle indiquée au point 12a.
  • Renforcer, soutenir et favoriser, dans la mesure du possible, l’élaboration continue de normes et de lignes directrices concernant les rapports des observateurs des pêches concernant l’identification des espèces de mammifères marins et la collecte de données afin de clarifier l’importance des interactions avec les pêches (p. ex. emmêlements dans des engins de pêche, prises accessoires) et de recueillir des échantillons lorsque c’est possible. Cette mesure soutiendra les mesures 6 et 12b, s’il y a lieu.
  • Une fois qu’auront été comblées les lacunes dans les connaissances sur les proies et les besoins alimentaires des épaulards du large de la Colombie-Britannique, mettre à jour les plans intégrés de gestion des pêches pour les espèces pertinentes afin de tenir compte des besoins de ces baleines.

2.3.3 Recherche sur la biologie de l’épaulard du large

  • La priorité du présent plan de gestion est de souligner les activités de recherche nécessaires pour accroître notre connaissance des épaulards du large en Colombie-Britannique et sur la côte ouest de l’Amérique du Nord. On peut combiner la collecte de données opportuniste et les programmes de recherche multispécifiques pour réduire les coûts relatifs à l’atteinte de l’objectif de recherche exposé dans le présent plan de gestion et dans d’autres initiatives, y compris des programmes de rétablissement et des plans d’action (voir « Plans connexes » à la section 4.0). Les renseignements qui suivent concernant les paramètres du cycle biologique des épaulards du large sont présentés en ordre d’importance sur le plan des lacunes à combler dans les connaissances sur cette population.
    • Procéder à des relevés de reconnaissance annuels multispécifiques sur les mammifères marins à partir de navires. Compléter avec des relevés aériens, lorsque c’est possible. Ces relevés nous aideront à déterminer l’aire de répartition et l’occurrence saisonnière des épaulards du large dans les eaux de la Colombie-Britannique et nous fourniront les ressources pour la mise en œuvre des mesures 9b à 9e.
    • Poursuivre le programme d’observation et de réobservation (photo-identification) visant des épaulards du large afin d’acquérir des données aux fins du recensement de la population totale et de permettre le suivi de l’abondance de la population, des tendances à long terme ainsi que des caractéristiques démographiques des épaulards du large.
    • Déployer des dispositifs de télésurveillance acoustique chaque année pour établir l’occurrence saisonnière des épaulards du large dans des zones clés de la côte de la Colombie-Britannique.
    • Procéder à des campagnes d’échantillonnage sur le terrain afin d’établir l’écologie de l’alimentation et le régime alimentaire des épaulards du large afin d’améliorer notre connaissance et d’assurer le suivi des effets d’une abondance moindre des proies.
    • Prélever des échantillons de tissus d’épaulards du large et d’espèces de proies potentielles lorsque c’est possible afin de faciliter la détermination des profils des agents pathogènes et des polluants et l’identification des espèces de proies potentielles. Cette mesure servira de complément à la mesure 9d et peut tirer profit de la mesure 12a, le cas échéant

2.3.4 Surveillance et évaluation

La population ainsi que les menaces relevées doivent faire l’objet d’une surveillance à long terme si l’on veut évaluer l’efficacité des mesures de gestion des menaces ainsi que prévenir toute augmentation du stress pour la population. Lorsque les effets des menaces sont inconnus, il faut concentrer les efforts sur la collecte de données supplémentaires pour résoudre les incertitudes. Cet effort de surveillance pourrait également inclure l’identification et l’échantillonnage des sources ou des vecteurs de stress.

  • Soutenir les efforts consentis pour assurer un suivi de l’aire de répartition et de l’occurrence des épaulards en Colombie-Britannique afin d’appuyer les efforts de recherche.
  • Procéder à des évaluations continues de la vulnérabilité des épaulards du large aux menaces relevées au fur et à mesure que l’aire de répartition de cette population se précisera davantage.
    • Évaluer la nécessité de modèles d’évaluation du risque (p. ex. Barlow et Gisiner, 2006) afin d’établir avec précision quels sont les facteurs de risque associés aux déversements de produits toxiques, aux collisions avec des navires, aux emmêlements dans des engins de pêche, à l’exposition à des polluants biologiques et à la réduction de la disponibilité des proies pour les épaulards du large ou leur habitat en Colombie-Britannique et à l’échelle de leur aire de répartition. La mise en œuvre des mesures 5 et 13c contribuera à la réussite de cet effort.
    • Étudier le potentiel d’accroissement du risque de stress pour la population d’épaulards du large que constituent les bruits sismiques, les déversements catastrophiques et la perturbation par des navires qui pourrait découler de la levée du moratoire sur l’exploration et l’exploitation de ressources pétrolières au large de la Colombie-Britannique. La mise en œuvre de la mesure 13c contribuera à la réussite de cet effort.
    • Évaluer la probabilité d’impacts sur la population d’épaulards du large découlant d’une disponibilité moindre des proies. Cette mesure est fonction des résultats obtenus aux points 9d et 9e.
  • Clarifier l’étendue des menaces pesant sur la population d’épaulards du large.
    • Effectuer des autopsies des carcasses, lorsque c’est possible, afin de déterminer la charge en agents pathogènes. Cette mesure peut être utile en vue de la mise en œuvre de la mesure 9e, tandis que la mesure 6 aidera à fournir les ressources nécessaires.
    • Évaluer le potentiel d’interaction entre les pêches et les épaulards du large en ce qui touche la déprédation, l’emmêlement dans les engins de pêche ou la concurrence pour les ressources (c.-à-d. les proies). La mesure 7 facilitera la mise en œuvre de la présente mesure, tandis que les résultats des mesures 9d et 9e peuvent être nécessaires pour l’évaluation de la concurrence potentielle pour les ressources.
    • Évaluer la faisabilité d’une évaluation des sources actuelles de polluants biologiques au sein de l’habitat connu de l’épaulard du large afin d’évaluer le potentiel d’impacts sur l’ensemble de la population. Cette mesure peut être prise de concert avec la mesure 4b si cela est approprié ou possible.

2.3.5 Vulgarisation et communication

  • Favoriser l’établissement de réseaux de communication améliorés pour accroître la sensibilisation aux initiatives concernant l’épaulard du large.
    • Établir de façon proactive des réseaux intra- et inter-agences pour assurer une communication efficace pendant les interventions en cas de déversement catastrophique afin de permettre la prise de mesures rapides, efficaces et coordonnées par les organismes et les parties responsables. Cette mesure soutiendra celle indiquée au point 4a.
    • Maintenir des communications avec les médias ainsi que des initiatives de vulgarisation et de promotion continues concernant le Règlement sur les mammifères marins ainsi que la brochure « Respectez les baleines! Directives pour l’observation de la faune aquatique à l’intention des plaisanciers et des observateurs » afin de réduire la perturbation physique et acoustique.
    • Soutenir les initiatives de collaboration transfrontalière et intergouvernementale en matière de recherche et de gestion afin d’assurer une intervention coordonnée pour conserver cette population et contribuer à ces initiatives lorsque cela est possible. Cet effort facilitera et soutiendra la mise en œuvre de l’ensemble des mesures présentées dans le présent document.

5 Pour consulter les modifications proposées au Règlement sur les mammifères marins, voir le site http://www-comm.pac.dfo-mpo.gc.ca/pages/consultations/marinemammals/mmr-update_e.htm.

6 Inclure dans le manuel opérationnel les mesures décrites dans le document de Pêches et Océans Canada intitulé « Marine mammal incident response » (ébauche) et « Sea otter oil spill response plan for Canada’s Pacific coast » (document de travail).