Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport du COSEPAC sur la situation Brosme au Canada

Résumé du rapport de situation

Dans le présent rapport, tous les brosmes sont considérés comme faisant partie d’une même population. Dans l’ouest de l’Atlantique, le centre de l’aire de répartition se trouve entre les 41e et 44e degrés de latitude nord (golfe du Maine, sud du plateau néo-écossais). L’aire de répartition chevauche la frontière canado-américaine. On connaît mal la biologie générale de cette espèce. Par exemple, les aires de croissance des juvéniles et les frayères des adultes, si elles existent, ne sont pas connues. Les adultes sont démersaux, lents, sédentaires et solitaires. Ils ne se réunissent pas en grands bancs. Leur longueur maximale est de 100 à 110 cm.

Quatre-vingts pour cent des débarquements commerciaux proviennent de la division 4X de l’OPANO (baie de Fundy, Sud-Ouest de la Nouvelle-Écosse, banc Browns). Il semble exister une pêche dirigée au brosme, mais la plupart des captures correspondent à des prises accessoires, habituellement des pêches à la palangre. Les débarquements sont inférieurs à la moyenne à long terme depuis 1993, et ont atteint un plancher historique ces dernières années. Les relevés scientifiques dans la région Scotia-Fundy montrent également de faibles taux de capture à partir du début des années 1990.

Les données des relevés dans la région Scotia-Fundy indiquent un déclin des CPUE de brosmes qui a commencé entre la fin des années 1970 et le début des années 1980 environ. Pendant l’ensemble de la période allant de 1970 à 2001, soit 32 ans ou 3,5 générations de brosmes, les CPUE ont baissé de 93,4 p. 100. Les estimations du nombre d’adultes (> 50 cm) suivent étroitement les baisses des CPUE observées. Un déclin de 95,5 p. 100 de 1970 à 2001 (figure 4) a été noté. On estimait la taille de la population de poissons matures (> 50 cm) à 314 520 individus en 2001, ce qui est inférieur d’un ordre de grandeur à l’estimation de trois millions au milieu des années 1970. Dans la région de Terre-Neuve, pendant l’ensemble de la période pour laquelle des données sont disponibles (de 1978 à 2001), soit pendant 23 ans ou 2,5 générations, le nombre de captures par trait a diminué de 90 p. 100.

Dans le golfe du Maine, pendant la période allant de 1970 à 1994, soit 25 ans ou 3 générations, le nombre de brosmes par trait a chuté de 60 p. 100. D’après des données à jour (de 1964 à 2001), le taux de déclin est de 75 p. 100, et la population de brosme demeure faible. Les années 1998 et 2000 ont enregistré les captures les plus faibles.

Considérées ensemble, les données des relevés scientifiques de toutes les sources (golfe du Maine, Scotia-Fundy et Terre-Neuve) montrent un déclin de 90 p. 100 des CPUE entre 1970 et 1994.

Les changements dans la répartition spatiale, le poids des individus et la proportion de poissons matures pêchés chaque année constituent également des indicateurs de la situation de la population de brosme. Sur le plateau néo-écossais, on capture des brosmes dans une zone qui rétrécit chaque année. Un changement d’un ordre de grandeur dans la répartition spatiale s’est produit entre 1970 et 2001. Par ailleurs, le poids moyen des brosmes est à la baisse. Au début des années 1970, le poids moyen d’un individu était d’environ 3 kg; à la fin des années 1990, il n’était plus que de 1,5 kg. Il s’agit d’une réduction de 50 p. 100 sur une période de 25 à 30 ans. Le nombre de poissons matures (> 50 cm) est aussi en diminution; il affiche un changement d’un ordre de grandeur, ayant passé de trois millions au début des années 1970 à 314 520 en 2001.