Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport du COSEPAC sur la situation Brosme au Canada

Répartition

 Répartition mondiale

Le brosme apparaît dans les importants inventaires de l’ichtyofaune régionale de l’Atlantique Nord. Ces comptes rendus comprennent des clés d’identification, des illustrations, des graphiques de la répartition, des données sur la biologie et les relations du brosme avec l’être humain ainsi que des références (Hildebrand et Schroeder, 1928; Svetovidov, 1948; Bigelow et Schroeder, 1953; Wheeler, 1969; Scott et Scott, 1988; Pethon, 1989; Cohen, 1990; Collette et Klien-MacPhee, 2002).

Le brosme est une espèce du Nord qui habite les eaux subarctiques et boréales de l’Atlantique Nord. À l’est, on le trouve dans les régions du Nord de la mer du Nord, sur les côtes de l’Irlande et de l’Écosse, sur la côte sud de la Norvège (il est toutefois rare dans le Skagerrak et le Kattegat) et sur la côte ouest de la Norvège jusque dans la mer de Barents et l’île aux Ours (Svetovidov, 1948; Bigelow et Schroeder, 1953; Wheeler, 1969;Pethon, 1989). Le brosme est présent près des îles Féroé, dans les eaux islandaises, et sur les côtes est et ouest du Groenland, où on le considère rare, bien que de récentes données fournies par Henry Lear (MPO-Ottawa) indiquent qu’il est peut-être plus commun à l’ouest du Groenland qu’on ne le croyait. Lear (comm. pers.) signale des brosmes capturés à la palangre lors de onze pêches (450 hameçons/mouillage) entre le banc Lille Hellefiske et le cap Desolation. Les plus importantes captures ont été réalisées à des profondeurs de 460 à 485 m.

Sur le littoral ouest de l’Atlantique, le brosme vit en eau profonde le long du bord de la plate-forme continentale de Terre-Neuve-et-Labrador, où il est cependant rare. Il est également rare dans le golfe du Saint-Laurent, où on ne l’a signalé que sur la côte ouest de l’île du Cap-Breton, au large de Chéticamp. Le centre d’abondance dans l’ouest de l’Atlantique est le golfe du Maine, le sud du plateau néo-écossais et l’embouchure de la baie de Fundy (Scott et Scott, 1988;Collette et Klien-MacPhee, 2002; Harris et al., 2002). La limite méridionale semble être les eaux situées entre le New Jersey et le Rhode Island (ou Cape Cod). On ne cite pas le brosme dans le livre de Hildebrand et Schroeder, Fishes of Chesapeake Bay (1928), et l’espèce ne figure pas non plus dans la liste des poissons chalutés dans le golfe médio-atlantique (du Cape Hatteras au Cape Cod) (Colvocoresses et Musick, 1984).

 

Répartition canadienne

Le centre de l’aire de répartition du brosme dans le nord-ouest de l’Atlantique se situe dans les eaux relativement profondes du golfe du Maine ainsi que dans les eaux situées à l’est et au nord de cette région. Bigelow et Schroeder (1953) signalent que des quantités considérables sont capturées dans ces eaux le long des bancs de la Nouvelle-Écosse, du banc Browns au Banquereau et au banc de Canso, près de l’île du Cap-Breton. Le brosme se retrouve dans le Sud-Ouest du plateau néo-écossais et sur son talus continental ainsi que dans le chenal de Fundy. Au Canada, c’est dans cette zone qu’il est le plus abondant (figure 1). On a déjà capturé le brosme à l’embouchure de la baie de Fundy, surtout à proximité de l’île Brier, du côté néo-écossais, et à proximité de Grand Manan, du côté néo-brunswickois. L’espèce est toutefois absente des portions les plus intérieures de la baie (Bigelow et Schroeder, 1953; Scott et Scott, 1988; Collette et Klien-MacPhee, 2002). Le brosme ne figure pas dans les débarquements du chalutage de fond de la baie Passamaquoddy (Tyler, 1971; Macdonald et al., 1984). Il est également absent du golfe du Saint-Laurent et rare au nord du chenal Laurentien, près de Terre-Neuve et sur le Grand Banc. L’espèce appartient à l’assemblage de poissons vivant sur les bancs et les talus des eaux tempérées du sud; leur aire de répartition s’étend généralement du golfe médio-atlantique aux bancs de Terre-Neuve (Mahonet al., 1998).

Le Projet d’évaluation stratégique de la côte Est de l’Amérique du Nord (PESCEAN) a illustré la répartition du brosme sur la côte Est (figure 1). Le Projet résume les données sur la répartition provenant de plus de 20 ans de relevés scientifiques dans l’Est du Canada et le Nord-Est des États-Unis. D’après la carte du PESCEAN, le brosme semble se concentrer dans le golfe du Maine, à l’embouchure de la baie de Fundy et sur le plateau néo-écossais (au large du Sud-Ouest de la Nouvelle-Écosse, soit depuis le chenal de Fundy et le banc Browns jusqu’aux bancsEmerald, Occidental et de l’île de Sable) (figure 1). Cette zone couvre environ trois degrés de latitude (entre les 41e et 44e degrés de latitude nord). Au nord et au sud du centre de son aire de répartition, l’occurrence du brosme est nettement limitée au rebord et au talus de la plate-forme continentale, en eau relativement profonde, comme l’indiquent la figure 1 et Harris et al. (2002). Dans l’ouest de l’Atlantique, le centre de l’aire de répartition du brosme est très restreint comparativement à ceux des autres Gadidés (morue, merlu, goberge).