Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport du COSEPAC sur la situation Brosme au Canada

Importance du brosme

Le brosme appartient à un genre monotypique : il est la seule espèce du genre Brosme à exister sur Terre.

Dans l’ouest de l’Atlantique Nord, on trouve principalement le brosme entre les 41e et 44e degrés de latitude nord. Pour un gadidé vivant sur la plate-forme continentale de l’Est du Canada et des États-Unis, cela représente une répartition spatiale très limitée. En effet, la plupart des gadidés possèdent une aire de répartition beaucoup plus vaste. Le brosme est rare au nord du 44e degré de latitude nord et au sud du 41e degré de latitude sud. Par conséquent, la seule concentration de cette espèce dans l’ouest de l’Atlantique se trouve dans le golfe du Maine et le Sud du plateau néo-écossais. Il n’y a aucune information sur les stades qui suivent l’établissement sur le fond. Ces stades ne sont mentionnés dans aucune des études menées dans les zones côtières ou extracôtières.

Le brosme n’est pas réputé faire de grandes migrations de reproduction ni de posséder des frayères bien définies. Les fermetures de zones de pêche visant à protéger l’espèce pendant la fraye, période où les individus sont rassemblés, sont donc difficiles à appliquer. Il manque aussi des données sur l’emplacement des aires de croissance. On ne sait pas si les brosmes juvéniles se concentrent dans des nourriceries bien délimitées, à l’instar des autres gadidés.