Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la Gérardie rude (Agalinis aspera) au Canada

Facteurs limitatifs et menaces

L’Agalinis aspera a besoin d’habitats dégagés et ensoleillés où les plantes compétitrices sont clairsemées. L’espèce semble bien survivre dans les emprises routières qui présentent la bonne combinaison de sol nu et de végétation éparse. Elle semble tolérante aux perturbations du sol; en fait, de telles perturbations pourraient accroître son taux de germination.

Au Manitoba, les impacts anthropiques représentent la plus grande menace pour ces populations, car la plupart d’entre elles poussent dans des emprises routières. Toute perturbation majeure de ces emprises (travaux d’élargissement de la route ou de rectification de son tracé, etc.) mettrait en péril les populations. Les perturbations légères comme le piétinement par les bovins et une érosion modérée ne sont probablement pas problématiques. Le fauchage pourrait se révéler utile pour contrôler les espèces compétitrices, mais ne devrait pas se faire vers la fin de l’été pendant que les fleurs et les capsules sont présentes. Des dommages importants aux capsules dus à un fauchage tardif ont été observés à Woodlands. Les individus d’A. aspera en question mesuraient entre 11 et 24 cm de hauteur le 28 août. Les individus fauchés étaient encore en vie le 10 septembre, mais bon nombre de capsules avaient été détruites par le fauchage, alors que d’autres se développaient encore normalement.

L’impact du brûlage sur cette espèce est actuellement inconnu, mais il semble que le brûlage intensif entrepris dans la prairie de Grosse Isle y ait réduit la population d’A. aspera. Canne-Hilliker (2000) souligne que « les plantes basses qui produisent de petites graines, comme la gérardie de Skinner, risquent particulièrement d’être détruites dans les prairies soumises à un brûlage ».

L’impact du broutage est important dans les sites de Poplar Point, et il faudra une coopération avec les gestionnaires de parcours pour prévenir le surpâturage.

 Il est possible que la population soit en voie de tomber sous un seuil critique en deçà duquel sa survie serait compromise par une trop faible diversité génétique.