Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le kiyi du lac Ontario et le kiyi du secteur supérieur des Grands Lacs au Canada - Mise à jour

Importance de l'espèce

Des six espèces de ciscos (le cisco de fumage, le cisco à nageoires noires, le cisco de profondeur, le kiyi, le cisco à mâchoires égales et le cisco à museau court) qui ont été identifiées par Koelz (1929) comme étant endémiques des Grands Lacs laurentiens, le kiyi est l’une des trois espèces qui existent encore aujourd’hui (les deux autres étant le C. hoyi et le C. zenthicus). Les ciscos sont parmi les plus remarquables des quelques espèces endémiques des étendues d’eau relativement jeunes d’Amérique du Nord et sont perçus comme de rares exemples d’un groupe de semi-espèces (ou espèces naissantes) étroitement apparentées sur ce continent (Smith et Todd, 1984). En tant qu’espèces endémiques, ces poissons sont issus de processus écologiques et évolutionnaires uniques. Les Grands Lacs laurentiens n’ont pas plus de 18 000 ans d’âge (Dyke et Prest, 1987); par conséquent, la spéciation des ciscos endémiques des Grands Lacs remonte probablement à moins de 18 000 ans (Smith et Todd, 1984). L’évolution graduelle de la morphologie des branchicténies (p. ex. nombre et longueur) a diminué la compétition entre les espèces de ciscos endémiques (Smith et Todd, 1984). En plus de posséder ces processus caractéristiques des ciscos endémiques, le kiyi présente des caractères adaptatifs uniques lui permettant de survivre en eaux profondes, notamment de grands yeux et des nageoires pectorales.

Les ciscos d’eau profonde ont déjà été des espèces importantes d’un point de vue commercial dans les Grands Lacs, et plusieurs espèces, dont le kiyi, sont toujours pêchées dans les eaux canadiennes du lac Supérieur. Les six espèces endémiques ont fait l’objet d’une évaluation par le COSEPAC. Le cisco à museau court a été considéré comme espèce menacée en 1987 (il a été réévalué en 2005 et classé en voie de disparition), tout comme le cisco à mâchoires égales (dont le classement a été confirmé de nouveau en 2003). Le cisco de profondeur (une espèce disparue depuis 1953; classement confirmé de nouveau en 2000) et le cisco à nageoires noires (espèce menacée) ont quant à eux fait l’objet d’un classement en 1988. Le kiyi a d’abord été considéré comme espèce préoccupante en 1988, tout comme le cisco de fumage, le seul cisco des Grands Lacs qui n’est pas en péril (COSEPAC, 2004).