Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de la tradescantie de l’Ouest (Tradescantia occidentalis) au Canada – 2013

Annexe D. Pratiques de gestion bénéfiques des grands pâturages libres

La tradescantie de l'Ouest occupe divers sites de trois provinces, sites qui varient sur le plan de l'écologie, de l'historique d'utilisation des terres et du régime foncier. C’est pourquoi il n'est pas possible de proposer un ensemble universel de plans de gestion bénéfiques visant l’ensemble des parcelles d’habitat essentiels. Des recommandations spécifiques, dont la portée sera ajustée aux recommandations et aux applications générales, seront plutôt formulées dans un ou plusieurs plans d'action ou plans de gestion bénéfiques. En ce moment, seuls quelques énoncés généraux peuvent être formulés à propos des activités en cours favorables à la tradescantie de l'Ouest.

La mise en œuvre prudente et volontaire de régimes de pâturage pour une ou de plusieurs classe de bétail peut contribuer au maintien des habitats sablonneux ouverts nécessaires à la tradescantie de l'Ouest, de la même façon que le broutage par les ongulés sauvages le faisait autrefois. La gestion de ces classes de bétail exige un accès aux terres occasionnel et géographiquement dispersé/aléatoire à pied, à cheval, en véhicule tout-terrain ou la circulation de véhicules pesant jusqu'à une tonne sur des sentiers existants. Compte tenu de ces faits, aucun changement n'est recommandé aux régimes actuels en ce qui a trait à la densité, aux saisons de pâturage, aux classes de bétail, aux clôtures, au sel, à la distribution de nourriture ou d'eau, ou aux méthodes d'accès utilisées par les propriétaires fonciers dont les terres font partie de l'habitat essentiel. Il faudra entreprendre des recherches pour déterminer si des régimes de pâturage différents pourraient améliorer l'habitat, l'efficacité de la reproduction ou la dispersion de la tradescantie de l'Ouest.

La gestion intégrée des espèces adventices afin de contrôler l'invasion de l'euphorbe ésule, de la gypsophile paniculée et de l'agropyre à crête permettrait de réduire directement la compétition avec la tradescantie de l'Ouest, ou de modifier indirectement le comportement de broutage des ongulés ou les caractéristiques des combustibles alimentant les feux qui, par ailleurs, pourraient améliorer l'habitat de l'espèce. Les approches adoptées pour réduire la présence et la densité des espèces exotiques envahissantes dans l'habitat essentiel doivent être gérées en fonction de chaque site ou dans le cadre d’un ou plusieurs plans d'action.

Dans la plupart des cas, les incendies d’origine humaine (accidentels ou volontaires) ne détruisent pas l'habitat essentiel et ne causent aucun préjudice aux individus. En fait, le brûlage dirigé bien géré qui reproduit le phénomène naturel (moment, fréquence et intensité) peut améliorer l'habitat en réduisant ou en prévenant l'invasion par la végétation ligneuse, les insectes nuisibles et les agents pathogènes, et l’accumulation de litière herbeuse.

Environnement Canada travaillera en collaboration avec tous ses partenaires afin de définir et d'améliorer les meilleures pratiques de conservation de la tradescantie de l'Ouest dans l'ensemble de son aire de répartition, et d’intégrer des exigences et des mesures plurispécifiques à la gestion des écosystèmes dunaires.