Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le spatulaire (Polyodon spathula) au Canada – Mise à jour

Facteurs limitatifs et menaces

La cause de la disparition du spatulaire au Canada, ou dans les Grands Lacs, est inconnue. Trautman (1981) avance que sa disparition du lac Érié pourrait avoir été causée par la construction de barrages sur des affluents, lesquels auraient limité la montaison des poissons, ou par la destruction de l’habitat de frai.

Aux États-Unis, la dégradation et la destruction de l’habitat constituent les changements les plus évidents qui auraient pu influer sur la répartition et l’abondance du spatulaire (Dillard et al., 1986). Les pratiques d’utilisation de l’eau et la construction et le fonctionnement des barrages et des zones de retenueont détruit des lieux traditionnels de frai (le spatulaire peut vivre dans des réservoirs, mais a besoin de cours d’eau pour le frai), bloqué des voies de migration, modifié des régimes d’écoulement de l’eau, asséché des cours d’eau et éliminé des aires de croissance et d’alimentation (Graham 1997; Pflieger 1997). Sparrowe (1986) propose que ces changements structurels dans les grands réseaux hydrographiques ont touché de façon négative la plus grande partie de l’habitat initial de l’espèce.

La rivière Missouri, le fleuve Mississippi et la rivière Ohio sont au cœur de l’agro-industrie américaine. Le long de ces cours d’eau et de leurs affluents, le développement agricole a entraîné la dégradation de l’habitat en raison de l’érosion du sol et du ruissellement d’engrais et de pesticides. La pollution industrielle et les problèmes liés aux déchets urbains constituent également une préoccupation majeure le long de la rivière Ohio et des affluents du Mississippi (Sparrowe, 1986; NatureServe, 2007)

Le spatulaire a une longue période de maturation, est facile à capturer et, tout comme l’esturgeon, est vulnérable à la surpêche (Mettee et al., 1996). Le braconnage constitue une préoccupation importante, car la femelle est recherchée pour ses œufs qui peuvent être transformés en caviar; le prix des œufs peut s’élever à 154 $/kg (NatureServe, 2007). En 1997, des biologistes ont estimé que près de 1 000 femelles avaient été pêchées illégalement uniquement au Kentucky (Rasmussen et Graham, 1998). Tous les poissons capturés sont tués et, comme le mâle et la femelle sont difficiles à différencier, de quatre à cinq mâles sont tués pour chaque femelle portant des œufs, ce qui signifie que de 5 000 à 6 000 poissons sont sacrifiés pour le caviar.

L’intégrité génétique de l’espèce est également menacée par l’introduction de stocks d’élevage consanguins et d’individus provenant d’autres portions de l’aire de répartition (NatureServe, 2007).