Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement pour le rorqual bleu, le rorqual commun et le rorqual boréal (Balaenoptera musculus, B. physalus et B. borealis) dans les eaux canadiennes du Pacifique [Projet]

8. Lacunes Dans Les Connaissances

En raison du manque d’information sur les tendances qu’affichent les populations et sur les mortalités causées par l’homme, les grandes espèces de baleines continuent de figurer sur des listes d’espèces protégées aux États-Unis (Waring et al. 2001). Aucune estimation sur l’abondance de ces espèces ou sur les tendances affichées par leurs populations n’existe pour les rorquals bleus, communs et boréaux dans les eaux canadiennes de l’est du Pacifique Nord. On a un besoin urgent d’information sur l’abondance et la répartition de ces espèces, sur leurs habitats et sur les menaces qui pèsent sur elles.

8.1 Abondance et répartition

Les incertitudes quant à la structure des populations, à leur répartition et à leur abondance compliqueront les efforts d’atténuation des menaces. On a besoin de bien comprendre les populations qui fréquentent les eaux canadiennes du Pacifique et la manière dont ces populations sont réparties dans les eaux relevant d’autorités autres (Alaska, Californie/État de Washington/Oregon, Mexique) à l’intérieur de leur aire d’occurrence si l’on veut réagir aux menaces qui pèsent sur leur rétablissement et vérifier si les objectifs de rétablissement sont atteints.

8.2 Habitats essentiels

On n’a pas relevé de façon définitive les habitats essentiels d’une seule des espèces de cétacés à fanons fréquentant les eaux canadiennes du Pacifique. Ce manque de délimitation rend difficiles la protection des habitats et l’évaluation des menaces potentielles. On a aussi besoin de données de référence sur l’abondance et la répartition pour recenser les habitats essentiels.

8.3 Menaces

Il faut étudier les effets qu’ont les activités humaines sur la mortalité, les comportements d’alimentation, le succès de la reproduction et les habitats essentiels des rorquals bleus, communs et boréaux si l’on veut les atténuer de façon efficace.

L’intensité et la répartition des perturbations acoustiques doivent être caractérisées par rapport aux aires d’alimentation et aux habitats essentiels. Il faut mieux comprendre la sensibilité et la capacité de réponse des cétacés aux sons anthropiques pour pouvoir déterminer si le bruit est ou deviendra une entrave au rétablissement. Il faut également quantifier les collisions avec les navires et les cas d’enchevêtrement dans des engins de pêche pour s’assurer que ces sources de mortalités potentielles ne nuisent pas au rétablissement. La compréhension de la contribution du climat océanique à la formation d’habitats essentiels facilitera l’élaboration d’hypothèses décrivant de quelle façon un changement de climat peut réduire ou déplacer les habitats des baleinoptères. Même si l’on pense que l’effet de la pollution chimique sur les baleinoptères est minime en raison de leur position trophique, rien n’a été déterminé de façon définitive. Les effets de déversements de pétrole, graves et chroniques, et d’autres formes de pollution marine (c.-à-d. plastiques et autres formes de marchandises rejetées) sont également mal compris et devront être étudiés dans la mesure du possible.