Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement pour le rorqual bleu, le rorqual commun et le rorqual boréal (Balaenoptera musculus, B. physalus et B. borealis) dans les eaux canadiennes du Pacifique [Projet]

3. Le Rorqual Commun

3.1. Statut actuel

Nom commun : Rorqual commun

Nom scientifique : Balaenoptera physalus

Inscription légale (LEP) : À l’étude

Sommaire de l’évaluation : Mai 2005

Désignation du COSEPAC : Menacé

Justification de la désignation : L’espèce est actuellement observée seulement de façon peu fréquente dans les anciens lieux de pêche à la baleine au large de la Colombie-Britannique. La pêche côtière à la baleine a réduit la population entre 1905 et 1967 d’au moins 7 600 individus, et des milliers d’autres individus ont été pris lors de pêches pélagiques durant les années 1970. Le taux de prise des stations de pêche côtière à la baleine a diminué de façon abrupte au large de la Colombie-Britannique au cours des années 1960. Compte tenu de l’importante diminution de la population et de l’absence un délai suffisant pour son rétablissement, on a déduit que la population actuelle est inférieure à 50 % de son niveau d’il y a 60 à 90 ans. Les individus continuent d’être vulnérables aux collisions avec les navires et à l’enchevêtrement dans les engins de pêche (www.cosepac.gc.ca).

Présence au Canada : Atlantique Nord et Pacifique Nord

Historique du statut : L’espèce a été considérée comme une seule unité et a été désignée « préoccupante » en avril 1987. Division en deux populations (population de l’Atlantique et population du Pacifique) en mai 2005. La population du Pacifique a été désignée « menacée » en mai 2005.

3.2. Description de l’espèce

Le rorqual commun est le plus gros membre de la famille des balénoptéridés après le rorqual bleu. Il a été surnommé le « lévrier des mers » en raison de sa grande vitesse de nage et de son corps élancé (Reeves et al. 2002). Les rorquals communs vivent dans tous tous les océans du globe, à la fois dans les eaux côtières et au large. Bien que considérés par la CBI comme formant un stock unique dans le Pacifique Nord, ils sont plus vraisemblablement divisés en au moins deux populations, l’une à l’est et l’autre à l’ouest (COSEPAC 2004).

Les rorquals communs peuvent atteindre 27 m (88 pi) de long, la taille des femelles adultes étant de cinq à dix pour cent supérieure à celle des mâles. Les animaux adultes fréquentant l’hémisphère Sud sont jusqu’à quatre mètres plus long que ceux que l’on trouve dans l’hémisphère Nord, et possèdent des nageoires pectorales plus longues et plus étroites. Le corps du rorqual commun est généralement gris foncé ou gris brunâtre sur le dos et s’éclaircit sur les flancs pour devenir blanc sur le ventre. Certains individus possèdent un chevron en forme de V sur la face dorsale, en arrière de la tête. La coloration asymétrique de la mâchoire inférieure, foncée à gauche et pâle à droite, se maintient environ sur le tiers de la distance séparant la mâchoire des fanons, dont la portion restante est bleu gris foncé. Ce type de coloration est caractéristique de l’espèce. La surface ventrale des nageoires pectorales et caudales est également blanche. Certains adultes portentdes traces de plaies créées par la ventouse buccale des lamproies ou des rémoras, ou encore, sur les nageoires ou le corps, des entailles et des cicatrices qui pourraient provenir d’un contact avec des engins de pêche ou d’autres animaux. Les individus peuvent être identifiés par leurs cicatrices, les motifs de leur pigmentation, la forme de leur nageoire dorsale et les entailles qu’ils affichent (COSEPAC 2004).

La tête du rorqual commun est étroite et mesure de 20 à 25 % de la longueur totale du corps, le rostre étant particulièrement pointu; on observe des proéminences autour des doubles naris (c.-à-d., narines) et une crête médiane unique sur la tête. Les yeux se situent juste au-dessus des coins de la bouche. La mâchoire inférieure est latéralement convexe et dessine une saillie de 10 à 20 cm au-delà du sommet du rostre lorsque la bouche est fermée. La nageoire dorsale se situe environ aux trois quarts de la surface dorsale, est falciforme ou pointue et peut mesurer 60 cm de hauteur. À l’arrière de la nageoire dorsale, le pédoncule caudal porte une crête longitudinale prononcée(COSEPAC 2004).

On peut confondre le rorqual commun avec le rorqual bleu, le rorqual boréal, le rorqual de Bryde (B. brydei) et Balaenopteraomurai récemment décrit. Toutefois, si l’on se fonde sur la répartition de ces espèces, les risques de confusion dans les eaux canadiennes du Pacifique se limitent probablement aux rorquals bleu et boréal. La tête du rorqual commun est plus pointue que celle du rorqual bleu, et il possède une nageoire dorsale plus grande, située plus en arrière et présentant une élévation beaucoup plus faible que celle du rorqual boréal. À la surface, on aperçoit en premier les évents du rorqual commun, puis sa nageoire dorsale. Chez le rorqual boréal, les évents et la nageoire dorsale apparaissent presque simultanément. Le rorqual bleu est le seul membre du genre Balaenoptera à présenter régulièrement sa nageoire caudale (c.-à-d., il soulève sa nageoire caudale au-dessus de la surface lorsqu’il amorce une plongée profonde) (COSEPAC 2004).

La reproduction est similaire à celle du rorqual bleu, les femelles mettant bas tous les deux à trois ans après une période de gestation de onze à douze mois. Les baleineaux mesurent six mètres de long à la naissance et sont sevrés lorsqu’ils atteignent l’âge de six à sept mois; ils mesurent alors environ 11,5 m. On estime que l’âge à la maturité sexuelle est de 5 à 15 ans pour les deux sexes, à une longueur moyenne de 17,2 m dans l’hémisphère Nord (COSEPAC 2004). Comme pour le rorqual bleu, la durée de vie du rorqual commun se situe aux alentours de 80 ans.