Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le méné d’argent de l’Ouest au Canada

ÉVALUATION

L’aire canadienne du méné d’argent de l’Ouest et la répartition de l’espèce dans cette aire sont très restreintes. En Alberta, la situation du méné d’argent de l’Ouest est jugée préoccupante. Le méné d’argent de l’Ouest est peut‑être moins sensible à la turbidité et à l’envasement que l’H. nuchalis, mais comme le méné d’argent de l’Est, il a probablement besoin d’eaux claires à végétation abondante, exemptes de turbidité, de pollution et de toute autre forme de dégradation. Bien que sa découverte en Alberta soit récente, l’espèce est sans doute présente depuis longtemps dans la région, où elle peut avoir été confondue avec le méné laiton. Il est possible que l’aire canadienne du méné d’argent de l’Ouest soit un refuge. Cependant, le développement agricole, industriel et urbain risque de causer la dégradation de l’habitat canadien de l’espèce, comme cela s’est produit dans le nord des États‑Unis pour tant d’espèces ayant les mêmes exigences écologiques. Vu son apparente rareté et la faible étendue de son aire, le méné d’argent de l’Ouest devrait être désigné « espèce vulnérable » au Canada.