Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le méné d’argent de l’Ouest au Canada

BIOLOGIE GÉNÉRALE

Généralités

La biologie et l’écologie du méné d’argent de l’Ouest n’ont pas été étudiées, mais on peut penser qu’elles s’apparentent à celles des autres espèces du genre Hybognathus (Pflieger, 1980b). Ce qui suit est tiré des données publiées sur l’H. nuchalis, l’H. regius et l’H. placitus par Scott et Crossman (1973), Gilbert (1980), Pflieger (1980a,b) ainsi que Ramshaw et Mandrak (1995). 

Reproduction

Raney (1939) a décrit en détail la reproduction du méné d’argent de l’Est, dont il a étudié les populations du bassin du lac Cayuga, au New York. L’espèce fraye de la fin d’avril au début de mai dans les bras morts de sections à faible pente des cours d’eau, dans des eaux d’environ 0,3 m de profondeur où pousse une végétation abondante. Au Montana, l’H. nuchalis (= argyritis) fraye en mai et juin (Eddy et Underhill, 1974). Les œufs ont environ 1 mm de diamètre et sont non adhérents. Le nombre d’œufs par ponte varie selon la taille de la femelle, allant de 2 000 pour une femelle de 60 mm à 6 600 pour une femelle de 90 mm. Dans ces eaux, dont la température varie entre 13,3°C et 20,5°C, les œufs éclosent au bout de six à sept jours. Des sujets élevés en étang ont atteint la maturité à deux ans et ont frayé la même année ainsi que l’année suivante (Raney, 1942).

Au Canada, on pense que le méné d’argent de l’Est fraye en mai; cependant, aucune donnée d’observation n’a été publiée sur la période de fraye de l’espèce (Scott et Crossman, 1973). La reproduction de l’H. nuchalis est probablement semblable à celle du méné d’argent de l’Est (Forbes et Richardson, 1920). Chez l’H. placitus, la période de fraye s’étend d’avril à août (Gilbert, 1980), et on pense qu’il en est de même pour le méné d’argent de l’Est (Scott et Crossman, 1973).

Croissance

À l’éclosion, les larves du méné d’argent de l’Est ont une longueur totale de 6 mm. En juillet, les juvéniles ont atteint 38 mm et en août, environ 51 mm. Il semble que les femelles frayent à un an, alors qu’elles mesurent environ 50 à 55 mm (longueur standard); les mâles ne frayent probablement pas avant leur deuxième année (Raney, 1939). Les stades de développement des larves sont décrits et illustrés par Mansueti et Hardy (1967).

Déplacements 

Le méné d’argent de l’Est migre vers les frayères en groupes nombreux. Raney (1939) mentionne qu’au New York, cette migration atteint son point culminant en avril. Au Québec, Gascon et Leggett (1977) ont observé de grands rassemblements de l’espèce après la fraye au début de l’été.

Alimentation

Le méné d’argent de l’Est se nourrit de diatomées, d’algues et de vase (Raney, 1939; Eddy et Underhill, 1974). Il semble que le régime alimentaire de l’H. nuchalis est semblable à celui du méné d’argent de l’Est (Pflieger, 1989a), comme celui de l’H. placitus et probablement de toutes les espèces du genre Hybognathus (Gilbert, 1980). On pense que les papilles pharyngiennes, présentes chez toutes les espèces d’Hybognathus, servent de filtre accessoire (aux arcs branchiaux) et constituent une adaptation à l’herbivorie (Hlohowskyj et al., 1989).

Gascon et Leggett (1977) ont décrit le régime alimentaire de la population de méné d’argent de l’Est du lac Memphrémagog, au Québec. Les sujets d’âge 0+ passent d’un régime composé de cladocères (82 p.100 en volume), de rotifères (8,4 p.100) et de chironomides (7 p.100) à un régime composé de débris organiques (95 p.100) et de cladocères (3 p.100) au moment où leur longueur moyenne à la fourche (LF) passe de 32 mm à 44 mm. Les sujets de plus de 40 mm (LF) se nourrissent presque exclusivement de débris organiques, sauf en juin, où leur régime se compose à 46 p.100 de cladocères.

Parasites

Trois espèces de trématodes, un protozoaire et la forme larvaire du cestode Ligula intestinalis ont été répertoriés comme parasites des ménés d’argent d’Amérique du Nord (Hoffman, 1967).