Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Moqueur des armoises (Oreoscoptes montanus) au Canada – Mise à jour

Évaluation et statut recommandé

Protection actuelle et autres désignations

Comme pour la plupart des autres oiseaux d’Amérique du Nord, le Moqueur des armoises, ses nids et ses œufs sont protégés de la chasse et de la cueillette au Canada et aux États-Unis par la Convention concernant les oiseaux migrateurs de 1916. L’espèce est également protégée en Colombie-Britannique, en Alberta et en Saskatchewan par les lois provinciales respectives sur les espèces sauvages. L’impact de ces mesures est probablement négligeable, car il est rare que l’on tue ou harcèle volontairement les oiseaux de cette espèce.

Le Moqueur des armoises est désigné comme une espèce en voie de disparition par le COSEPAC et figure sur la liste rouge des espèces potentiellement menacées ou en voie de disparition de la Colombie-Britannique. Sur la liste de l’Alberta, son statut est indéterminé (S?). Le Moqueur des armoises est classé globalement dans la catégorie G5; il est considéré S2B en Saskatchewan et S1B en Colombie-Britannique. Les États limitrophes le classent comme suit : Washington, S3; Oregon, S4; Idaho, Montana et Wyoming, S5; Dakota du Nord, S?; Dakota du Sud, S2.

Détermination du statut et recommandation de l’auteur

Le nombre de moqueurs des armoises et la disponibilité de l’habitat de l’espèce au Canada n’ont pratiquement pas changé depuis dix ans. Une partie de cet habitat (à White Lake) est désormais protégée par des baux à long terme concédés au Nature Trust of British Columbia; d’autres portions pourraient bien s’ajouter dans les nouvelles zones protégées réservées dans le cadre du plan de gestion des terres et des ressources d’Okanagan-Shuswap, en voie d’achèvement. En revanche, plusieurs centaines d’hectares d’habitat de qualité (bien que peut-être sous-optimal) du côté est de la vallée de l’Okanagan ont été perdus depuis deux ans au profit du développement de vignobles.

On n’a pratiquement pas vu de moqueurs des armoises en Alberta et en Saskatchewan depuis dix ans. Bien qu’il existe de vastes zones d’habitat adéquat dans ces provinces, il est évident qu’elles se trouvent actuellement trop loin des aires de reproduction centrales du sud pour servir régulièrement.

La découverte d’un vieux nid bien au nord-ouest de l’aire de reproduction actuelle en Colombie-Britannique est un indice intrigant d’une extension possible de l’aire de répartition de l’espèce. Il est notoire que le nombre de moqueurs des armoises varie de façon cyclique (ou irrégulière) à l’extrémité nord de l’aire de répartition de l’espèce, mais si jamais le moqueur établissait une population reproductrice régulière dans le secteur de la Thompson et du Fraser, la quantité d’habitats adéquats s’en trouverait décuplée.

Le Moqueur des armoises a reçu le statut d’espèce en voie de disparition en 1992 sur la base du très petit nombre de sites de reproduction au pays et des menaces que faisait planer le développement sur la plupart de ces sites. La protection éventuelle des sites de Kobau (Richter Pass) et de Chopaka (figure 5) dans le cadre du Plan d’aménagement des terres et des ressources d’Okanagan-Shuswap mettrait fin aux menaces du développement sur ces sites, les meilleurs au pays. Dans ce cas, on pourrait éventuellement faire passer le statut du Moqueur des armoises à celui d’espèce menacée, mais, jusque-là, il doit conserver celui d’espèce en voie de disparition.