Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le loup à tête large au Canada

Le loup à tête large, Anarhichas denticulatus, 1844, est un gros poisson marin ressemblant à des blennies, qui fréquente les eaux froides modérément profondes de l’Atlantique Nord. Il se trouve sur des fonds mous à proximité de rochers, depuis le sud de Terre-Neuve jusqu’à l’Écosse. Cette espèce n’a jamais été l’objet d’une pêche dirigée, étant plutôt une prise accessoire d’autres pêches. Dans les eaux canadiennes, elle n’était abondante qu’au large de Terre-Neuve-et-Labrador, où elle constitue un élément caractéristique de l’assemblage des espèces de poissons propres aux eaux profondes froides du plateau, mais ses effectifs à cet endroit, comme l’indiquent les relevés scientifiques, ont chuté de 98 p. 100 entre 1978 et 1994, une tendance qui se poursuit. Seuls des individus errants sont retrouvés ailleurs au Canada. Le loup à tête large est relativement sédentaire, de répartition locale et à croissance lente. Il construit des nids, protège généralement ses gros oeufs et se nourrit principalement d’invertébrés pélagiques et benthiques. Les destructrices pêches au chalut, actuellement en suspens à la suite de l’imposition de moratoires généralisés, ont eu un impact sur son abondance. Au Canada, le nombre de loup dans les prises de relevés scientifiques a baissé constamment, le nombre de sites de relevé où il se trouvait a diminué et son aire de répartition semble rétrécir. Le fait qu’il a une croissance lente, construit des nids et se disperse peu rend son rétablissement peu probable, et le chalutage par le fond et le dragage ont probablement endommagé son habitat.