Naseux de Nooksack au Canada : Énoncé de protection de l’habitat essentiel


Il s’agit d’un énoncé expliquant comment l’habitat essentiel du naseux de Nooksack (Rhinichthys
cataractae ssp.
) est légalement protégé. Cet énoncé est conforme au paragraphe 58 (5) de la Loi
sur les espèces en péril
(LEP), L.C. 2002, ch. 29. L’habitat essentiel du naseux de Nooksack a
été désigné dans le Programme de rétablissement définitif de cette espèce, affiché en juin 2008 dans le Registre public de la LEP. Veuillez vous référer au Programme de rétablissement pour
obtenir plus de renseignements détaillés sur l’habitat essentiel désigné.



Les activités humaines qui pourraient éventuellement détruire l’habitat essentiel de cette espèce,
telles qu’elles sont décrites dans le Programme de rétablissement définitif, et la législation
fédérale à laquelle on aura recours pour assurer une protection contre une telle destruction, sont
les suivantes :































Menaces Législation fédérale
Le captage d’eau de surface et de sources
d’eau souterraines peut entraîner
l’assèchement des rapides pendant
certaines périodes de l’année.
Lorsque les retraits d’eau entraînent
l’assèchement des rapides jusqu’à la
détérioration, la perturbation ou la
destruction de l’habitat du poisson, ce qui
compromet l’habitat du naseux de
Nooksack, l’article 35 de la Loi sur les
pêches
offre la protection nécessaire.
Les débits élevés des systèmes d’égouts
pluviaux qui peuvent se déverser dans les
cours d’eau peuvent créer l’affouillement
du gravier des rapides.
Lorsque le volume des eaux de
ruissellement est suffisamment élevé pour
entraîner la destruction d’un rapide,
l’article 35 de la Loi sur les pêches offre la
protection nécessaire.
Le pacage sur des terres agricoles où le
bétail a libre accès aux cours d’eau peut
endommager le gravier par compression en
ayant un effet sur sa structure.
L’article 35 de la Loi sur les pêches offre la
protection nécessaire dès que la réalisation
de ces travaux ou de ces projets est de
nature à entraîner la détérioration, la
perturbation ou la destruction de l’habitat
du poisson.
Les carrières de gravier, les aménagements
de terrain et les activités agricoles peuvent
nécessiter l’enlèvement de la végétation
riveraine.
L’article 35 de la Loi sur les pêches offre la
protection nécessaire dès que la réalisation
de ces travaux ou de ces projets est de
nature à entraîner la détérioration, la
perturbation ou la destruction de l’habitat
du poisson par l’enlèvement de la
végétation riveraine.
Les carrières de gravier, les aménagements
de terrain et les activités agricoles peuvent
générer des sédiments qui peuvent bloquer
les rapides.
L’article 35 de la Loi sur les pêches offre la
protection nécessaire dès que la réalisation
de ces travaux ou de ces projets est de
nature à entraîner la détérioration, la
perturbation ou la destruction de l’habitat
du poisson, et l’article 36 interdit le rejet de
substances nocives dans les eaux où vivent
des poissons.
Les ouvrages dans les cours d’eau, comme
les franchissements de cours d’eau, le
dragage et l’entretien des fossés, les
barrages et digues artificiels, peuvent
détruire l’habitat riverain et les rapides.
L’article 35 de la Loi sur les pêches offre la
protection nécessaire dès que la réalisation
de ces travaux ou de ces projets est de
nature à entraîner la détérioration, la
perturbation ou la destruction de l’habitat
du poisson.

Pêches et Océans Canada (MPO) reconnaît que certaines des menaces qui pèsent sur les
individus et les populations du naseux de Nooksack devront également être contrées, même s’il
n’existe aucune obligation légale en vertu de la LEP de formuler un énoncé de protection contre
ces dernières. Ces menaces sont énoncées ci-dessous, de même que les outils juridiques ou autres
qui existent pour les gérer et les atténuer.



       
  • Les prédateurs invasifs, les compétiteurs et les plantes peuvent influencer la survie des
    individus et des populations, respectivement en consommant du naseux de Nooksack, en
    réduisant leur condition physique ou en modifiant la composition riveraine.

  •    

            
    • Les mesures législatives peuvent aider, mais ne peuvent pas empêcher totalement
      les introductions d’espèces exotiques envahissantes. Il faut davantage de
      programmes d’information et de sensibilisation pour prévenir l’introduction et la
      propagation des espèces envahissantes; il s’agit là d’un élément clé de la Stratégie
      nationale sur les espèces exotiques envahissantes
      de 2004.

    •    



       
  • Les nutriants provenant des engrais et du fumier peuvent réduire les niveaux d’oxygène
    dans l’eau, et les eaux de ruissellement urbaines et agricoles peuvent être toxiques pour le
    naseux de Nooksack.

  •    

            
    • Lorsqu’une source ponctuelle peut être cernée, l’article 36 de la Loi sur les pêches
      peut s’appliquer si on détermine que le déversement rend l’eau nocive pour le
      poisson. Il est plus efficace d’améliorer les pratiques visant à minimiser
      l’introduction de ces nutriants dans les cours d’eau.

    •    


Pêches et Océans Canada continuera de soutenir et de mener des activités qui visent à informer et
à sensibiliser les Canadiens à l’égard des menaces qui pèsent sur l’habitat essentiel du naseux de
Nooksack et sur ses individus et ses populations afin de contribuer à la protection et au
rétablissement de l’espèce. Plus on acquiert de nouvelles connaissances concernant les menaces
éventuelles et l’efficacité des mesures de protection, plus on sera en mesure d’élaborer et de
mettre au point de nouvelles mesures de gestion et d’atténuation, s’il y a lieu.